Qui aime le yogourt ne se contente pas d’un seul pot…

Yogourt: toujours plus prisé

Depuis plus de 2500 ans, les hommes mangent ou boivent du yogourt. Partout dans le monde. Mais qui a donc découvert cet aliment?

Avec plus de 19 kg par an et par habitant, les Suisses figurent parmi les gros consommateurs de yogourts. Rien d’étonnant à cela puisque le centre de l’Europe est la région au monde où l’on en mange le plus. Cet aliment si apprécié serait originaire d’Asie centrale, plus préci-sément de la région occupée aujourd’hui par la Turquie. Il aurait gagné l’Europe par les Balkans.

Des écrits attribués à Pline l’Ancien mentionnent que certaines tribus savaient «épaissir le lait en une matière d’une agréable acidité». C’est vraisemblablement une fermentation sponta-née, peut-être provoquée par le contact du lait avec des bactéries sauvages résidant à l’intérieur des sacs de peau de chèvre, qui est à l’origine des premiers yogourts. A la fin du XIXe siècle, le bactériologiste russe Elie Metchnikoff s’intéresse à l’effet du yogourt sur la longévité des montagnards des Balkans, avant de découvrir ses effets positifs sur les désordes intestinaux des bébés.

Ce n’est que  depuis les années 20 que la consommation du yogourt devint courante en Europe de l’Ouest, à partir de l’Espagne. En 1919, la famille Carasso ouvrit à Barcelone un atelier de fabrication en utilisant les ferments issus de l’Institut Pasteur. Les premiers yogourts sont vendus en pharmacie dans des pots de porcelaine. La commercialisation de ce nouvel aliment, qui remonte à la première moitié du XXe siècle, connut peu de succès au début car le goût aigre du yogourt déroutait. Les ventes du yogourt se sont mises à croître lorsqu’on aromatisa le produit de fruits et de jus de fruits.

Aujourd’hui en Occident, le yogourt est généralement consommé sucré, au petit- déjeuner ou comme dessert.  En plus d’être apprécié pour son goût et sa texture, le yogourt a une valeur nutritionnelle remarquable.

Anne-Marie Cuttat

Rédactrice

Photo:
Ferdinando Godenzi
Styling:
Marianne Ettlin
Publication:
lundi 27.02.2012, 14:08 heure