D’adorables mygales

Non, vous n’êtes pas dans un James Bond mais chez une amoureuse de ces arthropodes, qui en a adopté deux à la suite d’une saisie à l’aéroport de Zurich.

Non, vous n’êtes pas dans un James Bond mais chez une amoureuse de ces arthropodes, qui en a adopté deux à la suite d’une saisie à l’aéroport de Zurich.

La semaine dernière, nous vous racontions combien Nadège Gyger de Saint-Imier, dans le Jura bernois, vouait un grand amour à la mygale. Récemment, la jeune femme en a adopté deux, «une bonne action», dit-elle. En effet l’an dernier, près de 200 mygales mexicaines sont découvertes dans la valise d’un passager qui les a importées illégalement, les espèces sont protégées.

Confiées par l’Office vétérinaire fédéral à des parcs animaliers et au Vivarium de Lausanne, les survivantes ont ensuite été placées chez des particuliers aptes à s’occuper d’elles. Passionnée par la bestiole, alors qu’elle se méfie des araignées, Nadège Gyger a été agréée à endosser le rôle de maman pour arachnides géants: «Vous ne pouvez pas vous présenter avec un carton et dire: coucou, je viens chercher une mygale! Les candidats à l’adoption doivent montrer patte blanche. Pour ma part, fin janvier, je suis allée à Lausanne avec deux glacières réchauffées à l’intérieur à 28° C. Chez moi, j’ai des terrariums posés sur un tapis chauffant, et l’hygrométrie est surveillée et correspond au biotope de la bébête.»

Nadège est ravie, ses deux orphelines du soleil ayant retrouvé bon poids bon œil. Maman top, elle connaît si bien ses protégées qu’elle a constaté une erreur sur les papiers d’adoption: «Les experts font tout un foin pour la paperasse, mais j’ai lu qu’ils m’avaient confié une Brachypelma emilia et une Brachypelma smithi alors que pour la seconde, c’est une Brachypelma annitha! » Smithi ou annitha, elle ne peut ni les vendre ni les donner – et elle devra avertir le Vivarium le jour de leur mort. Comme elles sont «toutes mignonnes et vagabondes», Nadège ne serait pas prête à se séparer de ses petites chéries colorées.

Chaque semaine, l’écrivaine
Bernadette Richard nous abreuve d’histoires et
d’infos sur les animaux!

Tout ce que vous vouliez savoir (en hésitant à le demander, de peur de passer pour un béotien!) concernant les hiboux, les punaises américaines, la baleine à bec, le kipunji… eh! eh! les termites, l’outarde canepetière, les vers lumineux, le gecko casqué, le condylure étoilé, l’antilope saïga, le krill, le raton laveur… se trouve dans ce livre. Ou presque. L’ouvrage Mille milliards de pattes (et au moins autant de plumes) est signé Daniel Cherix (ancien conservateur au Musée cantonal de zoologie de Lausanne) pour les textes, et Michel Krafft (responsable du secteur image dans la même institution) pour les dessins. Parmi les 1 800 000 espèces vivantes recensées sur la planète bleue, les auteurs en présentent 190, avec beaucoup de tendresse et d’humour. Un vrai bonheur de sautiller de page en page parmi des bestioles sur le point de disparaître, ou au contraire en pleine forme dans notre monde pollué. Aussi délirant, par moments, qu’un roman de science-fiction…

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Bernadette Richard

Journaliste, écrivaine et astrologue

Photo:
Charly Rappo/Arkive.ch
Publication:
lundi 16.04.2012, 15:46 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?