toolbar

Céline et Xavier Pasche
écrit le 05.06.2018 dans Japon


Accueillis par Zamami

Par ferry, nous arrivons sur l’île de Tokashiki, recommandée par notre Grand-Papa du Japon, Shigeo. Dès que nous posons le pied, nous sommes accueillis par la famille de Zamami. Un homme chaleureux, d’une grande générosité et au cœur sur la main. Instantanément, il nous invite chez lui. Nous arrivons face à la maison, protégée par des murs en béton. Comme toutes les maisons sur l’île, c’est la protection contre les typhons, alors que Shisa, un lion, est le protecteur des lieux. Nous dormons alors dans la maison traditionnelle d’Okinawa chez les parents de huitante ans, toujours en pleine forme. La chambre en tatami nous est réservée, et l’autel des ancêtres se trouve face à nous. C’est aussi une des particularités d’Okinawa, la population n’est non pas bouddhistes ni shintoïstes, mais ici la lignée familiale est priée quotidiennement.

Zamami San nous accueille au port

À Tokashiki, le dialecte local est encore parlé, et notre ami Zamami l’utilise couramment. Les parents parlent un peu anglais, lié à l’histoire de l’île. Lui était pêcheur, il nous montre avec fierté les photos de ses trophées, le plus gros un poisson de 40 kg. Aujourd’hui, il s’occupe d’un grand jardin, qui lui procure tous les fruits et légumes, et possède aussi 4 chèvres.

Maison traditionnelle d'Okinawa

Zamami nous accueille dans sa vie et nous invite à participer aux activités de la journée. Tous les jours, il va pêcher avec ses deux garçons. C’est l’occasion pour Nayla de découvrir la pêche et d’essayer. Elle prendra beaucoup de plaisir à porter les poissons jusque dans un petit bidon rempli d’eau. Zamami nous emmènera aussi à la découverte de sa petite île, une vingtaine de kilomètres pour faire le tour. La route alterne entre forêt dense et somptueuse vue sur l’océan, avec en prime la dégustation de petites baies, un vrai délice.

Zamami San apprend les bases de la pêche à Nayla

Finalement, la famille ne nous laissera pas partir sans la confection d’un omamori, un talisman protecteur fait main avec un des coquillages que Nayla a ramassé sur la plage. Ils nous accompagnent sur nos vélos et sont désormais nos protecteurs.

Céline

La grand-maman s'occupe de Fibie


Article précédent Seuls face à l’océan
Article suivant Tokashiki

 

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.










Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!