This presentation requires the Adobe Flash Player. Get Flash!

Une amitié en clé de fa

Quatre jeunes Valaisans ont créé un quatuor vocal: A Cappella Quartet. Récit d’une aventure faite de franches rigolades, de passion, mais aussi de discipline, à un âge où on aime s’amuser.

Ils n’arrêtent pas une seconde de rire, de s’envoyer des vannes et de se raconter des histoires. Leur complicité saute aux yeux, et quand ils parlent, c’est pour compléter les phrases de l’autre, ou trouver la bonne réplique. Valentin Dayer (20 ans), François Vernay (19 ans), Emmanuel Putallaz (18 ans) et Cyrille Nanchen (17 ans) se sont rencontrés il y a dix ans, à la Schola de Sion, une école de musique spécialisée dans l’art choral. Ils y évoluent d’abord dans les chœurs d’enfants et chantent aujourd’hui dans l’ensemble vocal de l’institution. «Un soir d’octobre 2012, après la répétition, on s’est mis à chanter au bistrot. Ça donnait bien, on s’est dit qu’on devrait approfondir», racontent-ils d’une même voix.

Ni une ni deux, ils se retrouvent au sous-sol des archives du Valais où un groupe de rock leur prête un local. «C’était bien insonorisé pour des amplis, mais trop pour chanter a cappella. Alors on a squatté le salon chez Cyrille», se souvient François. Finalement, la Schola leur met à disposition une salle pour qu’ils puissent répéter deux heures par semaine.

Ils travaillent sans chef de chœur ni instrument et doivent apprendre à se mettre d’accord d’un regard pour une levée ou un accelerando. «Au début, à chaque fois qu’on se regardait dans les yeux, on partait en fous rires. Je ne sais pas comment on a fait pour ne pas éclater de rire durant un concert», sourit Emmanuel. Car ça n’arrête pas: moins de deux mois après leur
formation, ils se produisaient déjà en public, lors d’une messe de Noël à Vétroz. Un ami cherchait une solution musicale de secours, ils sautent sur l’occasion et se trouvent un nom: A Cappella Quartet.

Tout s’est enchaîné très vite, puisqu’ils ont effectué treize concerts durant la première année et n’en reviennent toujours pas! «Il y a beaucoup de quatuors, mais nous détonnons par notre âge et par notre assiduité au travail», note Cyrille. «…Et parce qu’on ne remplit pas encore nos chemises», complète, goguenard, Emmanuel. Leurs chemises, justement, ils sont allés ensemble les choisir en magasin, avec un gilet et un veston noirs, ainsi qu’une cravate bleue. Pourquoi cette couleur? «Parce que orange, ça faisait trop Easyjet, répond Valentin du tac au tac. Le rouge, couleur du Valais, trop pétant, le rose et le vert hors de question!

L’amitié est le ciment du quatuor. Sans elle, ils ne pourraient pas chanter ensemble. De g. à dr.: Cyrille Nanchen, Valentin Dayer, Emmanuel Putallaz et François Vernay.

Cyrille, le benjamin de la troupe, est chef répertoire. Il recherche, dans les archives de la Schola, sur Internet et dans les magasins de musique, des œuvres que le quartet pourrait interpréter. Cela va des chants religieux aux spirituals, en passant par les chansons humoristiques ou populaires. «Ensuite, je les joue au piano devant les autres et ils disent oui ou non», explique-t-il. «La série de petits concerts que nous avons donnés nous a permis de nous améliorer. A présent, nous aimerions développer notre propre répertoire et composer mais on n’a pas le temps», indique François. Ils effectuent un travail d’orfèvre: soulignent les voyelles («il fallait se mettre d’accord sur la manière de prononcer le A») et s’inventent producteur, manager, secrétaire, caissier… à l’heure où leurs copains préfèrent sortir.

En janvier dernier, ils ont donné leur premier «vrai» concert, devant 300 personnes. «Ils sont venus exprès pour nous! Ça fait très plaisir! Mais quel trac! Chacun a une voix, donc s’il y a une faute, ça s’entend.» Leurs amis sont aussi venus les applaudir sur scène. Avant une prestation, ils «font calme». Mais il y a des exceptions, comme ce concert de Roger Waters, ex-Pink Floyd, à Zurich, le 11 septembre dernier, que Valentin et Emmanuel ne voulaient rater à aucun prix, même s’ils étaient attendus, le lendemain à 7 h à Genève, pour jouer les intermèdes musicaux lors d’un congrès. Car les compères chanteurs sont avant tout des amis. «Le plus important, c’est qu’on s’entende bien, qu’on soit sur la même longueur d’onde, disent-ils en chœur. Cela se ressent ensuite dans notre musique.» Et si l’un d’entre eux quittait la bande? «Quatre moins un égalent zéro! Il faudrait tout recommencer, ce ne serait pas pareil. On touche du bois pour que personne ne soit malade un jour de concert.» De séparation, il n’en est pas question. Ils savent que les prochaines années seront décisives, quand «chacun étudiera dans une université différente».

En ce moment, Valentin effectue son école de recrues à l’autre bout du pays, et il a fallu trouver des solutions pour les répétitions. En juin, il y aura les examens de maturité de François, qui s’en ira ensuite à Lausanne. «C’est sûr que ce sera compliqué. Mais dans dix ans, on fera des tournées à l’étranger!», parie Cyrille. Les trois autres éclatent de rire. «Ouais, bien sûr, et ensuite, on ira à l’Eurovision!» –  «Comme Céline Dion.» – «Elle a vraiment chanté pour la Suisse?» – «Dommage, je me suis coupé les cheveux.» Et ainsi de suite.

A Cappella Quartet annoncera ses prochains concerts sur sa page Facebook

Portraits: des rêves plein la tête

Nom: Valentin Dayer
Registre: ténor 1
Date de naissance: 10 janvier 1994
Aujourd’hui: charpentier, à l’école de recrues
Plus tard: école d’ambulancier
Une passion: la guitare et Pink Floyd, il joue dans deux groupes de rock
Une phrase: «Beau pays, mais sec!»

Nom: Emmanuel Putallaz
Registre: baryton
Date de naissance: 7 juin 1996
Aujourd’hui: Collège de la Planta, Sion, 4e année, option physique – math. appliquées
Plus tard: médecine généraliste
Une passion: le basket et l’athlétisme
Une phrase: «On fait une pause? On peut s’asseoir un moment?»

Nom: François Vernay
Registre: ténor 2
Date de naissance: 30 octobre 1994
Aujourd’hui: Collège de la Planta, Sion, 5e année, option latin
Plus tard: génie civil à l’EPFL
Une passion: la montagne et la nature
Une phrase: «On va en boire une ou bien?»

Nom: Cyrille Nanchen
Registre: basse
Date de naissance: 1er octobre 1996
Aujourd’hui: Collège de la Planta, Sion, 3e année, option musique
Plus tard: Haute école de musique
Une passion: la musique
Une phrase: «On en chante une ou bien?»

Commentaires (11)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Mélanie Haab

Rédactrice

.

Photo:
Olivier Maire
videos:
Olivier Maire / Geoffrey Raposo
Publication:
lundi 12.05.2014, 17:00 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?