Dans un aquarium, l’éclairage joue le rôle du soleil. Ni plus ni moins…

La lumière de l’aquarium

Songez-vous à acquérir un aquarium? Eh bien, l’un des défis majeurs concernera l’éclairage.

Comme les humains, les poissons ont besoin de lumière. Ne dites plus jamais: «Fantastique, mon poisson rouge a vécu deux ans!» Car la même bestiole correctement traitée, avec biotope impeccablement tenu, grand aquarium où elle s’ébat en banc avec des congénères sous une lumière adéquate, peut couler des jours tranquilles durant… quinze à vingt ans.

Penser «poisson» pour son bien-être est loin d’être un fait acquis pour le citoyen lambda. Raison pour laquelle des kits sont en vente qui comprennent le petit aquarium avec lampe intégrée. Mais un jour, la lampe (un néon la plupart du temps) sera usée. «Il faut penser à la changer au moins une fois par an», conseille Jean-Bernard Borruat, notre spécialiste ès nageurs à écailles, qui partage lui-même son espace avec moult poissons, dont une murène. Il précise également que «douze heures de lumière sont nécessaires chaque jour, tant pour la santé des animaux que pour la biologie de l’aquarium. En effet, le cycle de la photosynthèse est de douze heures. N’oublions pas que privés de lumière et mal situés dans une pièce, les poissons ne font que survivre. De plus, ils perdent l’éclat de leurs couleurs.» Attention aussi à remplacer la lampe usée par un modèle similaire, ou une lampe standard. Une ampoule trop puissante provoque un stress chez les habitants à nageoires, qui finiront par y laisser leur peau. Et même s’ils n’en ont pas l’air, rappelons que ces compagnons silencieux dorment eux aussi et, de ce fait, ont besoin de pénombre.

Si l’éclairage est essentiel à leur bien-être, l’amateur... éclairé pourra composer avec les nuances de la lumière, en jouant avec la couleur des plantes et de ses protégés. Car un éclairage chaud ou froid insuffle à l’aquarium des atmosphères différentes. Par exemple, le spectre jaune se marie bien avec les plantes vertes. Un vrai tableau vivant!

Langage secret

La petite Julie, 8 ans, est une extraterrestre: elle parle chien, chat, serpent, poule, lapin et même poissons. Aucun animal ne lui résiste; il y a toujours un poilu, un emplumé, un insecte pour venir lui «parler». C’est ainsi qu’elle explique son rapport aux bestioles. Un jour, dans un jardin public, elle a dit à son père, parlant d’un quidam qui passait près d’eux: «Le chien du monsieur, il est triste, mais maintenant, il va mordre.» Deux minutes plus tard, le clebs se retournait contre l’abominable maître qui cognait à la moindre patte posée de travers. Papa n’a rien pu faire: Julie a couru vers le chien, l’a pris dans ses bras, l’animal s’est instantanément calmé. Elle a alors exigé que les parents adoptent le malheureux, qui s’est révélé aussi doux qu’un agneau. Maman apprécie surtout que Julie la débarrasse des araignées. Quand l’une d’elles, énorme, minuscule ou poilue, file à toute vitesse, provoquant les cris de maman, Julie arrive, prend délicatement l’arachnide dans une main et lui raconte une histoire jusqu’au jardin où elle le dépose.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Bernadette Richard

Journaliste, écrivaine et astrologue

Photo:
Fotolia, darrin vanselow
Publication:
lundi 14.01.2013, 00:00 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?