Après avoir vaincu un cancer du sein pour la deuxième fois, la chanteuse Anastacia rebondit avec un nouvel album. Les confidences d’une battante.

«Cela m’a rendue plus forte»

Après avoir vaincu un cancer du sein pour la deuxième fois, la chanteuse Anastacia rebondit avec un nouvel album. Les confidences d’une battante.

Vidéo

Interview

Coopération. Qu’avez-vous ressenti lorsque vous avez été diagnostiquée d’un deuxième cancer du sein l’an dernier?
Anastacia. 
Vous savez, j’avais eu beaucoup plus peur lors de mon premier cancer. Depuis, j’ai eu dix ans pour réfléchir à ce que je ferais si la maladie revenait. J’avais décidé de subir une double mastectomie si elle réapparaissait. Quand le diagnostic est tombé, j’ai su que ma décision était la bonne parce que je n’ai pas envie de jouer à la roulette russe. Une mastectomie n’est pas le procédé le plus courant pour venir à bout d’un cancer mais je préfère ça à l’incertitude. Je n’ai plus l’impression d’avoir une épée de Damoclès au-dessus de ma tête.

Une mastectomie reste une procédure choquante pour beaucoup de femmes. Vous n’avez pas hésité?
Non, je crois que cela a été une décision extrêmement positive pour mon bien-être spirituel. J’ai traversé tellement d’épreuves dans ma vie et tellement sondé mon âme que lorsque j’ai appris la nouvelle, je me suis sentie suffisamment forte pour affronter ça. J’étais prête d’un point de vue émotionnel. Le plus dur a été la convalescence après l’opération. Récupérer physiquement a été plus difficile que je ne l’avais imaginé.

Ecrire et interpréter les chansons de votre nouvel album, «Resurrection», a été thérapeutique pour vous?
Oui. C’est drôle parce que je n’aurais jamais pensé pouvoir surmonter des épreuves en écrivant des chansons et en racontant mes problèmes à tout le monde! Je n’avais pas imaginé que je deviendrais si transparente mais en fin de compte, je suis comme ça dans la vie. Je suis la même quand je vous parle que lorsque j’écris une chanson. Cela ne me semble pas bizarre de m’exposer autant comme ça. Je ne sais pas dissimuler ou compartimenter ce que je ressens. La réserve, ce n’est pas mon style!

Vous évoquez votre divorce dans le titre «Pendulum». Qu’aviez-vous envie de dire avec cette chanson?
Pour moi, cette chanson n’est pas triste. Elle dit qu’on peut se séparer de la personne qu’on aime sans ressentir de haine. La plupart de mes relations sentimentales se sont terminées sur une note amère. Il suffit d’écouter mes vieux tubes, comme I’m Outta Love! Je crois qu’avec l’âge, j’ai acquis une certaine sagesse et cela se reflète aussi dans ma musique.

Comment faites-vous pour rebondir si vite après chaque épreuve?
Peut-être que chaque épreuve, qu’il s’agisse de la maladie ou d’un revers sentimental, me rend plus forte. Kelly Clarkson chante ça très bien, What doesn’t kill you makes you stronger, ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. C’est moi qui aurais dû écrire cette chanson! Nous devons tous réaliser que même si ce n’est pas drôle de traverser une mauvaise passe, cela ne dure jamais éternellement. A la fin de chaque tempête, les nuages se dissipent et le soleil perce. C’est très dur de penser ainsi sur le moment, mais c’est comme ça qu’il faut voir la vie. 

Portrait: retour en forme

Carrière. Après avoir débuté comme danseuse et choriste, l’Américaine a percé sur le tard en se faisant remarquer dans un télé-crochet de MTV. Reconnaissable à sa voix féline, son allure de tigresse et ses lunettes teintées, elle cartonne dès son premier single, «I’m Outta Love», paru en 2000. Depuis, la star de 45 ans a vendu 30 millions d’albums.

Santé. La chanteuse a collectionné les pépins. Adolescente, elle souffre de la maladie de Crohn et doit subir une opération de l’intestin. En pleine gloire, elle vient à bout d’un cancer du sein après une intervention chirurgicale et une radiothérapie. Après sa récente mastectomie et une reconstruction mammaire, elle est aujourd’hui en pleine forme.

Divorce. Anastacia avait épousé son garde du corps, Wayne Newton, en 2007. Le couple, qui résidait à Londres, a divorcé en 2010. Elle vit maintenant à Los Angeles.

Album. «Resurrection» (dist. Phonag) exhume la recette pop-rock-soul qui a fait le succès d’Anastacia. L’entêtant «Stupid Little Things» rappelle son tube «Left Outside Alone», la ballade «Lifeline» fait les yeux doux à James Bond et «Apology» brille dans son écrin acoustique. Un joli retour en forme.

www.anastacia.com

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Miguel Cid

Rédacteur

.

Photo:
Ralf Strathmann, SP
Publication:
lundi 05.05.2014, 08:00 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?