Dans la centrale de distribution, le manutentionnaire Agron Komani retire le film plastique d’une palette. Ce matériau 
sera récolté et recyclé.

Achats: sacs en plastique sur demande

Écologique Les sachets aux caisses de la Coop sont en plastique recyclé et payants. Ce qui devrait diminuer leur utilisation.

Classique: on part avec l’intention de n’acheter qu’un litre de lait et du pain. Mais voilà que notre fromage préféré est en action, qu’une nouvelle sorte de yogourt nous fait saliver au rayon produits laitiers et qu’une plaque de chocolat joue les tentatrices. Nos «petits» achats sont devenus plus gros que prévu. Heureusement qu’il y a les petits sacs blancs en plastique à la caisse. C’est ce que se disait un client sur deux au magasin Coop au moment d’en emporter un.
Tout cela est du passé. Dès cette semaine, dans tous les magasins Coop disposant d’un rayon alimentation, les sacs en plastique sont uniquement disponibles sur demande et coûtent cinq centimes la pièce. À la caisse libre scannage, le client scanne lui-même son sac. Pourquoi ce changement? La réponse est simple: «Nous souhaitons réduire la quantité de plastique utilisée et faire ainsi un geste en faveur de l’environnement», explique Guido Fuchs, le chef du projet.
Le détaillant avait déjà introduit le nouveau système dans dix supermarchés de Zurich à l’automne 2016. Résultat: la consommation de sacs en plastique a diminué de 85%.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Du neuf avec du vieux

Guido Fuchs estime que le coût n’est pas la seule raison de ce net recul: «On ne peut plus se servir seul; on est obligé de s’adresser à la caissière.» Ce qui, d’après lui, incite à se demander si on a réellement besoin d’un sac. Au total, Coop économisera 850 tonnes de plastique par année sur l’ensemble de la Suisse.
Pour la fabrication des nouveaux sacs en plastique, l’enseigne met l’accent sur la valorisation des déchets. Les sacs sont composés de plastique recyclé, qui provient notamment des déchets des centrales de distribution Coop. Dans la mesure du possible, ces matériaux sont affectés à la fabrication des nouveaux sacs. Mais ce n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît. Le plastique doit être très propre et pur: il ne doit pas comporter d’impressions en couleur. «Plus la qualité du plastique est bonne, plus les sacs seront fins», indique Guido Fuchs. Quand le fabricant livre un nouveau lot de sacs, il récupère en même temps les matériaux recyclables collectés. En raison des ressources ainsi économisées, les sacs peuvent arborer le label Oecoplan.
C’est grâce à une solution applicable à l’ensemble de la branche, élaborée par la Communauté d’intérêt du commerce de détail suisse (CI CDS) que les sacs en plastique sont maintenant payants dans tout le pays. Les détaillants, conscients de la nécessité de réduire la forte consommation de sacs, ont décidé d’introduire une taxe. À bon escient, comme le montrent les chiffres. «C’est pourquoi il n’existe aucune loi interdisant les sacs en plastique en Suisse», ajoute Guido Fuchs.
Quant aux bénéfices engrangés par la vente des sacs en plastique, ils sont versés au Fonds Coop pour le développement durable, qui soutient divers projets de recherche et de sensibilisation liés à l’écologie.

Réduction de 85%: un client sur 13 demande un sac en plastique

Source Coop société coopérative; infographie Caroline Koella 

Des actes pour le bien-être de tous

www.des-paroles-aux-actes.ch/334
Toutes les paroles aux actes
Noëmi Kern
Photo:
Yannick Andrea, DR
Publication:
lundi 13.02.2017, 12:45 heure

Retrouvez toutes nos recettes