Tranquilles, et même élégantes: les mygales ont besoin d’un terrarium calme, très propre et sain.

De si jolies mygales

Ni gentilles ni méchantes, mais tout simplement impressionnantes. Et plutôt difficiles à entretenir. Si ces bébêtes vous attirent, étudiez bien leurs besoins.

Comme tous les goûts sont dans la nature, certains quidams éprouvent un véritable intérêt pour… les mygales. Au point de les installer dans leur salon. Et malgré leur mauvaise réputation – réaction due à notre anthropomorphisme –, elles font désormais partie des NAC (nouveaux animaux de compagnie).
«Elles ne sont ni gentilles ni méchantes, précise Valérianne Nucher dans le canton de Neuchâtel, une passionnée de ces bestioles. Elles existent, tout simplement.» N’ayant aucune reconnaissance pour leur éleveur (on ne peut pas parler de maître), elles sont venimeuses et… franchement laides? Allons… Certaines sont même très élégantes, affichant des robes bleu électrique ou tachées d’orange. On les dit imprévisibles, mais «les manipulations sont sources de stress pour elles, elles ont donc des réactions de défense en réponse à ce qu’elles perçoivent comme des agressions».

Sur les 2651 espèces répertoriées à ce jour (il y en a aussi en Suisse, l’Atypus affinis), une seule est mortelle pour l’homme. «Il est possible de leur faire arracher les glandes à venin, explique encore Valérianne Nucher, mais c’est de la cruauté.» D’ailleurs, elles finissent par mourir, car elles ont besoin de leurs crochets à venin pour paralyser et prédigérer leurs proies.

Bien que les mygales n’aient aucune vocation pour vivre en captivité, celui qui tient absolument à partager son espace avec elles devra se renseigner auprès d’un vivarium et respecter les lois. Les papiers attestant de leur provenance sont obligatoires. D’autre part, leur poil peut être urticant, les asthmatiques s’abstiendront. Le terrarium doit être facile à entretenir, toujours propre et ne pas faciliter les moisissures. Branches, lianes séchées, racines, plantes naturelles, petites pierres serviront de décor. Grillons, blattes, sauterelles, criquets aiguiseront leur appétit, ne pas oublier l’eau fraîche. Elles peuvent vivre entre cinq et vingt ans. Rappelons que les invertébrés ne supportent pas les insecticides, même naturels, ni les parfums, et encore moins le chlore.

www.bvet.ch

Chats

Histoire d’humour

«Tu peux entraîner un chat à rapporter un bâton, mais c’est plus rapide d’entraîner le bâton.» Tel est le ton du petit ouvrage «Comment faire avaler une pilule à un chat. Le guide de survie ultime de tous les maîtres qui ont un chat»*. Car c’est bien connu: les chats sont affreusement susceptibles, ils se prennent encore pour des dieux égyptiens, ils détestent être dérangés, n’ont pas le sens de l’humour et n’en font qu’à leur sale tête. Quelques chiens témoignent, d’ailleurs, dans cet ouvrage qui ferait feuler de rage tous les félins de la création. Lesquels apprécieraient moyennement ce livre haut en couleur et en conseils, concernant notamment la manière adéquate de leur faire avaler un médicament. Si quelques cabots sont cités, de grands hommes le sont également, tels Malraux ou le général de Gaulle, Ionesco ou encore Huxley. Désopilant, très utile et illustré.

* «Comment faire avaler…», Isabelle Collin, Editions Tut-Tut.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Bernadette Richard

Journaliste, écrivaine et astrologue

Publication:
lundi 13.05.2013, 00:00 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?