Le grand retour: de nombreux poissons et les écrevisses à pattes rouges apprécient à nouveau de vivre dans la Bünz.

Rivière: le grand retour à la nature

Une nouvelle section revitalisée de la Bünz va être inaugurée. Le lit rectiligne et artificiel de la rivière redevient peu à peu le lit naturel d’un cours d’eau retourné à la vie.

Le canton d’Argovie et les communes riveraines ont entrepris de revitaliser, section par section, la Bünz. Cette rivière prend sa source au-dessus de Beinwil et se jette dans l’Aar à Möriken-Wildegg. Une section longue de 630 mètres va être inaugurée près de Muri ce week-end. Sa revitalisation aura coûté 380 000 fr., répartis entre le canton d’Argovie, la commune de Muri et Coop.

D’ici à 2015, la Bünz devrait avoir retrouvé un lit naturel d’une longueur de 15 km si les prévisions du canton d’Argovie se réalisent. La population réagit très favorablement aux projets de revitalisation, affirme Mars Staufer, le spécialiste des cours d’eau du WWF. En général, l’octroi de crédits ne pose pas de problème, car «les gens savent qu’ils récupéreront leur argent sous forme d’espaces de loisirs».

Les gens ne sont pas les seuls à se réaccaparer ces cours d’eau revitalisés; la nature aussi en tire profit, et à un rythme étonnant. Plus en aval, près de Bünzen, deux ans seulement après la fin des travaux de renaturation, on a constaté que les populations de poissons ont été multipliées par trente. «On trouve à nouveau des carpes, des goujons et des truites. L’écrevisse à pattes rouges est elle aussi revenue», constate-t-il. On a même observé des brochets.

La revitalisation ou renaturation de cours d’eau est le signe d’un changement des mentalités dans le domaine de l’aménagement des paysages. Il ne s’agit plus de rétrécir le lit des cours d’eau. Au contraire, il faut l’élargir. Pourquoi ce changement? A cause des inondations de ces dernières années.

D’un autre côté, la population s’est rendu compte qu’elle avait besoin d’espaces de détente proches et écologiques, analyse Markus Zumsteg, chef de la section Aménagement des cours d’eau du canton d’Argovie. Cet aspect a aussi été pris en considération par la Confédération. Il y a quelques jours, le Conseil fédéral a adopté une révision de la législation sur la protection des eaux qui doit entrer en vigueur le 1er juin prochain. La Confédération entend encourager la revitalisation des eaux.

La revitalisation de la Bünz répond à ces deux objectifs. Grâce à elle, c’est l’ensemble du paysage qui est revalorisé. L’élargissement du lit de la rivière augmente sa capacité d’écoulement. Pour cela, il a fallu creuser dans les rives de la Bünz entre l’embouchure du Katzbach, près de Muri, et l’étang de Hasli. Cela a donné naissance à une zone forestière inondable pendant les crues. Les gros blocs de pierre, qui tapissaient le fond de la Bünz et en avaient fait un canal, ont été enlevés. Son lit est à nouveau couvert de gravier, ce qui permet aux poissons de frayer. Il est parsemé de pierres et de grosses branches, qui renforcent sa dynamique. Le courant oscille d’une rive à l’autre, rallongeant ainsi le cours d’eau. Il génère des tourbillons et des contre-courants où «les poissons peuvent séjourner et se reposer avant de poursuivre leur remontée», précise le spécialiste du WWF. Des chicanes artificielles détournent le courant qui peut alors creuser les berges en divers endroits. «La rivière doit vivre et se frayer elle-même son chemin», confie-t-il.

Dans deux ans, le canton contrôlera les effectifs de poissons dans la partie renaturée de la Bünz. Mars Staufer est persuadé qu’on y trouvera comme à Bünzen des goujons, des carpes et des écrevisses à pattes rouges. Et si la Suisse atteint son but, qui consiste à faire remonter des saumons jusqu’à Berne en 2020, la Bünz en hébergera aussi.

Coop participe à larevitalisation de la Bünz

Une contribution est prélevée sur le chiffre d’affaires de la carte de crédit Verde.

Coopération. Coop a soutenu ce projet grâce à un prélèvement sur tous les montants réglés avec la carte de crédit Coop Verde. Pourquoi?
Benedikt Pachlatko,
responsable service clients. En étroite collaboration avec le WWF, nous avons étudié plusieurs projets appropriés de renaturation de cours d’eau suisses. Le projet de la Bünz nous a convaincus parce qu’il offre de précieux habitats à la faune et à la flore et que la population peut aussi profiter de ces espaces de détente.

Le projet est achevé. Va-t-il y en avoir un nouveaufinancé par les mêmes fonds?
L’argent récolté grâce à la carte Verde va permettre de contribuer au financement de deux autres sections de la rivière. On continue.

Pour moi qui suis client, quelle est la différence entre la carte Verde et la Supercard plus?
Avec la carte de crédit gratuite Supercard plus, les clients peuvent collectionner encore plus de superpoints, notamment à chaque opération en dehors de Coop. La carte Verde, pour laquelle est facturée une cotisation annuelle, est une Supercard à part entière. Le détenteur de cette carte s’engage en plus à financer des projets à caractère durable, et ce sans frais supplémentaires pour lui.

Carte Verde

Pour la Bünz et les dauphins

La carte Verde American Express de Coop associe les transactions électroniques au principe de durabilité. A chaque achat, 0,5% de la transaction (hors cotisations, intérêts, retraits en espèces, crédits et soldes à payer) est affecté à un projet durable, sans frais supplémentaires pour le client. La cotisation annuelle de la carte Coop Verde de 69 francs peut être réglée avec des superpoints. Les deux projets soutenus jusqu’à présent par la carte Verde sont la revitalisation de la Bünz et la protection des dauphins du Mékong, dont la survie est gravement menacée.

Carte Verde American Express de Coop
Geoffrey Raposo

Médiamaticien

Publication:
mercredi 08.06.2011, 10:41 heure