«Je suis à fond, je donne le maximum»

Musique Amandine Rapin a brillé dans la cinquième saison de «The Voice». De retour de Paris, elle a repris son quotidien mais rêve encore de paillettes.

Devant la maison familiale de Chavornay, dans le Nord vaudois, Amandine aide sa mère à se débarrasser de branchages du jardin. Le quotidien a repris son cours pour cette jeune femme qui enseigne la musique à des élèves de 10 à 16 ans. Le 7 mai dernier, elle s’est hissée jusqu’aux demi-finales du télécrochet français The Voice. La Vaudoise a bien digéré sa défaite face à Slimane. Elle croit en son avenir dans la musique. Sa voix intense, entre funk et soul, sa spontanéité, son humour et sa coupe de cheveux ont séduit les téléspectateurs.

Quel bilan tirez-vous de «The Voice»?
Que du positif! Je suis fière de mon parcours. Et Florent Pagny est très sympa et très naturel.

Pourquoi avoir fait l’affront à Mika de lui préférer Florent Pagny comme coach?
C’est mon choix! J’ai failli craquer pour Mika qui souhaitait m’avoir dans son équipe, mais vocalement parlant, je me sens plus proche de Florent Pagny et j’avais envie de me retrouver dans son équipe. Je ne l’ai pas regretté.

Votre secret pour être si à l’aise sur scène?
Je ne le suis pas! Comme j’ai peur de décevoir, je donne le maximum, je suis à fond. Je ne sais pas comment, mais en entrant sur scène, j’arrive à transformer mon stress et mon mal-être en émotion. Je sais ce que j’ai à faire, je ne me pose pas trop de questions et je me lance.

Vous cherchez à percer dans la musique, un défi ardu…
Oui. Je m’en suis rendu compte après avoir passé trois ans à Londres pour un bachelor de musique. J’ai alors sorti cinq titres seule comme une grande et j’ai galéré pour trouver un ou deux petits médias qui voulaient bien m’écouter. Participer à The Voice, c’est chercher un coup de pouce pour avoir une chance de réaliser mon rêve d’être un jour chanteuse à plein temps.

D’où vient ce rêve?
Probablement de mes grands-pères Benjamin et Marcel, avec qui je chantais beaucoup. Ils écoutaient La Compagnie créole, Pierre Perret ou Charles Trenet.

Qu’en est-il de vos goûts musicaux? Qui iriez-vous écouter en concert cet été?
Dua Lipa, Jain, The Avener ou encore Snarky Puppy, s’ils étaient à l’affiche!

Deux ananas reçus en référence à ses cheveux

Vous êtes auteur-compositeur-interprète. Qu’écrivez-vous en ce moment?
Je me dirige vers quelque chose d’electro-soul, qui fasse bouger les gens et les rende heureux. Peut-être qu’un label me fera enregistrer un disque. Sinon, je vais lancer un appel au don sous forme de crowdfunding.

Que vous ont dit vos élèves en vous revoyant après «The Voice»?
«Madame, vous étiez mieux que Slimane!» Ils auraient voulu que je gagne mais ils étaient quand même contents!

Enseigner, ça vous plaît?
Oui. J’aime écouter mes élèves, connaître leurs envies. Je fais tout pour ne pas les dégoûter de la musique.

L’une de vos élèves est à l’origine de la popularité de votre coupe dite ananas…
Oui, Jade. Elle a dit devant les caméras de The Voice qu’elle m’aimait bien parce que je me fais des coupes ananas… Sans mes cheveux, je ne serais rien. Ça forge le caractère d’avoir une différence à la base. Aux filles qui en ont marre de leurs cheveux frisés, je dis «patience» car en réalité, c’est un atout.

À propos, qu’aimez-vous manger?
Côté sucré, les fruits en général, et les bonbons. Je pourrais en manger des kilos! Côté salé, je raffole des fruits de mer.

Sa bague fétiche, de son arrière-grand-mère Juliette

Un autre plaisir de la vie qui vous parle?
Il m’en faut peu pour être heureuse: partager des instants sans chichis avec des gens qui s’entendent bien avec un bon petit cocktail, et plus si affinité…

Amoureuse?
Pas en ce moment. Le jour où un garçon voudra me demander en mariage, il faudra d’abord qu’on soit allés nager avec des baleines à Rurutu (ndlr: en Polynésie française)!

Grande rieuse, vous semblez bien dans vos baskets: juste?
Je n’ai pas à me plaindre: j’ai deux bras, deux jambes et un cerveau qui marche à peu près… Ma grand-mère Eva me disait que j’aurais le temps de bouder quand je serais morte. C’est une bonne philosophie!

L’été arrive, la saison des baignades: aimez-vous l’eau?
Oui, c’est mon élément. J’adore aller au lac et profiter de la piscine familiale.

En concert le 24 juin à 20 h sur la place du Marché d’Orbe avec la Genevoise Anahy, arrivée aussi en demi-finales de «The Voice» cette année. Et le 2 août à 20 h 30 à Château-d’Œx, dans le cadre du Festival Au Pays des enfants.

4 dates dans la vie de la jeune artiste

1991 Amandine voit le jour le 1er septembre. Elle est fille unique et grandit à Chavornay.

2010 Termine le gymnase avec succès: «Mais c’était difficile. Il faut être bon dans toutes les matières!»

2011 Elle sait qu’elle a envie de chanter en anglais et part trois ans à Londres, où elle étudie et s’ouvre l’esprit.

2016 Entre février et mai, elle passe chaque samedi sur TF1 dans la cinquième saison de «The Voice».

Suivez Amandine Rapin sur sa page Facebook

Commentaires (2)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Joëlle Challandes

Rédactrice

Photo:
Darrin Vanselow
Publication:
lundi 13.06.2016, 14:10 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?