Raphelson (38 ans): «J’aime la pop anglaise, car le son reste l’essentiel.»

Les ballades de Raphelson

Raphelson, le chanteur et leader des Magicrays, a récemment sorti un second album solo subtil et poétique. Rencontre.

Il y a là un mellotron, l’ancêtre du sampler, un Wurlitzer, une scie musicale, une quinzaine de guitares et presque autant de cithares. La première batterie qu’il s’est achetée pour ses 15 ans aussi et, en bonne place dans la collection d’instruments rares et précieux de Raphelson, le vénérable violoncelle ayant appartenu à son arrière-arrière-grand-père compositeur…

Le décor éclectique de sa maison de La Côte – vue perdue à travers vignes et Léman – évoque le climat du deuxième album du musicien romand. Un univers qui oscille entre l’exotisme de certains instruments, la singularité du mellotron, l’acidité de la scie, la familiarité rassurante de la guitare classique, la poésie et le sentiment apaisé de l’ensemble. «Tout est histoires», promet en substance l’intitulé anglais de cet opus mi-folk, mi-jazzy, mi-country et il y est question de mystère et d’intimité feutrée, de clair de lune et de ballades lumineuses, à la manière d’une conversation douce et entêtante. Au bout de cinq ans, Raphelson nous revient avec ce deuxième album solo. Quoique solo ne soit peut-être pas le mot, tant il y a glissé de clins d’œil et d’interventions prestigieuses ou complices: les claquettes de Laurent Bortolotti, la trompette d’Eric Truffaz, les ondes Martenot de Christine Ott ou encore les cordes des Barbouze de chez Fior…

Après un premier album en vase clos, c’est le temps de l’ouverture et de la maturité. «C’est extrêmement enrichissant de faire intervenir des gens que j’aime et que j’admire. J’avais envie qu’ils proposent et de les laisser faire des essais.» Il se dit plutôt content du résultat, apaisant, après des années plus rock et enfié-vrées au sein de son groupe des Magicrays. «A l’approche de la quarantaine, j’ai craint de me retrouver dans la peau d’un rocker vieillissant zonant dans de petits clubs de périphérie, face à un public de gamins déchaînés.»

Voici cinq ans, Hold This Moment Still avait été un petit événement. En 2007 aussi, il y avait eu ce fameux concert à Montreux, avec la Sinfonietta et Fauve, et plusieurs albums, CD et DVD sortis au même moment lui valurent un joli succès. La crise du marché du disque incite à sortir des chansons individuellement et à les diffuser uniquement sur le net. «Pourtant, quand ces douze chansons ont été finies, je trouvais dommage de ne pas les réunir. De ne pas donner à ces douze histoires singulières une his-toire, un climat communs.»

In English dans le texte? Raphelson n’écrit qu’en anglais. Ou presque. Une des chansons de l’album con-   tient un titre en français, Vagabond, même si personne ne l’a remarqué…

Sa famille musicale? «J’ai grandi avec Brel et Brassens, qu’écoutait mon père, et je m’aperçois que je préfère souvent les reprises anglo-saxonnes aux originaux francophones. J’aime la pop anglaise car le son reste l’essentiel, les paroles apportent leur couleur sans  être déterminantes, contrairement à la variété française.»

Raphelson: Everything Was Story, Story Was Everything (Two Gentlemen Records/Irascible)

www.raphelson.com

Votre uniforme?
Casquette noire, tenue noire.

Un rêve récurrent?
Je déniche un instrument de musique rare et extraordinaire aux puces pour 3 fr. 50.

Un créateur qui vous inspire?
David Lynch.

Votre dernière découverte musicale?
Timber Timbre, ce Canadien qui fait du blues gothique.

Votre plus grande figure dans le monde de la musique?
Les Beatles.

Votre plat préféré?
Les pâtes au pesto.

Votre saison préférée?
L’automne.

Avec quelle personnalité aimeriez-vous partager un repas?
Tom Waits.

Plus belle réussite?
Ma fille, Lou, 3 ans et demi.

Un pays, un lieu qui vous inspirent?
New York et l’Arizona.

La chanson «Ghost Of A Chance» en live sur www.musicapartment.ch le 10 juillet 2012.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Veronica Aldazabal
Photo:
Charly Rappo/Arkive.ch
videos:
www.musicapartment.ch / www.youtube.com
Publication:
lundi 20.08.2012, 10:00 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?