toolbar

Jacques Wullschleger
écrit le 27.03.2018 dans Sports collectifs


Denis Roubaty, ancien basketteur international

Denis Roubaty: un paresseux qui a remarquablement réussi. Sur la fin, alors que la neige tombe sur la ville de Lausanne, il avoue, cultivant le paradoxe de ce qu'est sa vie, toute en intensité : "A la base, je suis quelqu'un de paresseux. Je dois me pousser, me faire violence pour entreprendre des choses." Comme l'heure est aux confidences, sans tache de regret, Denis Roubaty ajoute, portant un regard sur la rue blanchie: "Si je ne l'avais pas été, j'aurais été meilleur dans plein de choses. Mais tout ce que j'ai fais, je l'ai bien fait." Avec profondeur et passion. "J'essaye d'inculquer ça à mes enfants, dans une famille, un des rôles très important, c'est la transmission; de choisir une voie, ou plusieurs et quand elle est trouvée, déterminée, c'est d'y aller à fond, de la vivre pleinement."

Toute sa vie, Denis Roubaty a enseigné. Depuis le 1er décembre 2017, il est à la retraite. "Mon titre, c'était maître secondaire." C'est à Lausanne qu'il a travaillé. "J'étais un transmetteur de connaissances", se qualifie-t-il. D'abord à Montriond, ensuite à C.-F. Ramuz enfin au Collège secondaire de Béthusy, établissement où Denis Roubaty passa 28 ans de sa vie. Aujourd'hui, il se fait le porte-parole de la profession, d'une situation vécue, d'un changement de mentalité. "À cause d'un changement de comportement, d'une société dont l'identité a un peu changé ou évolué l'enseignant est devenu un éducateur. Sur la fin, j'ai eu de la peine avec ça. L'enseignant est plus éducateur qu'enseignant, car il y a plus de problématiques,  liées à la vie, au quotidien."

De formation pédagogique, Denis Roubaty aime s'impliquer dans des univers qui enrichissent la vie et l'esprit. Sa scolarité, il l'a assurée à Lausanne, au Collège de l'Elysée et au gymnase de la Cité notamment. "J'étais un élève moyen. J'aimais les mathématiques et l'économie." Depuis cinq ans, il fait partie du Cercle littéraire de Lausanne, sis à Saint-François près de l'église, fort de 70'000 bouquins et près de 400 membres. "Pour entrer au Cercle, il faut deux parrains. Je suis socialiste, mais ce sont deux libéraux qui m'ont parrainé: Françoise Champoud et Maurice Meylan. Tu peux bien t'entendre avec des libéraux humanistes." Le parti libéral n'existe plus. Le PLR a pris sa place.

Denis Roubaty et la politique

Denis Roubaty a toujours été socialiste. "Je ne suis plus du tout actif, mais je paie ma cotisation." À Lausanne, il a été président du groupe socialiste. De mai 1988 à mai 1991, il a présidé le Parti socialiste. Et durant toute l'année 1992 (1er janvier au 31 décembre), Denis Roubaty a été Président du Conseil communal.

Ses compétences en politique, ses implications nombreuses et ordonnées étant appréciées et fortement remarquées, beaucoup de personnes le voyaient un jour municipal à Lausanne. Mais un événement surgit. "Lors d'une séance pléniaire du Conseil communal, j'ai eu un malaise. Je faisais trop de choses." Cette alerte a fait intelligemment réfléchir Denis Roubaty et comment aurait-il pu en être autrement.
Ce trouble pénible a influencé sa vie politique, qui n'a jamais été une carrière. "En
fait souligne-t-il en gras, j'ai toujours jonglé, d'abord entre le basket et l'école puis entre l'école et la politique."

Denis Roubaty et le basket

Au commencement, Denis Roubaty a joué au football. "Au FC Lutry, j'avais 15 ans. J'étais un défenseur." Un jour bien pensé, à considérer la suite, son papa lui dit à mots non couverts: "Tu es trop grand pour faire du foot. Il faut faire autre chose."

Ce qui fut fait et c'est ainsi que Denis Roubaty, homme de 2 mètres et vrai pivot, devint un excellent basketteur. "La Sportive française Lausanne a été mon club formateur. J'ai commencé le basketball  tardivement. Les fondamentaux, je les ai appris à Vevey." À l'époque, Vevey était un grand club. Dans le monde du basket suisse, son histoire est écrite en majuscule. "Deux années de suite raconte Denis Roubaty, Vevey donnait la possibilité à deux joueurs de vivre une expérience d'un mois aux Etats-Unis. J'ai eu la chance d'y aller en 1976. Alain Etter (un ex-grand joueur Suisse) était avec moi. Aux States on a fait que du basket. À mon retour, la presse a dit que ce séjour m'avait métamorphosé (il sourit).  Je ne sais pas si c'est vrai mais ce séjour m'avait bonifié au niveau de la confiance. Le président du club était feu Monsieur Georges Chorafas."

Dans sa vie, Denis Roubaty a toujours "fait" les choses à fond. Sa vie privée en a souffert (un divorce). Des coupures (nécessaires) ont suivi ses activités (sport et politique). "J'ai renoué avec le milieu du sport avec deux de mes enfants nés d'un second mariage: Matteo, basketteur en CPE à Pully, qui a 17 ans et Elio, qui pratique le badminton. Il est triple vice-champion de Suisse U15 ( en simple, double et mixte)."

Ses deux autres enfants sont beaucoup plus âgés. "Le plus grand, Raphaël (1985) enseigne le sport et la géographie. Ma fille Stéphanie (1987) est aussi enseignante mais en français-géo." Leur papa est fier d'eux. Au sujet de sa taille, 2 mètres, il parle d'avantages "Au basket, ça aide, elle m'a permis aussi d'assumer plein de choses"; mais le fait de mesurer deux mètres impose (ou imposait) la moquerie, sympathique en général. "Du style, il fait beau là-haut ou tu as la neige avant les autres. Mais, pour moi, l'important,  ce n'est pas d'être grand, c'est d'être à la hauteur."

Denis Roubaty à gauche

Palmarès

Denis Roubaty est né le 23 mars 1957 à Neuchâtel. Il est double national - Suisse et Italien, par sa maman.
Ancien basketteur et international suisse. Sa carrière au plus haut niveau a duré 8 ans (1976 à 1984).
Son club formateur: Sportive française Lausanne.
A joué ensuite avec Vevey, puis avec SF Lausanne, enfin avec Pully (1983-1984), sa dernière saison dans l'élite du basketball.
A été international suisse à une vingtaine de reprises.
Outre de nombreux tournois à l'étranger, a disputé les Européens, groupe C, avec l'équipe de Suisse.
En 1981-1982, il a été champion de Suisse avec SF Lausanne ( LNB), promotion en LNA. L'entraîneur était Jon Ferguson.
Au début des années 1980, a été vice-champion de Suisse avec Vevey (LNA).
Finaliste de la Coupe de Suisse avec Vevey, défaite contre Nyon (1980-1981).
Avec Vevey, a disputé la Coupe Korac.

Quiz

 
01
sur
 

 


Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.










Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Jacques Wullschleger

 

Un fou de sport. Et le mot est faible. Jacques Wullschleger  a consacré sa carrière au journalisme sportif, d’abord pour la «Feuille d’avis de Lausanne» (devenue «24 heures») dès 1972, puis au «Matin» dès 1984. Son palmarès parle pour lui: plusieurs Coupes du monde de football, des Tours de Romandie et d’innombrables championnats de hockey, tennis, natation, patinage artistique… Au final, des milliers d’articles, mais aussi des événements et des rencontres qui ont marqué l’homme.

_


S'abonner à ce blog:

S'abonner par mail:
Veuillez corriger votre adresse e-mail


Confirmer



Archives par sujet: