toolbar

Alain Valterio
écrit le 08.07.2016 dans Familles recomposées


La fille de mon mari ne veut plus me voir

Cela fait 16 ans que je suis avec mon mari. Lorsque sa femme est partie il y a 20 ans bientôt, , sa fille avait 3 ans et nous avons toujours été là et ensemble pour elle. Elle vient d'avoir 19 ans et ne veut plus me voir. (…)

Nous avons tous fait des erreurs (non graves) mais elle a décidé depuis 2 ans de ne plus revenir à la maison. Elle ne veut voir que son père et le fils que nous avons eu ensemble et qui a 5 ans. Elle me rejette et mon mari ne veut plus la voir en dehors de "nous". Il n'accepte pas cela.... Elle refuse de se remettre en question alors que nous lui avons dit que nous avions fait des erreurs mais c'est comme parlé à un mur !!! Mon mari souffre et j'absorbe ses émotions. Que doit-il faire? Son entourage et son ex femme n'ont pas été très "positif" en mon égard! Merci de votre aide. A.

La réponse du psy

Les enfants qui tournent le dos à l’un des deux parents est une situation devenue tellement fréquente que l’on peut parler d’un véritable phénomène d’époque. On est frappé de constater l’énorme décalage qui existe entre le nombre de personnes qui sont touchées par ce problème, pour la plupart des parents divorcés, et du peu qu’on en parle. Il faut dire que cette question soulève de nombreux tabous. Les quelques lignes qui vont suivre ne vont pas suffire. Il y aurait un livre à écrire sur ce sujet.

Soyez bien certaine que vous, la belle-mère de cette jeune fille, n’êtes pour rien dans cette rupture ! C’est bien son père qui est mis dans un chantage dans lequel il ne doit en aucun cas tomber. « C’est elle (donc vous) ou moi !», est en substance le contenu de ce chantage. On peut se poser la question si sa mère n’y apporte pas sa contribution dans la mesure où peut-être elle ne voit pas d’un bon œil que son ex-mari refasse sa vie.

C’est avant tout un sentiment de toute-puissance qui pousse votre belle-fille à faire cette rupture.  Vous constaterez que les bénéfices qu’elle en retire ne vont pas lui permettre d’être plus libre. Je doute que son père ne lui interdise grand-chose. De nos jours, on ne rejette plus son père pour se passer de ses permissions, mais pour se donner l’illusion que l’on est le maître absolu de son destin comme lorsqu’on se fait tatouer sur sa poitrine « sans dieu ni maître ». Cette rupture a la valeur d’une décompensation, « on fait tout péter », sans voir que la première victime de cette bombe que l’on pose, est soi-même (ce qui n’est pas sans nous rappeler une actualité brûlante). Mettre en jeu avec une pareille légèreté son père au nom de cette toute-puissance, c’est prendre le risque de perdre son âme.              

Tout a été dit sur les devoirs des parents divorcés envers leurs enfants. Il serait peut-être bon de rappeler à leurs enfants qu’ils en ont aussi. Ce serait en premier lieu à l’entourage adulte de votre belle-fille de lui dire de ne pas jouer à ça, et à sa mère en particulier. Mais il semble bien que de façon général, dans le discours éducatif aujourd’hui, on préfère plus tôt apprendre aux enfants à dénoncer les erreurs de leur parents plutôt que de leur apprendre à exprimer leur reconnaissance. Dommage, car ça fait du bien non seulement à celui qui la reçoit mais à celui qui la donne.   

 


Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!