La nèfle doit être cueillie très mûre, sous peine d’être trop acide.

La nèfle: un fruit cueilli très mûr

La nèfle du Japon possède, sous une peau très fine jaune orangé, une chair très juteuse, à la saveur délicatement aigrelette, entourant plusieurs noyaux.

En salade de fruits, compote, confiture, tarte, jus ou simplement à la main, la nèfle du Japon est un fruit à la saveur délicatement aigrelette qui se savoure de multiples manières. On l’appelle aussi bibace (ou bibasse), ou mesle (Mespilus japonica) et elle est présente quelques semaines seulement sur les étals de Suisse.

Ce fruit originaire de Chine centrale et orientale ne mûrit que s’il est soumis à des températures supérieures à 0° C. Il pousse sur plusieurs continents, mais notamment en région méditerranéenne, sur le néflier (bibacier, bibassier), un arbre qui présente la particularité de fleurir en automne et de donner des fruits au printemps, récoltables, selon les régions, d’avril à juin. Contrairement à beaucoup de fruits exotiques, la nèfle exige d’être cueillie très mûre, sous peine d’être trop acide. Par conséquent, elle se conserve difficilement et doit être consommée sans tarder.

La nèfle du Japon s’est fait connaître en Suisse par les immigrés des pays méditerranéens, qui en sont très friands. Comme le kaki, c’est un fruit astringent. La chair est riche en calcium et en vitamine A, la peau contient du tanin. La nèfle du Japon se distingue par la présence de plusieurs noyaux (botaniquement ce sont des pépins), qu’il faut éviter d’utiliser, car ils sont riches en acide cyanhydrique, une substance éminemment toxique. mtpt

Photo:
Ferdinando Godenzi
Styling:
Marianne Ettlin
Publication:
lundi 14.05.2012, 16:28 heure