Une forte complicité lie Sonja Lacher aux bêtes à cornes.

«Je me suis parfois sentie seule…»

La chanteuse d’Eurythmics jazze avec succès sur son nouveau disque, «Nostalgia». Rencontre avec une femme d’exception.

Quel courage pour s’attaquer à des standards de Billie Holiday, Nina Simone et Louis Armstrong!
Du courage ou de l’inconscience! Avant, le jazz n’était pas ma tasse de thé. J’ai été séduite par l’idée  de m’aventurer dans un genre auquel le public ne m’associe pas. Ces chansons m’ont charmée.

Que vous ont-elles appris?
Elles sont un portail vers une époque où les droits civiques des Noirs aux États-Unis n’existaient pas encore. J’ai trouvé ça intéressant parce que, ces dix dernières années, je me suis beaucoup engagée dans la défense des droits de l’homme.
Quand je regarde en arrière, je constate que la violence, les préjugés et la haine qui prévalaient alors continuent de nous poser problème aujourd’hui. Le côté destructeur de l’homme existera toujours.

«

Les droits des femmes me préoccupent»

Vous avez beaucoup milité pour les droits des femmes. Féministe?
Le mot «féminisme» fait peur à beaucoup et est sujet à des interprétations contradictoires. On pense souvent que les féministes détestent les hommes. Je les aime. Je ne parle pas de mon orientation sexuelle, même si je suis hétéro. J’ai eu des difficultés avec les hommes, des relations très difficiles (ndlr: elle a été mariée trois fois) et de grandes amitiés. Ce qui me préoccupe, ce sont les droits des femmes.

Des exemples?
Dans certains pays en développement, les filles sont victimes d’abus et ont accès à très peu de ressources. C’est comme si l’on revenait au Moyen Âge.

C’est-à-dire?
Les femmes vivent dans la pauvreté. Les filles tombent enceintes à 15 ans et arrivées à la vingtaine, sont déjà mères de six enfants. Elles n’ont pas accès à la santé, à la contraception, à l’éducation et sont prises dans l’engrenage de la pauvreté. Leurs partenaires abusent d’elles… 

Nostalgique des années 1980?
Les «eighties» ne me manquent pas. Elles ont été pour moi une période frénétique où je n’ai pas arrêté d’être créative et de sillonner la planète. Avec Eurythmics, on enregistrait un album par an et on enchaînait les vidéoclips. C’est la décennie qui nous a fait connaître, Dave Stewart et moi. Mais je me suis sentie parfois seule et perdue pendant l’ascension du groupe.

Vous n’avez plus fait de tournées depuis longtemps. Tentée par un retour triomphal à la Kate Bush?
Je ne suis pas sûre d’avoir envie d’interpréter cet album sur scène. Les gens veulent entendre mes vieux tubes et je n’ai pas envie de les décevoir. Pour Kate, je suis allée la voir en concert et elle est extraordinaire.
Je ne pense pas qu’on puisse nous ranger dans la même catégorie même si nous sommes de la même génération. C’est un génie.

C’est vrai que vous songez à prendre votre retraite?
Oui, il m’arrive d’y penser. Mais je change d’idée tous les jours parce que je ne suis pas un bloc de granit immuable. Il me faut du temps pour décider à quoi je vais dédier toute mon énergie. Ces dix dernières années, je me suis concentrée sur la lutte contre le sida en mettant l’accent sur les femmes et les enfants.  

Comment abordez-vous votre prochain anniversaire, le 60e?
Comme n’importe lequel. Je suis née un 25 décembre. Toute ma vie, Noël a éclipsé mon anniversaire et je ne le regrette pas. Et puis d’habitude, je commence déjà à me préparer mentalement à mon nouvel âge en juin! Alors dans ma tête, j’ai déjà 60 ans et ce n’est pas un problème.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Photo:
Keystone/Camera Press/Mark Harrison
Publication:
lundi 01.12.2014, 10:00 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?