toolbar

Céline et Xavier Pasche
écrit le 02.12.2017


La danse de l’allaitement

Prendre son bébé qui vient de naître, ce tout petit être, pour le nourrir au sein est un sentiment intense, une pure joie. L’allaitement est une danse intime entre la maman et le bébé. Des premiers signes quasi identiques chez tous les nourrissons, ils se constituent ensuite un lien particulier. Une chorégraphie unique se développe. Un lien les unit alors dans cette danse de l’allaitement.

L’allaitement permet à l’enfant et sa maman de maintenir le lien présent dans sa vie in-utéro. Le lait est appelé le sang blanc, transféré du sang de l’utérus à la montée de lait dans les seins. L’allaitement est ainsi le reflet de la relation à l’enfant, et peut faire surgir de nombreuses émotions. Il nécessite d’être vraie à son enfant dans l’amour comme dans la peur. Il est biologique, mais pas toujours simple.

Au sein, le bébé reçoit tout à la fois, non seulement le lait qui va le nourrir aussi la chaleur, les odeurs, les sons connus du battement du coeur à la voix de sa mère. Lors de l’allaitement, le bébé reçoit l’odeur de sa maman. Il sent l’odeur du sein et du lait qui est porche de celle du liquide amniotique. La maman offre alors de la relation, de la tendresse, de la sensorialité, du contact peau à peau, de la sécurité pour devenir par la suite autonome et indépendant. Le bébé boit ainsi plus que du lait, il boit toute l’énergie d’Amour de la Maman. Et il boit ainsi ses émotions. Fibie m’a rappelé ce point essentiel: Sa pleine conscience et sa connexion sans filtre à tout ce que je ressens. Suite à une montée de doutes, de craintes, de tristesse et d’émotions confuses, je lui donne mon sein alors que des larmes se déversent sur mes joues. Puis elle refuse de s’alimenter, durant plusieurs heures, elle hurle à chaque fois que je la porte dans mes bras. Sa réaction nourrit mes doutes et mon déséquilibre. Elle me rappelle alors la nécessité de m’aligner, de me faire confiance et de retrouver mon équilibre en acceptant mes émotions, pour entrer à nouveau en lien avec elle. Je commence alors par la nourrir d’Amour en l’a portant peau à peau, et lentement elle reprend le sein. Une grande leçon pour moi sur sa sensibilité, sa compréhension et sa pleine présence.

Je commence par nourrir Fibie d'Amour

C’est aussi la modification de mon alimentation en écoutant et en suivant les signes de mon enfant. Fibie est sensible à ce que je mange, c’est alors tout un processus pour sentir ce qui est lui convient afin de faciliter sa digestion et son arrivée dans le monde terrestre dans la densité de son corps.

En Malaisie, en pays musulman, pour allaiter, j’ai l’obligation de me cacher du regard des autres, idéalement avec un tissu qui m’enveloppe avec Fibie. Pour moi, c’est difficile. J’ai un réel besoin d’être en contact visuel avec Fibie lorsqu’elle tète. De la discrétion, un besoin d’intimité et de tranquillité est nécessaire, mais il me reste une grande incompréhension quant à l’obligation de me cacher d’un processus si naturel.

Céline

Au bord de l'océan, j'allète mon enfant


Article précédent Piscine
Article suivant Festival des 9 empereurs

 

Commentaires (1)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.










Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!