Tous les articles de la catégorie Sports de combat

Jacques Wullschleger
écrit le 31.10.2017 dans Sports de combat


Yoann Kongolo, champion de boxe

Dans son nom, il y a ko comme K.O. Alors, Yoann KOngolo ? Son vécu dans les sports de combat l'a enrichi et être l'aîné de 8 enfants lui a appris le sens des responsabilités. Yoann Kongolo a des valeurs qu'il transmet et son sport est une école de la vie extraordinaire. Il a beaucoup voyagé, il a remporté des titres, des combats ici mais surtout là-bas, y a engrangé une expérience folle, qui doit, qui va l'emmener un jour vers un titre mondial. "Jusqu'ici, je me suis préparé avec les meilleurs à Las  Vegas, j'ai combattu aux Etats-Unis, en Russie notamment et, maintenant que j'ai 30 ans, je me rends compte que j'ai beaucoup bataillé en kick-boxing." Les 2 premières lettres de son nom: ko. Comme K.O. "C'est vrai, maintenant que vous me le dites..." Dans la foulée, il précise: "J'ai gagné 50 fois par K.O, il y en a eu 46 en kick et 4 en boxe."


Lire la suite

Jacques Wullschleger
écrit le 16.05.2017 dans Sports de combat


Maurizio Bittarelli, ancien boxeur

"Maurizio,  vous êtes un jeune homme!" Il porte une barbe, il "fait" prof de philo ou écrivain latin. "Je me suis laissé pousser la barbe pour cacher mes rides", dit en souriant Maurizio Bittarelli, ancien boxeur italo-suisse de renom, qui s'est produit un peu partout en Europe. "Grâce à mon sport, j'ai pu voyager en avion."

Il est arrivé en Suisse un samedi de 1963, avec ses parents. "Et le lundi, je suis allé à l'école. "D'abord aux Croix-Rouges, où ça a été dur, puis à Saint-Roch." Il raconte et l'émotion est encore palpable. "Aux Croix-Rouges, on m'a insulté, traité de charogne d'Italien, de magut. J'étais un peu bronzé." C'était l'ère James Schwarzenbach auteur d'une initiative contre l'emprise étrangère, rejetée le 7 juin 1970. "Ces insultes, elles m'auront marqué à vie. Je suis resté ici, parce qu'on trouvait du travail, parce qu'on vivait mieux. J'aime la Suisse et l'amour que je lui porte a grandi en moi. Je suis très content d'être là, j'apprécie cette chance, d'y avoir 5 petits-fils merveilleux. Mais, je ne me suis jamais naturalisé. Jamais. La faute sans doute à ce traumatisme, que j'ai vécu jeune." Ce racisme qu'il abhorre.


Lire la suite

Alain Coppey, ancien champion de kick-boxing

Alain Coppey: «L’Institut, c’est notre truc». Alain Coppey ne vit plus avec son épouse mais tous deux travaillent ensemble au Lausanne Wushu Institut couplé au Lausanne Boxing Institut. «Avec Corinne, précise d’emblée l’ancien champion du monde de kick-boxing, les relations sont bonnes. L’Institut, c’est notre truc. Nous entamons notre sixième année ici.» Et le succès est croissant. Un code de conduite naturel a été mis sur pied basé sur le respect et l’éducation. «Aujourd’hui, on dénombre environ 300 inscrits (enfants et adultes). Une centaine sont des assidus et on a «sortis» des champions.»

En vrac : deux champions de Suisse, en kick-boxing ; et un en boxe. «C’est pas mal», sourit Alain Coppey, fier mais qui ne le montre pas... «Au Wushu, nous avons également quelques médaillés ; même un champion du monde, au Wushu traditionnel. Des juniors arrivent et nous les suivons de près», ajoute l’ex-champion, qui compte aussi des compétiteurs en Tai Ji.


Lire la suite

Jacques Wullschleger
écrit le 10.01.2017 dans Sports de combat


Tiffany Géroudet, ancienne escrimeuse, championne à l’épée

Tiffany Géroudet : une fibre et des touches artistiques. Elle est gauchère, tout naturellement. Sa maman, qui est maîtresse d’école enfantine, l’était aussi, mais à l’école, on l’a contrariée et elle est devenue droitière. «Aujourd’hui, précise sa championne de fille on ne fait plus obstacle à ça.» Longtemps son papa a tenu un magasin d’habits, à Sion: «Géroudet confection.»

Dans sa vie sportive, Tiffany Géroudet a dû choisir entre l’équitation et l’escrime, qu’elle a pratiqué en parallèle jusqu’à 14-15 ans. «J’ai participé à des concours de sauts d’obstacles. Je n’avais pas de cheval à moi, mais un cheval de manège qui m’a procuré beaucoup de satisfactions mais qui, vu son statut, était limité pour espérer faire ma licence et évoluer en Grand Prix.» Alors Tiffany Géroudet a choisi l’escrime, un art qu’elle a pu exprimer à l’étranger, quand elle s’est mise à gagner, beaucoup.


Lire la suite

Jacques Wullschleger
écrit le 30.08.2016 dans Sports de combat


Juliane Robra, ancienne judoka

Juliane Robra : «Petite, je voulais être la présidente du monde…» Elle est pétillante, Juliane Robra, épanouie, intelligente, instruite et d’une sincérité rarissime. Y’a de la bonne humeur dans ses discours dévoilant une belle philosophie ; y’a d’la joie, contrôlée ou pas, toujours débordante et communicative, quand elle parle de judo. «Le judo fait partie intégrante de ma personne», aime-t-elle à répéter, parce que c’est vrai. «Le judo, c’est mon chemin de vie.»


Lire la suite

Jacques Wullschleger
écrit le 14.06.2016 dans Sports de combat


Sophie Lamon, ancienne escrimeuse

Sophie Lamon : «J’ai commencé tôt. J’ai arrêté tôt.» Elle a commencé tôt, sa vie d’escrimeuse. Elle avait 5 ans. «Et j’ai arrêté très tôt», ajoute-t-elle. En 2010, à 25 ans. Une carrière prématurée et raccourcie. La faute à une hanche opérée et à une longue rééducation. «J’ai vécu néanmoins plus de 10 ans au plus haut niveau. Je n’ai donc pas de regrets.» Pendant ce laps de temps privilégié et passionné, elle a multiplié les rencontres. «Cela représente forcément beaucoup d’échanges et de relations, encore aujourd’hui régulières.»


Lire la suite

Jacques Wullschleger
écrit le 10.05.2016 dans Sports de combat


Patrick Kinigamazi, champion de boxe

«Je n’aime pas la boxe, mais j’aime sa philosophie». On a retrouvé Patrick Kinigamazi, 33 ans, dans un bistrot, distant de deux épaisseurs de gants de la salle du Club pugilistique de Carouge. Son club, là où des hommes l’ont vu grandir et accompagné dans sa démarche. Il combat toujours mais dernièrement, il s’est glissé dans la peau d’un organisateur (ou promoteur) d’une soirée dédiée à la boxe, au cours de laquelle il est monté sur le ring. «J’ai gagné et je tiens à remercier le patron du Garage Citroën aux Acacias, M. Picard, qui a transformé le lieu, pour nous», raconte Patrick Kinigamazi, bien calé dans son coin. Face à lui, il y a son entraîneur, Giorgio Costantino, fidèle parmi les fidèles. «Il y avait 600 personnes (le 22 avril dernier), c’était plein et les gens ont été ravis. Les combats ? Ils ont tous été d’un haut niveau.»


Lire la suite

Jacques Wullschleger
écrit le 03.05.2016 dans Sports de combat


Jimmy Martinetti, ancien grand lutteur

«Je suis chauffeur pour Foyer de Jour». C’est en parquant notre véhicule dans la cour de l’entreprise Martinetti Group SA à Martigny, qu’on a remarqué Jimmy Martinetti. Dans un container placé dans le coin d’une grande halle, il déposait des sacs, avec une belle vigueur. Cette entreprise de structures pour l’événementiel de toute taille, qui a développé par  la suite une section construction métallique et de serrurerie, il l’a créée en 1966 «Le 15 septembre, je n’avais pas 20 ans», précise-t-il,  avec son frère Raphaël, rejoint un peu plus tard, le 1er juillet 1967 par Etienne, l’aîné, hélas décédé en 2002, victime d’une leucémie. «Avec Etienne, on en a fait des 400 coups», se souvient, ému, Jimmy. Depuis 2005, les patrons de Martinetti Group SA sont William, fils de Jimmy et David, fils de Raphaël, ancien président de la Fédération Internationale des luttes associées depuis 2002 (FILA), instance à laquelle il a démissionné en 2013.


Lire la suite

Jacques Wullschleger
écrit le 29.12.2014 dans Sports de combat


François Fiol, ancien boxeur

« En tant que sportif majorquin, je connais Rafael Nadal »

Il est né, François Fiol, à Muro, commune d’Espagne située au nord de l’Ile de Majorque, dans la communauté autonome des Iles Balérares.  « En tant que sportif majorquin,  je connais Rafael Nadal. » Il y a peu, une équipe d’IB 3 TV est venue chez lui. «Ils étaient cinq» ; dans les journaux,      on parle aussi et encore de lui. « Il y a un mois environ, j’ai fait « boucherie » à Muro. Les médias     s’y sont intéressés.» Là-bas, personne ne l’a oublié, lui l’ancien mi-lourds, champion d’Espagne à plusieurs reprises. Parce qu’il est sensible, parce qu’il connait son parcours sur le bout des doigts, constitué de sacrifices dures et de concessions brutales, François Fiol s’en émeut.


Lire la suite

Jacques Wullschleger

 

Un fou de sport. Et le mot est faible. Jacques Wullschleger (62 ans) a consacré sa carrière au journalisme sportif, d’abord pour la «Feuille d’avis de Lausanne» (devenue «24 heures»)dès 1972, puis au «Matin» dès 1984. Son palmarès parle pour lui: plusieurs Coupes du monde de football, des Tours de Romandie et d’innombrables championnats de hockey, tennis, natation, patinage artistique… Au final, des milliers d’articles, mais aussi des événements et des rencontres qui ont marqué l’homme.

_


S'abonner à ce blog:

S'abonner par mail:
Veuillez corriger votre adresse e-mail


Confirmer



Archives par sujet: