Chez elle, la conseillère fédérale utilise des ampoules économiques ou LED.

«Il faut encore faire un effort»

La conseillère fédérale Doris Leuthard rappelle que les Suisses sont les champions du monde en matière
de récupération. Elle souhaite qu’ils le deviennent aussi pour les économies d’énergie.

Coopération. La sortie du nucléaire est programmée, mais les alternatives ne sont pas encore très tangibles. Où en est la Suisse?
Doris Leuthard.
Nous parlons de l’énergie sous toutes ses formes, du mazout à l’électricité en passant par le carburant. En matière d’approvisionnement énergétique, notre pays dépend à 80% de l’étranger. L’objectif du Conseil fédéral depuis 2007 est de diminuer cette dépendance et de remplacer progressivement les énergies fossiles qui ne sont pas illimitées. Concrètement, cela signifie que nous misons sur d’autres technologies de chauffage et que nous récompensons financièrement les automobilistes qui conduisent un véhicule plus économique. Le Parlement a décidé que nous allions accélérer cette restructuration.

Quelle est la situation en matière d’électricité?
L’électricité représente environ un quart de la totalité du besoin énergétique du pays. La Suisse est en mesure de couvrir la plus grande partie de sa consommation électrique. Au cours des prochaines décennies, les centrales nucléaires arriveront en fin de vie et sortiront du réseau. L’objectif n’est pas de les remplacer par de nouvelles centrales, mais par des énergies renouvelables, l’énergie hydraulique jouant en cela un rôle primordial. Et il existe de gros potentiels en matière d’efficience et d’économie.

Côté économie d’énergie, on a l’impression que la Suisse pourrait faire mieux.
C’est vrai. L’énergie n’est pas le facteur de coût le plus important d’un ménage. Quand les prix des carburants augmentent, on entend ronchonner. Les prix de l’électricité, en revanche, focalisent nettement moins l’attention. Pourtant nous consommons chaque année entre 1 et 4% de plus d’électricité. Sensibiliser la population à cette question est donc un grand défi pour nous. Il ne faut toutefois pas oublier que l’économie a déjà fait beaucoup, et surtout Coop, pour limiter sa propre consommation énergétique.

Quelle importance revêtent les efforts privés?
Ils sont importants. Le mieux serait que la population décide d’elle-même de faire des économies… mais les coûts de l’énergie ne constituent pas des facteurs suffisamment incitatifs pour cela. C’est bien si les gens agissent de leur propre initiative. Notre but est d’inciter, pas seulement d’interdire. La suppression de l’ampoule à incandescence est une exception et doit le rester.

Comment encourager l’initiative personnelle?
Dans le domaine des bâtiments, nous avons déjà atteint un certain nombre d’objectifs avec des mesures d’incitation, de fonds publics et de déductions fiscales.
Un exemple dans le domaine de l’électricité est la nouvelle étiquette énergétique. Grâce à elle, nous voulons renforcer la prise de conscience concernant les appareils à haute efficacité énergétique. Nous partons du principe que le consommateur décide d’opter pour un appareil plus économe, même s’il est un peu plus cher.

Notre programme Suisse Energie s’investit depuis plus de dix ans pour des mesures d’économies volontaires. Il a, entre autres, soutenu des projets notoires tels que Minergie ou Mobility. Il faut en outre créer un changement de prise de conscience. La Suisse est championne du monde en matière de récupération et de recyclage du verre, du papier et des huiles usagées. C’est dire aussi qu’on s’est déjà habitué à utiliser certaines ressources avec parcimonie. On devrait étendre ce comportement à toutes les formes d’énergie.

Quel rôle jouent les mesures techniques dans les appareils?
On a tous de plus en plus d’appareils à la maison. La technologie peut nous aider. Quelques exemples: choisir des détecteurs de mouvement plutôt que des interrupteurs; il y a aussi les machines à café qui s’arrêtent automatiquement ou la mise en marche automatique intelligente des imprimantes de bureau. Mais aussi le lave-linge qui, à l’avenir, s’enclenchera quand il y a assez de courant à disposition dans le réseau. Les «Smart Meter» sont aussi importants: ce sont des compteurs d’électricité qui indiquent la quantité d’électricité que nous sommes en train de consommer ou d’économiser.

Et l’Energyday…
… il est extrêmement précieux et bienvenu.

La Suisse va emboîter le pas à l’UE en ce qui concerne l’étiquette énergétique.
Ces prochains jours, nous allons introduire une étiquette énergétique remaniée. L’étiquette énergétique est un instrument établi et reconnu dans toute l’Europe pour désigner les meilleurs appareils. Dans les magasins, les consommateurs s’y fient, ce qui leur permet de choisir un appareil efficace du point de vue énergétique.

Pourquoi la Suisse ne fait-elle qu’emboîter le pas à l’UE?
Ce n’est le cas que pour la déclaration. En ce qui concerne les prescriptions énergétiques, nous sommes en avance! Exemples: les appareils de réfrigération et de congélation, les fours et surtout les sèche-linge; dès l’année prochaine, ils ne devront plus consommer que la moitié d’électricité des sèche-linge conventionnels de l’UE. Toutefois, nous ne voulons pas créer notre propre étiquette énergétique. Compte tenu du petit marché suisse, ce serait un trop gros investissement pour notre économie.

L’électricité est-elle trop bon marché?
Les prix de l’électricité sont relativement avantageux car le marché de cette énergie est soumis à la concurrence internationale. Des prix élevés constitueraient un désavantage pour notre pays car l’électricité joue un rôle essentiel pour notre industrie. Si les prix de l’électricité étaient beaucoup plus élevés en Suisse qu’à l’étranger, nous serions confrontés à un problème de localisation. La mise à disposition générale de l’électricité à un prix raisonnable a cependant fait que nous, les consommateurs, l’avons utilisée avec une certaine insouciance.

Des efforts privés dans le domaine des cellules ?solaires, par exemple, pourraient-ils faire avancer les choses?
Le premier pas est le développement de collecteurs solaires. Si on peut chauffer de l’eau sans utiliser d’électricité, cela nous fera assurément avancer. Il y a ensuite le chauffage, qui charge considérablement le réseau électrique en hiver et c’est cher. Pour les nouvelles constructions de bâtiments, nous misons sur MinergiePlus ou les maisons 0% d’énergie.

Pour les anciennes constructions, l’accent est mis sur les rénovations et sur d’autres technologies de chauffage telles que pompes à chaleur, couplage chaleur-force ou d’autres techniques apparentées. Pour générer de l’électricité, il faut assez de surface. Mais là aussi, la technologie solaire s’améliore et les prix deviennent plus avantageux. De tels investissements de privés sont donc aussi judicieux.

Que faites-vous personnellement pour obtenir un bon bilan énergétique?
Pour l’éclairage, je privilégie les ampoules économiques ou LED; cela aide beaucoup. De plus, nous veillons à utiliser principalement du courant de nuit. Quand j’achète un nouvel appareil, je veux qu’il soit le plus efficace possible du point de vue énergétique. C’est payant sur le long terme.

Pour plus de transparence

Etiquette: du nouveau dès 2012

La nouvelle étiquette énergétique de l’UE s’appliquera aux réfrigérateurs et aux congélateurs, aux machines à laver et aux lave-vaisselle dès 2012 en Suisse.

La nouvelle étiquette énergétique de l’UE s’appliquera aux réfrigérateurs et aux congélateurs, aux machines à laver et aux lave-vaisselle dès 2012 en Suisse.
La nouvelle étiquette énergétique de l’UE s’appliquera aux réfrigérateurs et aux congélateurs, aux machines à laver et aux lave-vaisselle dès 2012 en Suisse.

L'efficacité énergétique de beaucoup d'appareils électriques s'est sensiblement améliorée. Certains groupes de produits seront attribués aux classes A+, A++ ou A++++ dès l'année prochaine.

Savoir combien d’électricité – ou même d’eau – un appareil électroménager consomme est un critère d’achat important. L’étiquette énergétique européenne fournit à ce sujet des informations transparentes depuis 1996. Mais étant donné que l’efficacité énergétique de nombreux appareils s’est constamment améliorée ces dernières années, l’UE a remanié son étiquette énergétique et créé les classes supplémentaires A+, A++ et A+++ pour les groupes de produits réfrigérateurs/congélateurs, lave-linge et lave-vaisselle ainsi que la classe A++ pour les téléviseurs. Ces modifications devraient aussi être progressivement adoptées en Suisse dès 2012.

En résumé, la nouvelle étiquette énergétique conserve le principe des sept classes d’efficacité, à cette différence près qu’elles vont désormais de D (rouge, faible efficacité) à A+++ (vert, efficacité maximale). Les fournisseurs peuvent en outre utiliser des pictogrammes faciles à comprendre plutôt que du texte. Et si le niveau sonore d’un appareil est l’une de ses caractéristiques importantes, il en sera également fait mention à l’avenir. L’étiquette indiquera en outre la consommation énergétique annuelle de l’appareil.

Pour l’instant, pas de changements en vue pour les fours, les climatiseurs et les machines à café: ces appareils conservent l’ancienne classification de G (rouge) à A (vert). Coop, Interdiscount, Fust et Lumimart encouragent l’achat de produits efficaces du point de vue énergétique et font partie des premiers détaillants et commerces spécialisés qui adopteront la nouvelle étiquette énergétique en Suisse. Ils soutiennent en outre l’«energyday11» et s’engagent pour un comportement responsable. Les clients pro-fiteront donc de rabais intéressants dans le cadre d’«energyday11».

www.topten.ch
www.coop.ch/energyday

«energydayBINGO»

Comment gagner en efficacité

Un Bingo se déroulera du 25 octobre au 25 novembre dans le cadre d’«energyday11». Ceux qui participeront auront chaque jour la chance de gagner un appareil performant au plan énergétique, notamment cinq machines à café Oecoplan de Coop particulièrement économes en énergie ainsi qu’un téléviseur et un lave-linge de Fust. Infos et conditions de participation en ligne sur:

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

christoph zehnder
Photo:
Philipp Zinniker
Publication:
lundi 24.10.2011, 10:32 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?