Voir briller les yeux d’un enfant lorsqu’il reçoit son cadeau de Noël est un moment très touchant.

«2 × Noël», une joie multipliée

En Suisse, la pauvreté existe aussi. Margrit et Kurt Eggli sont bien placés pour le savoir. Le couple donne chaque année un coup de main au Père Noël.

Avec l’aide de bénévoles, Margrit et Kurt Eggli préparent les colis.

Avec l’aide de bénévoles, Margrit et Kurt Eggli préparent les colis.
Avec l’aide de bénévoles, Margrit et Kurt Eggli préparent les colis.

Bien sûr, Margrit et Kurt Eggli croient aussi au Père Noël, cet être légendaire qui égaie notre imagination depuis notre plus tendre enfance. Mais dans un contexte de crise bancaire, d’endettement et de débâcle économique, le Père Noël de nos rêves n’arrive plus à combler tout seul tous les vœux. Le couple d’Ostermundigen (BE) a donc décidé de lui prêter main-forte. Depuis des années, ce juriste et son épouse aident à diffuser le message de Noël. Ils s’occupent de redistribuer les 430 tonnes de denrées alimentaires, de jouets, de vêtements et d’articles de toilette qui sont récoltées lors de l’opération «2  Noël» de la Croix-Rouge suisse. Ces quantités colossales doivent être traitées en l’espace de sept semaines environ.

«Cela fait des années que nous achetons des articles destinés à l’action «2  Noël», se rappelle Margrit Eggli. Le choix englobe des denrées alimentaires non périssables telles que de l’huile, du riz, du sucre, mais aussi des articles de toilette, des livres d’enfants, des habits d’hiver et de bonnes chaussures. A un moment donné, les Eggli se sont dit qu’on avait peut-être besoin de leur aide sur le terrain.«Depuis, avec d’autres bénévoles, on réceptionne environ 70 000 colis après les Fêtes. On les ouvre, on trie leur contenu et on en fait de nouveaux colis. On est tout simplement dépassés.»

Les Eggli sont littéralement lessivés à la fin d’une journée passée à faire des paquets. Moins par le travail que par la générosité de la population suisse: «Il y en a plein qui ne se contentent pas d’offrir des vêtements reçus à double par le Père Noël. Ils achètent aussi exprès des choses vraiment importantes pour nous: denrées alimentaires de base, articles de papeterie, livres pour enfants… ou de temps à autre un shampooing ou un lait corporel.»

Des pauvres en Suisse? Certes, la moitié des marchandises est envoyée en Moldavie et en Bosnie, mais Kurt Eggli a croisé des gens démunis lorsqu’il travaillait comme juriste. «Chez nous, on cache la pauvreté. Or l’écart entre riches et pauvres ne cesse de croître.»
Et pendant qu’il nous décrit des cas tirés de sa vie professionnelle, Julian, Dario, Elandro, Aisha et Sophie font irruption dans la pièce. Ils viennent d’Ueberstorf (FR).  «On est toujours très gâtés par le Père Noël. On sait que certaines familles ne sont pas aussi bien loties que nous. On a donc aussi préparé des paquets pour les enfants plus pauvres.»

Quant à l’engagement de Coop, il est motivé par les mêmes arguments que ceux de ces enfants d’Ueberstorf, du couple d’Ostermundigen, ou du coureur de marathon Viktor Röthlin (voir article ci-dessous). «En tant qu’entreprise nationale, nous tenons à faire quelque chose pour la population suisse. C’est pour cela que Coop soutient depuis dix ans l’opération «2  Noël» avec un don d’une valeur totale d’un demi-million de francs en marchandises de première nécessité», précise Béatrice Rohr, de Coop.

L’année prochaine, toutes ces choses et ces objets seront distribués sous la responsabilité des sections de la Croix-Rouge suisse. Les homes d’enfants, les maisons d’accueil pour femmes, les familles et les institutions tributaires d’aide, personne ne sera oublié. Béatrice Rohr a parfois l’occasion d’assister à l’arrivage de jouets ou de crayons de couleur dans un home d’enfants: «Quand je vois tous ces yeux briller, c’est un second Noël pour moi.»

«Si j’ai la possibilité d’aider les autres, je le fais»

Le marathonien Viktor Röthlin souhaite que l’opération «2  Noël» soit un succès. C’est ce qu’il demande au Père Noël.

Coopération. Pourquoi vous engagez-vous pour l’action «2  Noël»?
Viktor Röthlin. J’ai le privilège, avec ceux qui m’entourent, d’avoir une belle vie, de pouvoir passer Noël en famille et échanger des cadeaux. Malheureusement, ce n’est pas le cas de tout le monde, et c’est pour cela que je soutiens cette campagne.

Que pensez-vous de l’opinion très répandue selon laquelle si on est pauvre, c’est qu’on l’a en quelque sorte mérité?
Cela peut être vrai dans certains cas, mais ce n’est pas la règle. Et au fond, les raisons pour lesquelles une personne vit dans la pauvreté sont-elles importantes? Si j’ai la possibilité d’aider, je le fais.

Que faites-vous concrètement pour «2  Noël»?
Je suis donateur et j’essaie d’attirer encore davantage l’attention sur cette action par ma personne. Mon site Internet, Facebook et mon cercle de supporters m’aident à réaliser ce projet.

Et vous, que souhaiteriez-vous comme cadeau de Noël?
Que «2  Noël» soit un plein succès. Une salopette pour les travaux de jardinage du printemps prochain. Et que le plus de gens possible prennent la résolution, pour l’année 2012, de faire bouger davantage les choses dans leur vie.

La Poste et la radio, de précieux partenaires

Avez-vous reçu comme cadeau de Noël un produit que vous aviez déjà ou dont vous n’avez pas l’utilité? Offrez-le à une personne démunie, cela atténuera sa détresse. Vous aimeriez partager la magie de Noël avec des gens sans ressources vivant en Suisse et dans d’autres pays? Déposez gratuitement votre colis à un guichet de poste entre le 24 décembre 2011 et le 7 janvier 2012. Cette année encore, Radio DRS 1 s’engage pour «2  Noël» dont la date a été fixée au 29 décembre.

Le site de «2 × Noël»
Publication:
lundi 12.12.2011, 10:37 heure