Le Père Noël s'affaire…

Des enfants ont imaginé pour «Coopération» en dessins ce que fait le Père Noël juste avant le 25 décembre. Un grand BRAVO à toutes et à tous et… JOYEUX NOËL!

a

a

Le lecteur yverdonnois Daniel Murset fait partager l'histoire qu'il a écrite, «Noël au village»:

Il avait neigé toute la nuit et toute la journée. Le soir, la veille de Noël, tous les enfants du village s’étaient rendus à pied avec leurs parents jusqu’à la petite chapelle à la sortie du village. La neige s’était arrêtée de tomber et le froid faisait scintiller les étoiles dans le ciel et crisser les souliers sur la neige gelée. Les oreilles «frisaient » malgré les bonnets, et les grosses vestes n’empêchaient pas les enfants de courir et de rire.

C’était la fête, un moment à part, magique. Comme l’approche dans la nuit, comme les bougies allumées à l’entrée et sur le sapin qui hypnotisaient tous les sens la porte à peine passée. Des grosses boules de Noël multicolores et des oranges, des friandises qui attiraient les convoitises étaient accrochées aux branches du grand sapin dont la pointe décorée d’une étoile touchait presque le plafond.

L’agitation palpitait de partout retenue pourtant par le respect et la magie des lieux. Puis venaient les chants et le conte de Noël, les yeux et la bouche grand ouverts pour ne pas en perdre une miette. On n’entendait que le bruit des souliers raclant parfois le plancher sous les bancs de bois. Arrivait enfin pour les enfants le moment tant attendu de la distribution des cornets remplis avec des cacahouètes, un biscôme, des chocolats de noël et une souris en chocolat fourré. Avant de partir les gosses s’empiffraient avec gourmandise tandis que les plus grands dégustaient un verre de thé chaud à la cannelle.

C’est au milieu de cette féerie, que la porte s’était soudain ouverte et que quelqu’un était entré en portant un «bambi» dans ses bras.
- «Il est tout tremblant de froid, je l’ai trouvé dehors dans la neige!» Après un moment de surprise bien compréhensible, les enfants et les parents s’étaient précipités pour voir cette jolie petite bête au museau noir et humide et aux yeux si doux. L’envie de caresser et de s’approprier cette «petite chose» était mélangée avec la crainte du sauvage et de l’inaccessible, du fugace.
- «Posons-le dans la paille de la crèche!» La poupée représentant l’enfant Jésus du se pousser un peu pour faire un peu de place au faon, apeuré mais content de trouver de la chaleur et de la douceur.

Doucement il approcha son museau de l’enfant Jésus pour le renifler et l’on eut dit que le miracle de Noël recommençait comme il y a 2000 ans le bœuf et l’âne réchauffèrent le nouveau-né en lui soufflant dessus des naseaux. Tout le monde entourait cette scène, cette crèche vivante tombée du ciel. Petit à petit le silence se fit, et le faon, épuisé par tant d’émotions, s’endormit en posant son museau sur la paille. On entendait voler une mouche et même «les anges sur nos campagnes».
- «On va le laisser là jusqu’à demain », chuchota quelqu’un, « je viendrai le libérer demain matin.»

Peu à peu tout le monde remit sa veste, son bonnet et son écharpe pour sortir doucement sous la voûte étoilée les yeux brillants de ce qu’ils avaient vu. La buée qui s’échappait de leur bouche était autant d’ailes d’anges qui les raccompagnaient dans leur foyer.

Commentaires (5)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?