This presentation requires the Adobe Flash Player. Get Flash!

«On est content de l’année 2012»

Le groupe Coop a bouclé 2012 sur un bon résultat. Et ce, en dépit de gros défis à relever. Pour Joos Sutter, ce succès s’explique par le respect strict des cinq missions de l’entreprise: diversité, enthousiasme, dynamisme,
développement durable et compétence en matière de prix.

Joos Sutter, président de la Direction générale de Coop.

Intense et riche en événements: c’est ainsi que Joos Sutter, président de la Direction générale de Coop, décrit l’exercice 2012. L’environnement économique difficile, le franc fort, le tourisme d’achat ainsi que le comportement empreint de retenue des consommateurs ont exigé de gros efforts au détaillant suisse. Malgré cela, Coop affiche un résultat réjouissant: «L’ensemble du groupe a atteint ses objectifs et nous avons même enregistré une légère croissance», a déclaré Joos Sutter.

Ce succès n’est pas le fruit du hasard.
Pour le patron de l’entreprise, il est étroitement lié aux cinq missions que Coop a inscrites il y a des années déjà à son enseigne: diversité, enthousiasme, dynamisme, développement durable et compétence en matière de prix.

La diversité de Coop s’explique d’elle-même. Elle se manifeste notamment dans le vaste assortiment de marques propres et d’articles de marque ainsi que dans les différentes dimensions des magasins. Cette diversité permet à Coop de répondre de façon ciblée aux besoins des consommateurs. Un exemple patent est celui du domaine des produits (frais) convenience, ces produits tout prêts. Un secteur dans lequel Coop est déjà très présente avec ses magasins Pronto. Le 250e a été inauguré en novembre dernier. Parallèlement, Coop a encore considérablement accru sa compétence dans ce domaine avec la reprise à 100% de Betty Bossi.

  • Chez Coop, amabilité et fraîcheur…
  • … sont tout aussi importantes que la diversité de l’offre.
  • Chez Coop, les clients ne profitent pas seulement de prix avantageux, mais aussi d’articles produits de manière écologique et équitable…
  • … comme les textiles bio de la ligne Naturaline.
  • Coop offre encore bien davantage. On pense notamment aux restaurants Coop…
  • … à CWK-SCS, qui produit des cosmétiques et des articles de nettoyage…
  • … à Interdiscount, le N° 1 en Suisse de l’électronique de divertissement…
  • … ou à The Body Shop Suisse, pour n’en citer que quelques-uns.
  • Cette année est placée sous le signe des 20 ans de la marque bio Naturaplan.
 

«Avec plus de 2000 points de vente, dont 823 supermarchés, nous sommes proches de notre clientèle comme personne d’autre, relève Joos Sutter. S’y sont ajoutés en 2012 six supermarchés du plus petit format, soit moins de 1000 mètres carrés.»

Pour Coop, proximité et diversité sont des thèmes importants non seulement du point de vue du détaillant mais aussi du grossiste: de par la fusion avec le groupe Transgourmet appartenant aux firmes Prodega/Growa et Howeg – leaders en Suisse du marché de gros cash & carry –, la branche indigène de la gastronomie dispose désormais du premier fournisseur capable de satisfaire à lui seul tous les besoins. Cela dit, Coop veut aussi susciter l’enthousiasme de ses clients. Par exemple avec des produits frais de la meilleure des qualités. S’inscrit notamment dans cette politique le lancement de la marque Primagusto, synonyme de fruits mûrs et savoureux. «Nous avons fait un grand pas en avant en matière de fraîcheur, de produits régionaux et de saison», commente Joos Sutter.

Un autre facteur important est le service compétent et personnalisé. On peut le vérifier aux comptoirs de viande, de poisson ou de fromage frais: «Nous investissons énormément dans la formation du personnel, les certifications externes et les contrôles stricts de nos comptoirs avec service à la clientèle», précise le chef de Coop. Pour enthousiasmer, il faut être dynamique et innovant. En proposant quantité d’idées nouvelles en 2012, Coop n’est pas restée les bras croisés dans ce domaine. Et Joos Sutter de donner un exemple: «Celui qui veut utiliser le service d’auto-scannage ‹Passabene›, peut désormais le faire avec son iPhone au lieu du scanneur manuel habituel. D’ici avril, nous offrirons cette possibilité dans 80 succursales.» L’ère numérique s’est également imposée chez Christ Montres & Bijoux. Après Interdiscount, Fust, Toptip/Lumimart, Import Parfumerie et The Body Shop, la filiale de Coop dispose désormais d’une échoppe en ligne moderne et attrayante.

Microspot.ch, le fournisseur d’électronique de divertissement est, en revanche, quasiment passé du monde virtuel au réel: en effet, ceux qui le souhaitent peuvent chercher les produits commandés en ligne dans les salles d’exposition (showroom) de Moosseedorf (BE) et de Dietikon (ZH), à Zurich à la drive-in-station de Coop@home (la première du genre en Suisse) et dans le magasin St. Annahof à la Bahnhofstrasse. Coop poursuit par là une politique répondant aux vœux et aux besoins de sa clientèle.

Coop s’investit tout aussi sérieusement en matière de développement durable. Aussi bien au niveau écologique que social. La politique climatique en fait notamment partie: «Nous poursuivons résolument notre chemin menant à la neutralité en CO2 d’ici à 2023, affirme Joos Sutter. En 2012, nous avons même dépassé notre objectif de diminution de CO2.» L’entreprise Coop Railcare, qui fait passer de plus en plus de marchandises de la route au rail, y a notamment contribué. L’engagement de Coop transparaît surtout dans ses magasins. Il suffit de penser aux brico+loisirs, dont l’assortiment va du bois certifié FSC aux peintures sans dissolvant, en passant par les plants bio. Ou aux supermarchés Coop, leaders du marché dans le domaine d’articles respectueux de l’environnement et produits de manière équitable.

«

Nous poursuivons notre chemin vers la neutralité en CO2 d’ici à 2023»

«Un point réjouissant est la croissance au-dessus de la moyenne de 4,7% des produits bio Naturaplan», relève le patron de Coop. Même constat pour Pro Montagna, la ligne de produits des régions de montagne suisses qui, avec une progression de 18,7%, a connu une croissance à deux chiffres pour la deuxième année consécutive. Il y a donc une forte demande pour la qualité, même dans une période économiquement difficile.

Coop continue d’investir fortement dans la qualité malgré un recul général des prix dans le commerce de détail. «L’ensemble de ce secteur se trouve aujourd’hui au niveau des prix du début des années 1990. Dans le segment non alimentaire, le niveau des prix est le même que celui de 1987», souligne Joos Sutter.Depuis 2004, Coop a investi plus de 1,5 milliard dans des prix plus avantageux et diminué le prix de 1500 produits rien qu’en 2012. De plus, elle propose un bon millier d’articles Prix Garantie et de marques discount. «Nous couvrons ainsi une part importante de l’assortiment des discounters. Parallèlement, nous offrons un vaste choix d’articles à valeur ajoutée, du bio à Fine Food.»

Le rapport qualité/prix
doit être garanti dans toutes les gammes de produits. Or, pour l’assurer à l’avenir, Coop devra continuellement améliorer son efficacité. Les deux projets d’envergure que sont Schafisheim (AG) et Pratteln (BL) y contribueront fortement: «En réalisant les sites de production et de logistique de Schafisheim et de Pratteln, nous créerons des structures plus efficientes qui nous permettront d’économiser plus de 70 millions de francs par année», remarque le chef de Coop. Des économies dont profiteront finalement les clients.

Dans l’ensemble et selon Joos Sutter, Coop se porte bien. «En 2013, nous continuerons de convain-cre notre clientèle par des prestations exceptionnel-les», s’enthousiasme-t-il, avant de conclure: «Je vous remercie du fond du cœur pour votre fidélité en 2012!»

Se différencier mène au succès»

Plus écologique, plus équitable, plus conséquente: sur le plan du développement durable, Coop pose des jalons depuis de nombreuses années. En Suisse et dans le monde.

Philipp Wyss, responsable marketing/acquisitions chez Coop.

Pour s’affirmer sur le marché en tant qu’entreprise ou en tant que marque, il faut se différencier nettement de la concurrence, et ce dans tous les domaines. Chez Coop, c’est particulièrement vrai quand il est question d’écologie et de social. Dans ces domaines, le détaillant est un pionnier: «Avec le lancement de Naturaplan en 1993, nous avons fait entrer les produits bio dans tous les ménages suisses et donné un gros coup de pouce à l’agriculture bio», déclare Philipp Wyss, responsable du marketing et des acquisitions chez Coop.

Aujourd’hui, vingt ans plus tard, le bio est plus apprécié que jamais et il n’existe pas d’autre détaillant dans le monde offrant un assortiment aussi vaste que celui de Coop (déjà plus de 1600 produits Naturaplan). Avec Naturaline, Coop est aussi un précurseur et un leader dans le domaine de la mode réalisée de manière écologique et socialement équitable. Notre entreprise est considérée comme celle qui commercialise le plus grand nombre de textiles en coton bio et négociés de façon équitable. «Cet engagement nous a valu en 2012 l’honneur d’être intégrés dans la Sustainia100 lors du sommet mondial de l’ONU Rio+20.» Naturaline compte ainsi parmi les 100 solutions les plus durables et prometteuses du monde.

«En Suisse, nous sommes aussi le plus grand fournisseur de produits certifiés Fairtrade et nous faisons partie des détaillants leaders mondiaux dans ce domaine. Un produit Fairtrade sur deux de Max Havelaar passe par le comptoir d’un magasin Coop», constate le vice-directeur de Coop. Le grand distributeur veut faire en sorte qu’un jour, tous les produits des marques propres de Coop fabriqués dans l’hémisphère sud proviennent du commerce équitable. L’engagement de Coop est également exemplaire dans le domaine de la protection des forêts, des mers et du climat.

Dernière nouvelle: la Protection suisse des animaux (PSA) procédera désormais à des contrôles en Suisse (Naturafarm) mais aussi à l’étranger sous forme d’audits sur l’élevage, le transport et l’abattage des animaux.

Lire l'entretien avec Philipp Wyss

www.coop.ch/developpementdurable

L’engagement de tous et la popularité croissante auprès des consommateurs ont permis à Coop de boucler l’exercice 2012 sur un bon résultat.

Selon Joos Sutter, le groupe Coop «s’est bien battu en 2012 et ce, en dépit d’un environnement difficile.» Le chiffre d’affaires global du groupe a augmenté de 0,3% à 27,8 milliards de francs et le chiffre d’affaires du marché de détail de 0,5% à 18,5 milliards de francs. La baisse moyenne du niveau des prix sur l’ensemble des assortiments alimentaires et non alimentaires a été de 1,2%.

Les échoppes en ligne du groupe Coop ont enregistré en 2012 une augmentation de 22,8% et le groupe Transgourmet, actif dans le domaine du marché de gros cash & carry en Suisse, France, Allemagne, Pologne, Roumanie et Russie, peut se réjouir d’une recette nette de 8,3 milliards de francs. Ce qui, dans les monnaies locales, correspond à une augmentation de 3%. Et le chef de Coop d’ajouter: «Avec Transgourmet, Coop mise sur un domaine d’activité prometteur.»

* La statistique des nationalités Suisses/Etrangers se réfère seulement aux collaborateurs qui travaillent en Suisse.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

René Schulte

Rédacteur

Photo:
Heiner H. Schmitt, Patrick Lüthy
Publication:
mardi 26.02.2013, 12:00 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?