À Neuchâtel: dans les polars du proc’

Des histoires, une ville Nicolas Feuz, le procureur bien connu pour ses polars, vient de publier son septième roman noir. Escale dans sa ville et les lieux qui l’inspirent. 

Les scènes de crime il connaît, Nicolas Feuz, puisque son travail de procureur à Neuchâtel exige qu’il se rende sur place lors d’un décès suspect pour diriger les investigations policières. Cet homme ouvert et communicatif écrit-il donc des romans policiers pour exorciser certaines visions? «Non, les aspects physiques, même s’ils peuvent parfois choquer, ne me heurtent pas. Ce qui me heurte, ce sont les histoires humaines qui se cachent derrière ces scènes. Et je m’intéressais aux polars bien avant d’être procureur.»
Son dernier roman, Horrora borealis, dont il qualifie le style de simple et grand public, est pimenté d’action et de poursuites. «Bien plus que dans la réalité d’un procureur ou même d’un policier.» Dès les premières pages, Walker est en danger de mort sur les Jeunes-Rives, au bord du lac de Neuchâtel. Une question lancinante le torture : «Que s’est-il passé en Laponie?» Le bain de sang qui l’entoure trouve son origine lors de ses vacances en famille dans cette région glaciale. Qu’est-il arrivé au père de famille, à sa femme Sandra, au petit Quentin, et à Samuel et Alia, les deux adolescents dont on ne peut s’empêcher de remarquer que leurs disputes sont très réalistes? «J’ai moi-même deux ados», sourit le procureur.

Hôtel judiciaire

http://www.cooperation.ch/Ae+Neuchaetel_+dans+les+polars+du+proc_ À Neuchâtel: dans les polars du proc’

Au n° 1 de la rue du Pommier se trouve le Tribunal cantonal, et juste à côté, le bureau de certains procureurs.
Ironiquement, Nicolas Feuz a imaginé un personnage récurrent dans ses romans, un procureur incompétent qui apparaît également dans Horrora borealis, où il prend une raclée que de nombreux lecteurs jugeront méritée. Dans cette rue a aussi eu lieu une course-poursuite. «Une majorité de policiers neuchâtelois a lu au moins l’un de mes romans. Ils apprécient que leur travail soit mis en scène», nous confie le procureur et auteur de romans policiers Nicolas Feuz.

Le port

http://www.cooperation.ch/Ae+Neuchaetel_+dans+les+polars+du+proc_ À Neuchâtel: dans les polars du proc’

Un endroit pour flâner par beau temps, lieu de départ de croisières idylliques, le port de Neuchâtel est aussi le théâtre d’une découverte macabre dans le roman Ilmoran, l’avènement du guerrier. Un corps, de nouveau, attaché à l’ancre d’un bateau.
Et un autre, dans les toilettes publiques du parking. Quand nous disions que Nicolas Feuz aime l’action!

La place Pury

http://www.cooperation.ch/Ae+Neuchaetel_+dans+les+polars+du+proc_ À Neuchâtel: dans les polars du proc’

Lieu de tous les rendez-vous, cette place emblématique est ornée de la statue de David de Pury, bienfaiteur de la ville. Nicolas Feuz a osé attacher un cadavre à ce «symbole pour les Neuchâtelois» dans son premier roman. Les scènes importantes s’y passent dans les alentours, notamment cette course-poursuite dans le passage souterrain qui mène au parking de la place Pury. «Les parkings publics, vers minuit, ça fiche les jetons… Certaines personnes me disent ne plus aller dans ce parking le soir à cause de mon roman!»

Château

http://www.cooperation.ch/Ae+Neuchaetel_+dans+les+polars+du+proc_ À Neuchâtel: dans les polars du proc’

Dans cette salle du château ont lieu les procès publics du Tribunal cantonal. Dans un roman qui paraîtra en octobre 2017, l’écrivain a imaginé une scène où deux enquêteurs suivent le débat qui se déroule dans la salle des États depuis le café de la collégiale, presque en direct grâce à Internet. Une scène vécue par le procureur à Renens où il mangeait avec des confrères en plein procès Claude D. Toutes les trois minutes, un journaliste twittait une information…

Le café de la collégiale

http://www.cooperation.ch/Ae+Neuchaetel_+dans+les+polars+du+proc_ À Neuchâtel: dans les polars du proc’

Au pied du château, qui a donné son nom à la ville, et de la collégiale construite au XIIe et XIIIe siècles puis rénovée au XIXe siècle, ce café est idéalement situé pour une visite des principaux sites touristiques de Neuchâtel, mais également pour rencontrer les cinq conseillers d’État ou les 115 députés du Grand Conseil qui se réunissent dans une salle du château. Ou encore Nicolas Feuz, qui travaille juste à côté!

Dédicaces le 18 février

Nicolas Feuz et Marc Voltenauer dédicaceront leur dernier livre Horrora borealis (TheBookEdition) et Le Dragon du Muveran (Éd. Plaisir de Lire) le 18 février.
De 10 h à 12 h à l’hypermarché Coop de La Chaux-de-Fonds Éplatures. Et de 14 h à 16 h à Coop Léman Centre Crissier (VD).

texte:
Laurence de Coulon
Photo:
David Marchon
Publication:
lundi 06.02.2017, 13:54 heure