Equité: pour ne pas être chocolat...

Les gourmands découvrent le commerce équitable. Or, fabriquer du chocolat «Fairtrade» n’est pas toujours chose aisée, car il faut avant tout que le chocolat soit bon.

Page 1 de 2  Equité: pour ne pas être chocolat...

En 2010, chaque habitant de Suisse a consommé 12 kg de chocolat, soit 300 g de plus que l’année précédente et plus de 2 kg de plus qu’il y a huit ans. Cependant, la simple envie de chocolat est encore surpassée par l’envie de chocolat certifié équitable. Ce segment en croissance a conduit le chocolatier Halba à s’approvisionner en totalité en fèves de cacao du commerce équitable. «Dès 2012, nous ne transformerons plus que des fèves certifiées commerce équitable», nous apprend Marcel Baumann, le responsable du développement et de l’assurance qualité. Le chocolat Halba est vendu entre autres dans la gamme Coop «Qualité & Prix» (voir aussi p. 48). D’ici à l’automne, les 70% de ce chocolat en tablette seront estampillés commerce équitable. Jusqu’à présent, Halba achetait la majeure partie de son cacao destiné à la fabrication de chocolat pour Coop sur le marché libre. «Nous recevons des échantillons de fèves de toutes sortes, jugeons leur qualité et ne retenons que les meilleures», explique Marcel Baumann.

Dans le cas du cacao issu du commerce équitable, on n’est plus obligé d’opérer une telle sélection, car Halba achète son cacao à des producteurs sélectionnés, notamment à l’organisation de producteurs Kuapa Kokoo au Ghana. Cela permet aussi d’établir des liens plus étroits avec les producteurs. Pour Halba, il s’agit là d’un argument de poids car, sur le marché mondial, on va manquer de cacao de qualité. «Pour beaucoup de paysans, la culture du cacao n’est plus rentable.»

L’organisation Kuapa Kokoo a reçu la certification commerce équitable en 1996; 45 000 paysans lui livrent leurs fèves, bénéficiant ainsi des avantages du système du commerce équitable. En contrepartie, ils sont obligés de fournir à Halba du cacao de qualité. Le facteur déterminant pour la qualitédu cacao, c’est la fermentation. «Tous les producteurs n’y parviennent pas aussi bien», explique Christoph Inauen, responsable du développement durable chez Halba. Halba peut maintenant compter sur une qualité égale toute l’année. Le passage au chocolat certifié commerce équitable concerne aussi d’autres ingrédients comme les raisins secs. Tout ce qui entre dans la composition des produits commerce équitable doit être certifié commerce équitable. Il y a cependant des exceptions. «Le lait provient de Suisse et sa production est conventionnelle», indique Marcel Baumann. En effet, les certificats commerce équitable ne sont attribués qu’aux produits du commerce Nord Sud.

Deuxième exception pour le chocolat «Qualité&Prix»: le sucre est d’origine européenne. «Il s’agit là d’une exception; ce n’était pas possible de nous procurer du sucre de canne certifié commerce équitable dans les délais impartis et dans la qualité exigée pour ce genre de projet, précise Martin Rohner de Max Havelaar, mais on y travaille.» Il aurait été possible de retarder le projet, mais dans ce cas Kuapa Kokoo aurait eu un manque à gagner et aurait raté l’occasion de commercialiser ses produits via une filière sûre.

Etes-vous d'accord?

Aimez-vous le chocolat?

Choisissez d’abord une réponse SVP.

Merci de votre participation

Le sucre Max Havelaar
Photo:
Heiner H. Schmitt
Publication:
mardi 31.05.2011, 15:06 heure