Le gingembre tire son nom du sanscrit et signifie «en forme de bois de cerf». En Asie, cette racine est consommée depuis des millénaires.

Gingembre, avec ail et oignon

C’est une épice aux innombrables qualités, à utiliser de l’entrée au dessert, fraîche, en poudre ou encore confite, avec des plats salés ou sucrés.

Comme la pomme de terre, ou, plus ressemblant, le topinambour, le gingembre est une racine, un rhizome. Plus il vieillit, plus son goût piquant se renforce. En Asie, d’où cette plante tropicale est probablement originaire, le gingembre est consommé depuis au moins trois millénaires, aussi bien comme condiment qu’aliment ou encore plante médicinale. Son nom vient du sanscrit shringavera, qui veut dire «en forme de bois de cerf». Au Moyen Age, il entre dans la composition de l’hypocras et dans toutes les recettes de pain d’épices, son parfum tenace étant alors utilisé pour remédier à la saveur très souvent rance de la farine. Mariné en fines tranches, le gingembre a aussi la réputation de nettoyer le palais entre deux plats très relevés. Cette racine est appréciée depuis longtemps pour ses qualités digestives, contre le mal des transports, les rhumatismes…

De nombreuses études récentes ont mis en valeur son pouvoir antioxydant. Il semble que cette qualité est renforcée si le gingembre est utilisé simultanément avec de l’ail et/ou de l’oignon. Parmi les très nombreuses vertus qu’on lui prête, sa propriété aphrodisiaque a traversé les siècles, sans toutefois avoir été clairement démontrée! Le gingembre, ou plus précisément le pot qui le contient, a été immortalisé par plusieurs peintres, notamment Vincent Van Gogh et Paul Cézanne.

Photo:
Ferdinando Godenzi
Styling:
Marianne Ettlin
Publication:
lundi 09.01.2012, 08:48 heure