À Samut Sakhon, en Thaïlande, on a recours au bateau pour les vendanges.

A la découverte des vignobles asiatiques

Les voyages en Asie sont souvent décevants pour les amateurs de vin. Mais cela pourrait bien changer car des viticulteurs chinois et thaïlandais produisent aujourd’hui du vin de qualité. 

Les Chinois sont décidément partout! Ils ont non seulement inventé les nouilles et le papier, mais seraient aussi à l’origine de la toute première vinification. Cela ne veut pas dire pour autant que le vin chinois soit bon. Pourtant, en termes de climat et de terrain, la Chine dispose de toutes les conditions nécessaires à la production de bon vin. Ce qui manque souvent, c’est le savoir-faire en matière de viticulture et de vinification. Dans ces domaines, la Chine ressemble «aux terres vierges du Far West», a commenté un expert en œnologie.

En quête de savoir-faire

depuis belle lurette pour renverser la tendance. Dès le milieu des années 1980, des entrepreneurs asiatiques sont venus en Europe chercher des spécialistes qui accepteraient de leur transmettre leurs connaissances. Quelques-uns ont accepté. Et c’est ainsi que la Chine est devenue la sixième région viticole au monde, produisant des vins tout à fait acceptables. Le terme «acceptable» est même un euphémisme, du moins en ce qui concerne le vin de prestige Jia Bei Lan. Élaboré par le producteur Helan Qing Xue, il a remporté le Decanter Wine Awards en 2011, équivalent des oscars du cinéma. Si vous avez l’occasion un jour de déguster un Silver Heights, ne laissez pas passer votre chance!

Robert Parker aime les vins thaïlandais

On produit de bons vins en Thaïlande également, parfois même tout près des zones très touristiques, comme le Silverlake Winery élaboré à Pattaya. Les six domaines viticoles réunis dans la Thai Wine Assocation (TWA) produisent quelques vins haut de gamme supportant tout à fait la comparaison avec leurs homologues du Vieux Continent. Ces vins ont d’ailleurs su attirer la considération de Robert Parker. Les vins de la Siam Winery se voient ainsi régulièrement attribuer 85 et 87 points par le grand ponte américain de l’œnologie. Cela les classe dans la catégorie des «très bons vins, avec un intéressant degré de finesse et de parfum».

Climat défavorable

L’Inde progresse également, même si la consommation par tête n’était encore que d’une cuillère à soupe par jour en 2012. Les domaines viticoles tels que Sula Vineyards – le plus important producteur de vin indien avec 4,95 millions de litres vendus en 2012 – Fratelli Wines, Grover Zampa ou Four Seasons ont eux déjà remporté quelques prix internationaux pour la qualité de leurs produits.

Le climat indien, marqué par des périodes de chaleur et d’humidité extrêmes, n’offre cependant pas les conditions idéales pour la vigne. Et même si les ceps portent des grappes deux fois l’an, les viticulteurs produisant les meilleurs vins ne vendangent qu’une fois par an, afin de ménager aux plantes une phase de repos.

Le terroir, c’est quoi exactement?

Le terroir est un terme souvent employé mais rarement compris. Il désigne la manière dont le climat, le sol, la tradition, le savoir-faire viticole, les hommes et les femmes d’un vignoble/domaine agissent sur le goût d’un vin. Le climat a une influence directe. Ainsi, plus la région se distingue par un climat – ou des années – aux températures élevées, plus la teneur en alcool du vin sera élevée. Le sol et sa capacité à retenir l’eau joue également un rôle prépondérant dans le processus de maturation du raisin. Quant aux traditions des différentes régions viticoles, elles se reflètent dans la législation en vigueur, où parfois seuls certains cépages sont autorisés. Et bien sûr, les hommes et les femmes qui travaillent dans les vignes ainsi que les chais influencent eux aussi le caractère du vin. La notion de terroir englobe tout cela.

Jan Schwarzenbach, œnologue

Syrah équilibrée

L'experte

Marie Linder, spécialiste en vin

Marie Linder, spécialiste en vin
Marie Linder, spécialiste en vin

Issu du croisement entre la mondeuse blanche et la dureza, ce cépage rhodanien est en constante augmentation de surface à travers le monde. Arrivé en Valais en 1926 déjà, il s’épanouit sur les coteaux escarpés. Il aime se dorer au soleil et se plaît donc sous le climat particulièrement sec de ce canton. Cette syrah à la robe d’une couleur rouge soutenu avec des nuances violines, offre un parfum délicat aux senteurs de violette et de sureau. Son attaque de bouche souple est suivie d’une jolie montée en crescendo avec l’arrivée de tannins ronds, bien mûrs et une présence agréable de notes épicées. Elle se prolonge en une finale poivrée et persistante. C’est un vin tendre et bien équilibré à boire en bonne compagnie, autour d’un plat de pâtes aux tomates, ou pourquoi pas à la carbonara, idéal après une journée de ski.

Valais AOC Syrah Bibacchus, 2013

Prix: 14 fr. 95/75 cl
Région: Valais
Cépage: syrah
Maturité: 2015-2017
Disponible: dans les grands points de vente ou sur: www.coopathome.ch

.
.

www.coopathome.ch
Plus dʼinfos sur le vin sur www.mondovino.ch
Regula Bättig
Photo:
Alamy, SP
Publication:
dimanche 28.12.2014, 22:30 heure

Retrouvez toutes nos recettes