This presentation requires the Adobe Flash Player. Get Flash!

Une Suisse cachée et méconnue

Le film «L’Enfance volée» conte l’histoire d’un orphelin placé chez des paysans comme valet de ferme. Et met en lumière une page sombre de l’histoire suisse.

Ces histoires sont pareilles à des secrets de famille jamais dévoilés,  toujours tus. Avec son film L’Enfance volée, le réalisateur bernois Markus Imboden met en lumière une pratique oubliée de nos jours: le placement d’orphelins ou d’enfants de familles pauvres chez des paysans comme valets de ferme ou comme bonnes. Sortie en novembre outre-Sarine, cette fiction a déjà rassemblé près d’un quart de million de spectateurs. Soit le plus grand succès du cinéma suisse depuis cinq ans. Dans les salles romandes dès le 18 avril.


Le jeune Max (Max Hubacher) est traité comme une bête par sa famille d’accueil.

«Cela pourrait tout aussi bien être l’histoire de mon père, révèle Markus Imboden. Il était  orphelin et m’a beaucoup parlé de la pauvreté à cette époque (première moitié du XXe siècle)et de ce que cela signifie de ne pas avoir de parents. Il n’était pas un enfant placé chez des paysans, mais a grandi à la campagne chez mes grands-parents.» Bien sûr, la fiction que propose le cinéaste dépeint bien plus fortement la violence d’une telle enfance. L’Emmental, 1955.   Dès les premières images, le film dépeint la loi du silence qui régnait autour de ces tragédies. Les regards se baissent, un enfant est mort. Le pasteur qui va chercher Max à l’orphelinat et le mène dans son nouveau foyer lance avec mépris à la mère de la famille paysanne: «Arrangez-vous pour qu’il dure plus longtemps cette fois.»

Heureusement, l’orphelin possède un trésor hérité de sa défunte mère: un accordéon et un talent
qui subjugue tous ceux qui l’écoutent. «Grâce à la musique, il oublie qu’il est seul. Cet alter ego lui permet de supporter ce qu’il subit. Il peut être une personne entière dans ce monde.» C’est d’ailleurs ce fil conducteur qui rend l’histoire supportable. En effet, difficile de ne pas sortir de ses gonds avec la dissimulation et le mensonge qui entourent la vie de cette famille paysanne.

«J’espère que le film rencontrera aussi le succès en Suisse romande. C’était très intéressant d’entendre les réactions du public durant les projections. J’ai assisté à une vingtaine de premières à la campagne et je ne me doutais pas que les Suisses pouvaient avoir tant de tempérament. Les spectateurs étaient indignés et offusqués. Les salles étaient toujours bondées et on avait parfois l’impression d’être dans un théâtre. Le public ne pouvait pas s’empêcher d’exprimer ses émotions!»

Dans toute tragédie, il y a toujours une lueur d’espoir et les mélomanes le comprendront sans fausse note: la musique irradie certaines existences. A vous d’apprécier!

«Ils croyaient être les seuls à être placés»

Marco Leuenberger lève le voile du silence sur l’histoire des enfants placés.


Marco Leuenberger: «Ces pratiques étaient considérées comme tout à fait normales.»

Coopération. Quand ces pratiques ont-elles débuté?
Marco Leuenberger. Il y a toujours eu des enfants placés, déjà dans l’Antiquité. Mais lorsque la population européenne a explosé au cours des XVIIIe et XIXe siècles, des milliers d’enfants ne pouvaient plus être nourris par leur famille. Les autorités ou les parents les plaçaient alors chez des paysans qui recevaient une pension de la commune pour les nourrir et les utilisaient comme main-d’œuvre. Ces pratiques s’étendent de 1750 jusqu’au milieu du XXe siècle.

De quels milieux venaient ces enfants?
Au XIXe siècle, c’était surtout des orphelins et des enfants de familles pauvres. Jusqu’au début du XXe siècle, les autorités avaient le droit de séparer une famille en situation précaire et de placer les enfants. Il y a aussi eu beaucoup d’enfants abandonnés ou délinquants.

Ces pratiques étaient-elles répandues dans toute la Suisse?
Oui, mais aussi dans toute l’Europe. Dans les années 1930, environ un quart de tous les enfants placés l’étaient dans le canton de Berne. Une famille séparée voyait ses enfants placés dans le canton du lieu d’origine, même si elle vivait en terre zurichoise ou saint-galloise. On connaît aussi bien la situation dans le canton de Vaud.

Combien d’enfants étaient placés chaque année?
Le recensement de la population de 1930 comptabilise environ 60 000 enfants placés en Suisse (entre 5 et 10% de la population totale des enfants). Mais ce chiffre était probablement nettement plus élevé, parce qu’on a seulement compté les enfants jusqu’à l’âge de 14 ans alors qu’ils restaient généralement placés jusqu’à 16 ans. De plus, une grande partie des enfants placés par leurs parents n’était pas prise en compte dans les statistiques.

Qui décidait des placements?
Les autorités communales, les parents, les organisations privées et, plus tard, les autorités judiciaires et les offices tutélaires. Les parents décidaient d’envoyer leurs enfants travailler dans une famille pour éviter des sanctions. Jusqu’au milieu du XXe siècle, une famille qui recevait une aide financière perdait le droit de vote et était obligée de la rembourser.

Existait-il une législation?
Non, mais il y a eu des règlements dans diverses lois. Par exemple, dans la loi sur les pauvres ou loi tutélaire. La pratique des placements différait selon les cantons, qui déléguaient ensuite la chose aux communes. Ce n’est qu’avec la révision du droit de l’enfant en 1978 qu’une protection juridique a aussi compris les enfants placés.

Les enfants de familles pauvres étaient parfois bradés sur la place communale...
Oui, les paysans qui demandaient la plus petite pension l’emportaient. Le but de la commune était de ne pas dépenser trop d’argent pour placer l’enfant. Au cours du XIXe siècle, ces pratiques ont commencé à être interdites partout en Europe. Mais on sait qu’à Fribourg, elles n’ont été abolies qu’à partir des années 1920. J’ai même encore parlé avec une Fribourgeoise qui a été bradée dans les années 1930.

Qu’est-il advenu des enfants battus ou abusés?
Certains sont tombés dans la délinquance, d’autres se sont suicidés pendant l’enfance alors qu’ils étaient placés, ou plus tard. Mais il faut aussi dire qu’il y a beaucoup d’enfants qui ont vécu une enfance heureuse dans la famille d’accueil. Pour notre étude, nous avons surtout eu des témoignages de Verdingkinder, d’anciens enfants placés qui ont été battus ou ont travaillé plus que les autres.

Pourquoi a-t-il fallu tant de temps avant que cet épisode de l’histoire ne sorte de l’oubli?
Les gens qui ont vécu cela n’en ont jamais parlé. Depuis la Réforme, on culpabilisait la pauvreté. On a toujours dit à ces enfants que ce qu’ils avaient vécu était de leur faute. C’est seulement lorsqu’on a commencé à parler des enfants placés que ces derniers, devenus adultes, ont réalisé qu’ils n’étaient pas les seuls à avoir vécu cela!

Exposition: Enfances volées

Du 20 avril au 19 août 2012, l’exposition itinérante «Enfances volées» fait halte au Musée d’art et d’histoire de Fribourg. Sur la base de quelque 300 entretiens, elle donne la parole à des personnes qui ont été placées. Un volet fribourgeois met en lumière l’influence du catholicisme d’Etat des années 1850 à 1950.

www.enfances-volees.ch

Concours: film et expo

Nous vous faisons gagner 10 × 2 billets pour aller voir le film L’Enfance volée ainsi que 10 × 2 entrées pour l’exposition Enfances volées au Musée d’art et d’histoire de Fribourg. Délai: dimanche 22 avril. Cliquez dès mardi sur:

www.cooperation-online.ch/concours

Commentaires (9)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Alain Wey

Rédacteur

Photo:
Charly Rappo/Arkive.ch
Publication:
lundi 16.04.2012, 16:03 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?