1 von 2



La méthode de l'élevage allaitant s'exporte

En Suisse, l’élevage allaitant s’est révélé être un modèle de réussite en élevage bovin et maintenant, ce modèle est exporté en Lituanie. Visite chez une femme de poigne.

Aldona est une femme qui a du caractère. A 62 ans, elle dirige une exploitation laitière avec ses filles, près de Panevežys en Lituanie. Elle veille sur 300 vaches et 15 employés. «Rien d’extraordinaire dans ce pays, analyse l’agronome Ivo Wegmann. Les femmes sont plus fiables, plus ordonnées et plus innovatrices que les hommes.» Le mari d’Aldona a pris la poudre d’escampette il y a plus de trente ans. «Les femmes avec du caractère, ce n’est pas vraiment ce que recherchent les hommes ici», constate Aldona, qui se débrouille sans homme.

La sexagénaire nous reçoit à l’entrée de sa ferme. Les extérieurs sont soignés. Autour de la maison, la terre a été ratissée de fraîche date. Les arbres ont été plantés récemment. L’allée d’accès est bordée de lampes.
Aldona a repris cet ancien kolkhoze après la chute du rideau de fer et l’indépendance de la Lituanie. Elle l’a transformé en exploitation laitière rentable. Juste à côté de l’étable, il y a la nouvelle salle de traite avec un tank réfrigéré dont elle est très fière. Notre éleveuse aime innover. Elle vient d’acquérir en Hongrie une quinzaine de génisses portantes de la race Angus. Elles constitueront le noyau d’un troupeau de 200 à 300 têtes. Leur viande sera vendue sur le marché suisse sous l’étiquette viande de bœuf des pays baltes.

Aldona est l’une des éleveuses lituaniennes qui livrera sa production à Coop.

L’exploitation d’Aldona est l’une de la centaine à être soutenue par le Fonds Coop pour le développement durable. Dans les pays baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie), des structures sont mises en place avec le soutien financier et le savoir-faire de la Suisse. Objectif: exporter de la viande de bœuf en Suisse répondant aux exigences qualitatives suisses. «En matière d’élevage et d’écologie, les exploitations locales doivent se conformer aux mêmes règles sévères qu’observent les exploitations suisses dont la viande est vendue chez Coop sous le label Natura-Beef», explique le chef de projet, Ivo Wegmann. «A la base, il y a l’élevage allaitant naturel et les troupeaux qui séjournent en plein air.»

La détention, le transport et les abattoirs sont  contrôlés. «En matière de bien-être animal, il n’est pas question de compromis», affirme le chef de projet. Seul ce type de viande peut être vendu en Suisse sous le label Baltic Grassland Beef.

L’agronome Ivo Wegmann, de Coop, explique le projet de l’élevage allaitant au ministre de l’Economie lituanien Vigilijus Jukna.

veurs lituaniens, c’est un nouveau mode de production. Durant l’ère soviétique, les vaches étaient élevées pour le lait. La viande de veau et de bœuf était exportée en Union soviétique. Les Lituaniens, eux, mangeaient du porc et de la volaille. On abattait les vaches uniquement lorsque leur performance laitière diminuait. Autant dire que la qualité de la viande laissait à désirer… A présent, il faut donc redévelopper l’élevage, mais aussi susciter une demande de viande de bœuf, comme le souligne l’agronome. Seule une partie de cette viande sera exportée en Suisse, à savoir les bons morceaux: filet, entrecôte et rumsteck, soit près de 18 kg par bête. Le reste sera vendu sur le marché local.

Ces prochaines années, le Baltic Grassland Beef est appelé à remplacer le bœuf argentin et uruguayen chez Coop. «Les consommateurs ont tendance à réagir en fonction de l’écologie et du mode de détention», analyse l’agronome. Les herbages baltes sont idéaux pour ce type d’élevage et les trajets sont bien plus courts que depuis l’Amérique du Sud. De plus, l’élevage allaitant est la meilleure forme d’élevage bovin en matière de bien-être animal.

Un projet qui fait diminuer la quantité des émissions de CO2

Peter Zürcher, responsable achats viande chez Coop

Coop met fin aux importations de viande de bœuf en provenance d’Amérique du Sud pour réduire les trajets et les émissions de CO2.

Coopération. Pourquoi Coop importe-t-elle du bœuf d’Amérique du Sud?
Peter Zürcher. Le bœuf de qualité est très prisé par les clients de Coop. Environ 60% de cette viande est vendue sous le label Natura-Beef, le programme de viande de bœuf suisse issue de l’élevage allaitant. Il est particulièrement respectueux des animaux. Pour satisfaire la demande, on importe chaque année 400 tonnes de morceaux nobles (entrecôte, filet, rum-steck) d’Argentine et d’Uruguay. Ils complètent l’assortiment de viande suisse.

Et pourquoi importer la viande par avion?
Les meilleurs morceaux sont transportés par avion d’une part pour réduire la durée du transport et d’autre part pour que la viande parvienne au consommateur avec un maximum de fraîcheur. C’est un critère de qualité maximale.

Ne pouvez-vous pas compenser ce transport aérien?
C’est ce qu’on fait déjà, mais notre but est d’éviter si possible les émissions de CO2. C’est pourquoi Coop veut développer un projet d’élevage allaitant en Europe pour produire cette viande.

Quelle quantité de CO2 pouvez-vous économiser?
La distance entre l’Argentine et la Suisse est de 12 000 km. L’objectif du projet Baltic Grassland Beef est de remplacer peu à peu la viande de bœuf d’outre-mer par du bœuf de même qualité provenant des pays baltes. On pourrait ainsi réduire la quantité de CO2 émise de plus de 9000 tonnes par an. Coop contribue de cette façon à mettre en place une production de viande bovine ménageant les ressources et utilisant des bases naturelles. Et bien entendu sa qualité ne cède en rien à celle de la viande d’Amérique du Sud.

Réduction du CO2

Coop s’engage, suivez-nous!

Coop s’engage en faveur du climat et veut atteindre la neutralité carbone d’ici fin 2023. Concrètement, cela signifie que d’ici 2023, Coop réduira ses émissions de CO2 en diminuant sa consomma-tion d’énergie et en recourant aux énergies renouvelables – à hauteur de 50% de plus qu’en 2008 – le reste des émissions étant compensé. Pour son engagement, Coop a reçu le prix EHI 2012 décerné par le EHI Retail Institute, un ­institut allemand de ­recherche et de formation en commerce de détail. Contribuez vous aussi à protéger le climat sur:

www.coop.ch/deve­loppementdurable
www.les-petits-trucs.ch

Thomas Compagno

Rédacteur

Photo:
Heiner H. Schmitt
Publication:
mardi 08.10.2013, 20:00 heure