toolbar

Alain Valterio
écrit le 19.05.2016 dans Education


Comment passer de l'homme-enfant à l'âge adulte?

Quelles sont les pistes que vous suggérez pour permettre à toute cette génération d'hommes-enfants de franchir cette étape qu'est le passage à l'âge adulte?
Globalement, dans la conférence de vous que j’ai suivie, je partage votre vision de l'éducation et votre constat d'une trop grande féminisation de notre société.  Halim

Réponse :

Je ne crois pas que l’on puisse dire que je déplore la féminisation de la société. Mon point de vue est le suivant. Je crois qu’en ce qui concerne le domaine de l’économie, les règles qui président aux décisions qui y sont prises sont celles de marché, alors qu’en politique, ce sont les jeux de pouvoir qui décident des choix des protagonistes. Hommes ou femmes sont soumis aux mêmes enjeux. Mon point de vue est que les femmes me semblent avoir moins que les hommes le goût du pouvoir, ce dont on ne saurait leur en vouloir. Si les femmes ont plus de peine à accéder à des postes élevés, c’est aussi que la perspective d’avoir un enfant est une priorité plus importante que pour les hommes. 

Par contre, s’il est un domaine sur lequel les choses ont beaucoup évolué, c’est celui de l’éducation. L’idée de l’éducation que se font aujourd’hui les parents et les éducateurs sur la façon dont on doit élever un enfant s’inspire du regard que la mère pose sur lui, y compris le père qui a tendance à se positionner avec lui comme une deuxième mère. L’enfant roi est pour moi victime de la priorité toute maternelle dans laquelle l’enfant est mis. On veut une éducation qui protège, jamais une éducation qui met à l’épreuve. On préfère l’envoyer en thérapie plutôt que l’envoyer se confronter à ses limites physiques et mentales. Ce que j’observe dans les institutions, c’est que l’on fait du thérapeutique quand on devrait faire de l’éducatif.

Pour répondre à la question que vous me posez au sujet de l’homme-enfant, je ne saurais trop recommander à cet homme de rechercher la compagnie des autres hommes. Sans être contre la mixité, je pense que la présence des femmes modifie dans un groupe les interactions entre les individus. Je trouve dommage que le principal miroir de l’homme soit la femme et que la majorité d’entre eux ne cherche l’estime d’eux-mêmes qu’à travers ce qu’ils suscitent chez les femmes, le plus souvent en se conformant trop à ce qu’elles attendent de lui. Pour bien des hommes, l’individuation se limite à être un bon père et un bon mari dans le sens où l’entendent les femmes. Les hommes que je rencontre dans ma consultation me donnent l’impression de ne plus être guidés de l’intérieur par une voix masculine, celle qui les oriente à avoir un certain  recul avec l’autre sexe.

Il faut bien comprendre que le machisme ancestral qui a voulu que la femme soit soumise à l’homme.

Une chose essentielle me paraît d’explorer l’image qu’il a de son père. Je suis étonné aujourd’hui, sitôt qu’une personne dénonce l’attitude qu’a eu avec lui son père, tout le monde va prendre pour argent comptant sur ce qu’il en dit. 


Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!