Je veux un aquarium (2)

Pour s’occuper d’un aquarium, il faut savoir ce que l’on fait: l’aquariophilie est une science et une technique. Débutez petit.

Les esprits chagrins vont estimer qu’il y a répétition de bulles dans l’aquarium. Sûr. Je reviendrai à plusieurs reprises sur des points précis de la vie en eau claire dans un appartement, tant le sujet des poissons est délicat: «Plus l’aquarium est grand, plus il est facile de s’en occuper, déclare notre spécialiste de Porrentruy, Jean-Bernard Borruat. Imaginez que vous vous trompiez de brosse pour nettoyer les petits rochers de la déco et que vous astiquiez avec la brosse à vaisselle. C’est une vraie pollution.» Ou votre vernis à ongles n’est pas sec, Madame, et vous plongez étourdiment la main dans le bac des poissons… Pollution. Entre un contenant de 54 litres et un de 400 litres… nul besoin d’être fort en maths pour comprendre que c’est moins grave dans le grand aquarium, qui diluera plus facilement l’agent étranger. «Néanmoins, poursuit Jean-Bernard Borruat, un débutant a tout intérêt à se payer un petit aquarium en kit, qui offre les indispensables, à savoir, en plus du bocal lui-même, chauffage, lumière, filtre.»

Mais attention au poids. Même l’aquarium de 54 litres atteint vite 100 kilos, une fois rempli et la déco installée. Une surface solide doit servir de support – table, meuble, bar entre cuisine et salon, etc. Pour éviter toute surprise, genre déchet tranchant, poser entre la surface d’accueil et le bac une plaque de polystyrène de 10 mm ou un tapis d’aquarium. Car un bac plein d’eau est rapidement fissuré si un objet contondant, fût-il minuscule, entrave sa place.
La pompe doit toujours fonctionner, essentielle à la qualité de l’eau, le filtre nettoyé toutes les deux à trois semaines. Moins pour les très grands contenants, dont le filtre, beaucoup plus performant, est à l’extérieur.

Prenez garde aux périodes de chaleur: une eau qui monte de trois degrés ou plus devient vite insupportable aux poissons. Et si l’oxygène vient à manquer, ils viennent piper l’air à la surface, signe qu’un diffuseur de bulles est nécessaire. Certains poissons raffolent de la flore décorative, il est prudent de se renseigner auprès du vendeur. Et surtout ne pas s’affoler, au début de l’expérience poissonnière, «si une algue vient lécher la paroi, il n’y a pas péril en la demeure»!

Il a un nom fort noble, quasi à particules, mais au haras, tout le monde l’appelle Bidule. Parce que Bidule a le sens de l’humour, une qualité rare chez un cheval de race. Bidule a fait les quatre cents coups, il s’est évadé, il refuse de vivre sans sa chèvre de compagnie, il fait des farces au petit personnel et regarde son jockey comme s’il le prenait pour un débile, hennissant, grondant, faisant des cabrioles. Il n’y a que lors des concours qu’il est vraiment sérieux, prouvant par les actes qu’il a l’étoffe d’un grand champion. Un matin, un jeune apprenti déposa étourdiment près de lui un
plat plein de pruneaux qu’il venait de cueillir. Trouvant le fruit à son goût, couleur, velouté, le canasson en attrapa quelques-uns, qu’il mangea consciencieusement… recrachant systématiquement les noyaux. Sidéré, l’apprenti lui en présenta à plusieurs reprises; à chaque fois, Bidule dégustait le fruit, rejetant le noyau sans jamais en avaler un seul.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Bernadette Richard

Journaliste, écrivaine et astrologue

Photo:
Fotolia, darrin vanselow
Publication:
lundi 15.10.2012, 10:19 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?