Le chien: «Je reste avec mon maître, quoi qu’il arrive. Et j’en suis fier!» Le chat: «Moi, ma présence se mérite, et j’en suis fier aussi!»

Comme chien et chat…

Il n’est pas compliqué de les rendre heureux. Mais ne l’oublions pas: ils s’expriment et vivent différemment...

Afin de bien commencer l’année avec vos potes à quatre pattes, et à l’heure où la maltraitance animale flirte avec l’insoutenable, voyons comment les rendre heureux. Ça n’est pas très compliqué. D’abord, point d’anthropomorphisme: non, chien et chat ne réagissent pas comme nous. Chacun a sa propre manière d’être et de s’exprimer. Là où le chien sera bien dans sa peau en obéissant à son maître – les fortes têtes devront particulièrement être encadrées et éduquées – le chat, lui, n’en fera qu’à la sienne, ou peu s’en faut. Il adore être le centre du monde, et contrairement à ce que veulent bien croire les humains, il est ravi d’être seul, car il n’est pas sociable. Il y a des exceptions. Le siamois en est un exemple, puisque c’est un… «chat-chien». En appartement, plus de félins partagent le même espace, plus les problèmes se poseront: agressivité, pipi-caca sur les coussins du salon ou sur le lit, etc. Et ne cherchez pas à lui faire des câlins quand bon vous semble. C’est lui qui décide, il saura vous faire comprendre, selon son rituel à lui, quand l’heure est à la tendresse. Le chien par contre sera toujours heureux quand la main du maître lui raconte son amour.

Si vous imaginez qu’un jardin suffit au bonheur de votre chien, vous avez tout faux: au jardin, il ne se passe rien, et il connaît depuis longtemps toutes les odeurs. Par contre, les longues balades en terrain ouvert, les rencontres avec ses congénères, ça, c’est l’aventure! Et durant ces sagas, il permet à ses neurones de s’émoustiller, c’est essentiel pour son équilibre.
Pendant ce temps, si votre chat ne sort pas, il a besoin de stimuli. Sa télé à lui? Le monde extérieur qu’il observe depuis la fenêtre. Et les jouets, l’arbre à chat, la balle à croquette, les objets suspendus… et de simples cartons cachés, un coussin en haut d’une armoire… ça, c’est une bonne vie de félin! Et bien entendu, manger plusieurs fois par jour si possible, en petite quantité. Sa grande ivresse: retrouver les croquettes que vous lancez autour de lui.

… et son caractère

Tel est le titre du dernier livre de Arden Moore, une journaliste américaine très engagée dans la cause animale, qui paraît aux Editions du Dauphin (Paris). Avec la complicité d’un vétérinaire, l’auteure propose «des solutions à tous les problèmes que vous pourrez rencontrer» dans vos rapports avec le chien, qui pourtant accompagne l’homme depuis la préhistoire. Il était gentil, mignon, et il devient agressif? Il est brusquement stressé? Il pique vos chaussures, qu’il mordille et met en pièces? Arden Moore décortique le comportement du chien et vous livre le secret d’une amitié sans faille avec lui. Car, une fois encore, il faut comprendre sa psychologie, ce qu’il exprime en aboyant, en gémissant ou en devenant capricieux. Quand il semble déraper, lui si fidèle, si affectueux, ami des enfants, sauveteur en cas de catastrophe, c’est que le maître pose problème. Le chien n’en est que le miroir. Et s’il a besoin de discipline, que dire du maître? Une saine lecture.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Bernadette Richard

Journaliste, écrivaine et astrologue

Photo:
Fotolia, darrin vanselow
Publication:
lundi 07.01.2013, 00:00 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?