«Passe ton bac d’abord»

Par Isabel Pérez, conseillère pédagogique

Demandez à n’importe quel enfant dès 10 ans – voire moins – pourquoi il travaille à l’école. Dans la plupart des cas, il vous répondra que s’il doit étudier, «c’est pour avoir plus de chances et un bon métier plus tard». Quelque chose me dit qu’on lui a soufflé la réponse… dès le berceau. Ou alors, la vérité ne sort plus de la bouche des enfants. La définition d’un bon emploi? Une profession reconnue socialement, à laquelle on accède après être passé par la case études et qui permet de gagner au moins autant que la classe moyenne, voire plus. Et là, on dit à l’enfant qu’il prendra ainsi un bon départ dans sa vie d’adulte. Il aura pour bagage la culture et pour armes les diplômes. Le comble, on lui fait miroiter qu’une fois qu’il aura «passé son bac», il pourra faire ce qu’il voudra.

Mais quand lui demande-t-on ce qu’il aimerait être, plutôt que ce qu’il aimerait faire? Quand l’encourage-t-on à se diriger vers cette voie-là, celle de devenir, adulte, ce dont il se sentait proche dans l’innocence enfantine?

Commentaires (1)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Publication:
lundi 05.11.2012, 11:46 heure

Biceps.ch a fait peau neuve: découvrez son nouveau look en exclusivité!

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?