A maturité, l’écorce du fruit de la passion est très plissée.

Une touche d'exotisme

Originaire d’Amazonie, le fruit de la passion ensoleille les brèves journées de décembre. Simple à préparer, seul ou avec des plats salés.

Parfumé, toujours juteux, très sucré et facile à digérer, le fruit de la passion est une baie ainsi dénommée parce que sa fleur rappelle les stigmates de la Passion du Christ, symbolisant son agonie. C’est l’interprétation qu’en ont donnée les missionnaires qui ont découvert la famille des passiflores (qui compte quelque 475 espèces) à la fin du XVIe siècle, en Amazonie. La passiflore se présente sous la forme d’une plante grimpante, comparable à la vigne, avec  des fruits à l’écorce pourpre ou jaune, dure et très plissée à maturité.

Ce sont les colons espagnols qui ont apporté en Europe des graines de passiflore. Le fruit de la passion, parfois appelé grenadille, a très longtemps (jusque vers 1950) été utilisé non seulement en cuisine mais aussi pour ses propriétés médicinales. Il était notamment réputé pour ses vertus antispasmodiques et sédatives. Sa chair est riche en vitamine C et en oligoéléments.

Contrairement à d’autres fruits exotiques, le fruit de la passion se prépare très facilement. Il suffit de le couper en deux et de le déguster à la petite cuillère. A noter que les graines, riches en fibres alimentaires, sont comestibles. Cette baie peut aussi entrer dans la préparation de marinades pour du gibier ou d’autres viandes ou de sauces pour accompagner des plats de poisson.

Marie-Thérèse Page Pinto

Rédactrice

Photo:
Ferdinando Godenzi
Styling:
Marianne Ettlin
Publication:
lundi 05.12.2011, 10:14 heure