La mirabelle se prête à de nombreuses recettes.

Mirabelles: de l'or en boules

Du soleil levant elles ont la couleur. Parfumées et sucrées, elles se marient volontiers à des plats salés.

La mirabelle est surtout cultivée en Lorraine. Elle s’y plaît depuis le XVe siècle, lorsque «le bon roi René», duc d’Anjou et de Lorraine, fit planter ces pruniers venus d’Asie. La mirabelle se présente comme une bille dorée, souple et parfumée, à maturité seulement au cœur de l’été. Cette prune fondante sur la langue ne doit pas être confondue avec la reine-claude, une espèce de couleur généralement verte.

En Suisse, la mirabelle pousse aussi çà et là. Pour ce fruit de très brève saison et de conservation limitée, les recettes tant sucrées que salées sont fort diverses. Ainsi, par exemple, cette utilisation avec du L’Etivaz, la pâte dure du Pays-d’Enhaut proche du gruyère mais toujours produite en alpage et au feu de bois. Fruit du lait de l’alpe odorante et mirabelles caramélisées au miel de montagne marient ainsi leurs parfums en une sorte de tarte Tatin rehaussée de cerneaux de noix (recette sur: www.fromagesdesuisse.com).

Quant au nom de mirabelle, son origine est incertaine. Pour d’aucuns, cet or en boules odorantes s’appelle ainsi à cause d’une femme prénommée Mira, une belle princesse qui, selon l’une des légendes consacrées à cette prune,  accueillit chez elle une bonne fée. Cette dernière, pour la remercier, transforma des arbres sans fruits en mirabelliers.         

Photo:
Ferdinando Godenzi, Beatrice Thommen-Stöckli
Styling:
Barbara Ettlin
Publication:
lundi 13.08.2012, 00:00 heure