C’est vers 1950 que ce pain a été attribué au canton du Tessin.

Un pour moi, un pour toi…

Sa forme est venue d’Italie mais c’est à Lucerne qu’il a reçu son nom. Longtemps, il n’a été accessible qu’aux Tessinois aisés.

Ce pain ne se tranche pas. Ses cinq doubles miches à croûte croquante se rompent facilement. La forme caractéristique du pain tessinois est, selon un article du Patrimoine culinaire suisse, d’origine italienne. Ce pain allongé n’a jamais été confectionné à domicile et ne s’est popularisé qu’à la fin du XIXe siècle. Auparavant, il était réservé aux nantis, les clients de boulangeries citadines. Selon la région, le pain tessinois portait des noms différents. Jusque dans les années 1950, lorsque le centre national de formation des boulangers (l’Ecole Richemont à Lucerne) entreprit de valoriser les pains de tous les cantons. A la suite de cet effort de diversification, le pain tessinois a trouvé sa place dans les boulangeries de toute la Suisse.

Marie-Thérèse Page Pinto

Rédactrice

Photo:
Ferdinando Godenzi
Publication:
lundi 11.03.2013, 00:00 heure