On prend volontiers place autour d’une table de Pâques accueillante.

À l’heure du brunch

Santé Pâques approche à grands pas, il est temps de choisir les boissons qui accompagneront le brunch. À chacun ensuite de choisir la sienne.

Pâques, c’est aussi le moment pour bruncher... et trinquer! Les vins blancs légers et les mousseux agrémentent bien les œufs, la tresse au beurre et le fromage, tout comme les cocktails à base de vin, une variante raffinée et élégante. L’occasion de revisiter quelques classiques.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Kir

Bien que généralement associé à l’apéritif, ce cocktail frais et sucré inventé par les vignerons dijonnais se marie très bien avec les fruits et la confiture. Son nom vient du chanoine Félix Kir, maire de Dijon, qui servait du blanc-cassis lors des réceptions officielles à la mairie. Il a ainsi fait connaître cette boisson au-delà des frontières de la Bourgogne.

Recette classique: verser une dose de crème de cassis et cinq doses de vin blanc sec dans un verre.  
Variantes: kir royal avec du mousseux à la place du vin blanc, kir breton/normand avec du cidre, kir-mûre, kir-kiwi.

À essayer: Kir Cocktail

Dans un verre mélangeur, verser 6 cl de riesling, 3 cl de gin et 1,5 cl de crème de cassis, ajouter des glaçons et remuer.
Filtrer et verser dans un verre à vin blanc.
Décorer avec des myrtilles.

Mimosa

Le cocktail Mimosa est la boisson de brunch par excellence. C’est Frank Meyer ou Meier, barman du Ritz à Paris, qui inventa ce cocktail en 1925 pour ses illustres clients.
Il est composé de champagne et de jus d’orange (moitié-moitié) et tire son nom du mimosa argenté, un arbre ­originaire du sud-est de l’Australie et très apprécié en France à l’époque. Frank Meyer se serait inspiré d’une recette ­d’Angleterre; au Buck’s Club de Londres, dès 1921, le barman Pat McGarry servait à ses clients une ­boisson similaire composée de deux doses de jus d’orange et d’une dose de champagne avec un soupçon de sirop de grenadine.

Recette classique: remplir un verre d’une moitié de vin mousseux sec et d’une autre moitié de jus d’orange.
Servir frais.

Variantes: selon votre goût, ajoutez quelques gouttes de Grand Marnier ou de sirop de grenadine, remplacez le jus d’orange par du jus de pamplemousse.

À essayer: Mimosa sangria (pour plusieurs personnes)

Dans un pichet, verser 1,5 dl d’eau-de-vie d’abricot et 7 dl de jus d’orange. Trancher un citron et une orange que l’on ajoute en même temps que 350 g de baies (selon le goût). Laisser macérer au moins 3 heures (idéalement une nuit) au réfrigérateur.
Ajouter une bouteille de vin mousseux juste avant de servir et remuer délicatement.

Bellini

La recette de cette boisson très appréciée au brunch nous vient d’Italie. Elle a été inventée par Giuseppe Cipriani, du Harry’s Bar de Venise.
Elle ne pouvait être réalisée qu’avec un mixeur électrique, que le barman avait rapporté d’un voyage en Amérique.
La couleur rose pâle de sa préparation lui aurait rappelé les teintes utilisées par le peintre vénitien Giovanni Bellini, d’où son nom.
Recette classique: dans un verre, recouvrir une dose de purée de pêche blanche froide ou congelée (env. 1 pêche par verre) de deux doses de vin mousseux. Remuer légèrement puis ajouter une autre dose de vin mousseux.    
Variantes: avec de la purée de fraises (Rossini) ou de mandarines (Puccini).

À essayer: Bellini au citron

Dans un shaker, verser 1 cl de vodka sur une cuillère à soupe de sorbet au citron. Bien secouer. Ajouter 1,5 dl de champagne. Remuer délicatement. Filtrer et verser dans une flûte à champagne puis décorer d’une rondelle de citron et de framboises.

Joliment fruité

L’experte

Appelé johannisberg, sylvaner ou encore rhin en référence à son origine allemande sur les rives du fleuve, ce cépage se plaît sur les terres valaisannes. Il produit un raisin très doux qu’on aime manger à la main. Idéal pour les accords gastronomiques, car le vin issu de cette variété est bien souvent riche, gras, plutôt vineux et puissant. Il s’acoquine très bien avec des asperges au jambon et des gratins de légumes.
Il sera aussi remarquable aux côtés de terrines de poisson ou même d’un risotto au safran. Peu acide mais dense en matière, il est également un vin qui se garde et évolue remarquablement bien. Le Johannisberg Fleur du Rhône propose un parfum mûr et joliment fruité, sa bouche est typique, ample, grasse avec une élégante touche d’amertume en finale.

Valais AOC Johannisberg Fleur du Rhône, 2014

Prix: 10 fr. 95/75 cl
Origine: Suisse
Région: Valais
Cépage: sylvaner
Maturité: 2016-2017
Disponible: dans les grands points de vente ou sur:
www.coopathome.ch

.

D’autres suggestions sur: mondovino.ch/brunch-paques
Michaela Schlegel

.

Photo:
Getty Images, Colourbox, Alamy, Stock Food
Publication:
lundi 14.03.2016, 13:25 heure

Retrouvez toutes nos recettes