Un œuf et mille possibilités de recettes, de proverbes, de jeux et d’interrogations.

Pas de journée sans eux

L’œuf est partout, du petit-déjeuner au dessert et dans le langage du quotidien. Pâques le mettra bientôt encore plus en vedette.

Symbole de vie, de fécondité et de renouveau depuis des temps immémoriaux, l’œuf est un miracle de la nature où force et fragilité trouvent un merveilleux équilibre. Certaines cultures lui ont prêté des pouvoirs magiques. Cet aliment précieux est en tout cas très riche en protéines, vitamines et sels minéraux.
La fête de Pâques, dont il est l’emblème populaire avec son compère le lapin, le décline du plus petit au plus gros en couleurs, en sucre et en chocolat. Une diversité où chacun trouvera son ou ses œufs préférés.
«Dis, les œufs en chocolat, c’est une poule en chocolat qui les a pondus?» Tant d’enfants ont posé la question et la poseront encore! Puis vient cette interrogation devant l’œuf à la coque qui rend la journée plus savoureuse (essayez sans sel, quel riche goût en soi): qui, de la poule ou de l’œuf, a été créé en premier? Et pourquoi le blanc devient-il jaune quand on mélange les deux, et non pas l’inverse? Et comment ça se fait qu’on mange à toutes les sauces ce qui deviendrait un joli petit poussin?

L’œuf nous émerveille autant que son ovale parfait nous paraît indispensable dans un réfrigérateur. Du petit-déjeuner au dessert, seul ou comme ingrédient, cuit ou cru, y a-t-il un aliment dont les qualités et les possibilités soient aussi appréciées à ­travers le monde? Cette ­importance quotidienne et ­ancienne se traduit aussi par l’omniprésence de l’œuf dans le langage, les proverbes et les  métaphores. Car on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs, il faut prendre soin de la poule aux œufs d’or, se souvenir de l’œuf de Colomb («il suffisait d’y penser!») et surtout, ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier ! Celui qui vole un œuf volera peut-être un bœuf mais ce qui est sûr, c’est que le train des pendulaires est plein comme un œuf. «Tu ne manges la poule qu’une fois mais son œuf, tu le manges cent fois», dit un proverbe tadjik. Histoire de bien remettre les pendules à l’heure.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Florence Michel
Photo:
Ferdinando Godenzi
Styling:
Marianne Ettlin
Publication:
lundi 12.03.2012, 11:38 heure


Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?