toolbar

Céline et Xavier Pasche
écrit le 20.04.2018


Face au Pacifique

Ce matin, nous poursuivons au sud, en direction de Taitung. Nous sommes entourés des rizières qui composent la vallée du rift oriental. Leurs pousses lumineuses s’affichent face aux magnifiques chaînes de montagnes dans les couleurs un peu grises de ce début de journée. La brume danse avec les sommets et les rend magiques, parfois mystiques. Puis nous commençons l’ascension du col qui va nous permettre de rejoindre la côte. Nous sommes au cœur des montagnes et passons dans les petits villages. La vie s’y dévoile par instant, comme ce passage devant une boucherie. Nous découvrons aussi le quinoa rouge de Taiwan, utilisé par les populations natives pour protéger le « petit riz », le millet. Cette céréale est ainsi plantée tout autour des parcelles de millet.

Une rizière face à l'océan Pacifique

Ici, nous surplombons une large rivière turquoise. Elle méandre et fait son chemin au cœur des montagnes, parfois entourées de hautes falaises. Les rivières à Taiwan sont impressionnantes, puissantes. Elles naviguent dans des lits si larges qu’elles semblent libres. Et pourtant la largeur de leur lit est nécessaire à accueillir les flots qui se déversent lors des typhons. Après le col, une superbe route nous emmène à rejoindre la côte. Là nous sommes face à l’océan Pacifique. Nous roulons le long de ce titan, dont les rouleaux caressent d’un bruit sourd les plages de galets. Nous nous délectons de paysage mouvant que l’océan nous offre, de ses jeux de lumière, de son chant.

Poisson frais servi dans un petit restaurant local

Nous terminons la journée dans un petit restaurant réputé pour sa cuisine. Ces spécialités sont les fruits de mer et le poisson qui proviennent tous de la haute mer. Un véritable délice partagé avec tous les membres de cette aventure : Shosho, Eddy, Jean, Racky, April et Daria. Nous dormons dans une maison d’hôte un peu futuriste, inspirée du mouvement des micromaisons. Un lieu où nous pouvons observer les étoiles depuis le toit plat, nous faire bercer par la symphonie du Pacifique et être inspirés par le soleil levant sur les flots.

Maquette de la maison d'hôte

Pourtant ce soir, nous subissons le poids de tout ce que nous avons tenté de gérer en même temps, peut-être de notre incapacité à dire stop par moment. Voulant profiter un maximum, nous sommes exténués. Alors que tous se reposent après les 70 kilomètres de vélo, au moment où nous déposons les nôtres, nous devons être présents à 100 % pour nos filles. Prendre soin de Fibie, l’allaiter, jouer avec Nayla qui déborde d’énergie, les nourrir, les doucher, dessiner pendant le repas du soir, bercer Fibie qui ne souhaite que dormir alors que le repas se prolonge. Nous versons littéralement dans le lit. Mais ce soir, nous dormons à quatre dans la largeur d’un lit de 1,40 m, qui grince à peine l’un de nous bouge et Fibie se réveille continuellement.

Le lendemain, la journée de vélo est radieuse, sous un ciel bleu envoûtant. Pourtant, en fin d’après-midi nous avons encore 6 heures de train et une heure de voiture avec les filles. Nous terminons émerveillés, mais épuisés, et retrouvons sans joie la grisaille et les températures froides de l’hiver qui stagnent sur le nord de Taiwan.

Xavier, Céline, Nayla et Fibie


Article précédent Le long de la côte Est
Article suivant Beitou

 

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.










Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!