Elle a installé sa bibliothèque dans les escaliers.

Pour elle, pas de petits secrets

Après le succès de son premier livre, la Fribourgeoise Magali Jenny nous replonge dans le monde des guérisseurs et des rebouteux. Avec une liste remise à jour et cinquante nouvelles adresses en Suisse romande. Rencontre.

Rencontre

C’est dans la basse-ville de Fribourg que nous avons rendez-vous avec Magali Jenny. L’ethnologue passionnée par les médecines traditionnelles occupe un charmant duplex aménagé en partie dans les combles d’un très vieil immeuble. L’endroit allie le charme des maisons anciennes au confort apporté par les rénovations. «Les meubles ne sortiront vraisemblablement plus d’ici, car ils ont été montés avant les travaux de rénovation. Ils ne passeraient pas non plus par les fenêtres.» Les deux étages sont reliés par un escalier bibliothèque. «C’est quelque chose que je voulais depuis longtemps et que j’ai pu m’offrir grâce à mon premier livre.»

Seules des routes impraticables lui font abandonner la moto.

Moto

Le réservoir de sa Ducati rose arbore la silhouette de Betty Boop. «Le jour de la sortie de mon premier livre, j’étais chez un ami, concessionnaire d’un garage Ducati. La première édition avait été tirée à 6000 exemplaires. Je trouvais ce chiffre énorme et je pensais que la moitié nous resterait sur les bras. J’ai pris le pari que je m’offrirais une Ducati en cas de réédition...» C’est ainsi qu’elle se retrouve aujourd’hui au guidon d’un bolide de 800 cm3. «Je n’ai pas de voiture, je préfère nettement la moto qui fait aussi partie de mes loisirs. C’est vraiment quelque chose qui me change complètement les idées.»

Enfance

Magali Jenny a vécu dans la campagne fribourgeoise jusqu’à l’âge de 18 ans. «J’ai un frère qui a trois ans de moins que moi. Et un grand frère qui, en fait, n’a pas de lien de sang avec nous. Il était en placement chez mes parents avant ma naissance. Il est resté une dizaine d’années avec nous et j’ai ainsi grandi entre deux frères.» Avec eux, elle partageait notamment les balades en famille. «Ce qui était vraiment central et important, c’étaient les vacances. Chaque été, on allait à la mer en Italie, pays d’origine de ma maman. Souvent on partait avec des amis qui avaient des enfants du même âge que nous.»

La télévision et les DVD font partie de ses loisirs.

Italie

«Ma maman a vécu en Italie jusqu’à l’âge de 6 ans. Elle m’a transmis sa joie de vivre et l’amour de son pays. J’aime l’Italie pour tout ce qu’elle représente, la cuisine, la culture, les gens. A la maison, on chantait beaucoup et notre porte était ouverte à tout le monde.» Et la langue? «Ma maman a commencé à nous parler en italien, mais a arrêté pour ne pas exclure mon père qui ne pratiquait pas la langue. Par contre, j’ai toujours entendu ma maman et ma nonna se parler en italien, ce qui a certainement facilité mon apprentissage de l’italien quelques années plus tard.»

Magali Jenny dans son bureau aménagé dans les combles.

Guérisseurs

Sa première expérience remonte à son enfance. «Après un accident de ski, j’avais la jambe entièrement tournée vers l’intérieur et je boitais. Une rebouteuse a remis ma jambe en place centimètre par centimètre. Je devais avoir 8 ou 9 ans, et c’était ma première expérience.» Elle a été tentée par la carrière médicale. «Après avoir fait un an de médecine, j’ai rapidement constaté que tous ceux qui pratiquaient une médecine douce ou parallèle étaient considérés comme des charlatans. J’ai su, dès lors, que cette voie n’était pas la mienne.»

De la porte d’entrée à la cuisine, la couleur rose domine partout.

Cuisine

«J’aime cuisiner, même si je ne le fais pas régulièrement par manque de temps. Quand je cuisine, je prépare les plats que j’appréciais sur la table familiale, les recettes que m’ont transmises ma maman et ma nonna.» Le seul domaine dans lequel elle innove est celui des desserts. «Ma maman n’était pas très dessert alors que moi, j’aime bien.» Elle mange rarement seule. «Seule, j’aurais tendance à pique-niquer. Comme je suis végétarienne, ça complique les choses. Mon ami se débrouille très bien. C’est souvent lui qui fait le souper. C’est vraiment agréable de rentrer à la maison et de trouver les choses toutes prêtes. J’ai conscience d’être gâtée.»

http://www.cooperation.ch/6580564 Magali Jenny

Magali Jenny vient de publier «Le nouveau guide des guérisseurs de Suisse romande» aux Editions Favre. «Ce sont les lecteurs qui m’ont incitée à écrire ce deuxième livre. La demande revenait tellement régulièrement que j’en ai profité pour remettre à jour la liste d’adresses, qui est quand même la clé du succès du premier ouvrage. J’ai tout recontrôlé et ajouté cinquante nouveaux noms.» Le secret a encore un bel avenir. «Il continue de se transmettre. Les règles se sont assouplies pour que ce savoir survive.» A relever que le premier ouvrage a été tiré à plus de 56 000 exemplaires.

Parcours. Née à Fribourg, Magali Jenny a étudié au Collège Saint-Michel. Actuellement, elle donne un cours sur le lien entre médecine populaire et religion.

Loisirs. «Quand je ne suis pas en phase de rédaction, j’adore lire. J’aime également aller au cinéma ou regarder la télévision, même si voyager demeure ma grande passion.»

Etudes. «Quand j’ai dû choisir un thème pour mon mémoire de licence, je me suis rappelé que, petite, j’allais chez les guérisseurs. Ça m’est venu comme un flash.»

Enfant. «Mon ami a un petit garçon de 6 ans avec qui j’ai d’excellents rapports. Nous nous sommes tout de suite adoptés. Avec lui, je vis des choses que je ne pensais pas découvrir.»

Ecologie. «J’y pense moyennement et je ne suis pas l’écolo parfaite. Je fais attention au tri des déchets, mais je ne vais pas jusqu’au compost. Je pourrais encore m’améliorer.»

Famille. «Je suis très proche de ma famille avec laquelle j’aime passer du temps, que ce soit mes neveux, dont le numéro trois vient d’arriver, ou ma nouvelle famille.»

Sport. «J’ai pratiqué la natation dans un club. Après avoir arrêté la compétition, je me suis tournée vers d’autres sports dont l’équitation et le fitness.»

Commentaires (16)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.










Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Anne-Marie Cuttat

Rédactrice

Photo:
Charly Rappo/Arkive.ch
Publication:
mardi 04.12.2012, 12:43 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?