1 von 15


Quelque 10 000 poissons évolueront dans les différents bassins de l’aquarium-vivarium. 

Vue nocturne d'Aquatis (à gauche) et de l'hôtel.

Les mangroves sont encore emballées.

La réplique d'une grotte de glace attendra les visiteurs.

Les travaux battent leur plein.

Des artisans posent la mâchoire du spinosaure.

Un impressionnant spinosaure!

L'aquarium-vivarium accueillera également des reptiles.

On pourra observer les crocodiles dans et hors de l'eau.

Une tortue dans son élément.

Un garpique alligator du Mississippi.

La directrice d'Aquatis Angélique Vallée-Sygut.

Des raies en quarantaine.

Des petits piranhas qui deviendront grands!

Plus de 200 espèces différentes pourront être observées à Aquatis.

Aquatis: voyage au fil de l’eau

Nouveauté L’aquarium-vivarium ouvrira ses portes 
le 21 octobre prochain à Lausanne, après trois ans de travaux. Plongée en eau douce.

Deux heures en immersion dans les écosystèmes aquatiques des cinq continents sur deux niveaux et 3500 m2 à la rencontre de milliers de poissons, sans oublier les reptiles et les amphibiens dont des piranhas, des raies et des crocodiles. C’est ce que proposera Aquatis, le plus grand aquarium-vivarium d’eau douce en Europe.
Après quelques reports, il ouvrira finalement ses portes le 21 octobre, à côté de la sortie d’autoroute Lausanne-Vennes. «On a du retard car c’est un projet très complexe et unique en Europe», explique Bernard Russi, directeur du groupe Boas, actif notamment dans les EMS et l’hôtellerie, qui a investi 100 millions pour construire Aquatis et l’hôtel attenant: «C’est une Arche de Noé nouvelle génération.» Le complexe est chauffé grâce à l’incinération des ordures ménagères (chauffage à distance).
Aquatis se veut à la fois scientifique, ludique et pédagogique. Le nom est composé d’Aqua, eau en latin, de T pour terre, I pour innovation et S pour science. «Nous présenterons au public une faune aquatique souvent méconnue. Nous allons faire découvrir des poissons étonnants comme, entre autres, dix arapaimas, qui sont les plus gros poissons d’Amazonie et qui peuvent mesurer 4 mètres adultes. Ils possèdent des couleurs incroyables», commente Angélique Vallée-Sygut, directrice d’Aquatis et biologiste marine de formation.

Aquatis se trouve à Lausanne-Vennes, à côté de l’autoroute, et comprend également un hôtel.

Une scénographie immersive

Angélique Vallée-Sygut, 
directrice d’Aquatis

Angélique Vallée-Sygut, 
directrice d’Aquatis
http://www.cooperation.ch/Aquatis_+voyage+au+fil+de+l_eau Angélique Vallée-Sygut, 
directrice d’Aquatis

Le plus grand aquarium, celui de l’évolution, contiendra 1 million de litres à lui seul et mesurera 8 mètres de profondeur. «On pourra observer un étagement des espèces comme dans la nature. Il y a des espèces de fond, d’autres qui vivent en surface. Et certaines restent dans la colonne d’eau», précise Angélique Vallée-Sygut. Il sera ainsi possible de les contempler sous tous les angles.
«Nous souhaitons créer un lien émotionnel avec l’eau douce et toucher les visiteurs. Le but est qu’ils se sentent concernés et décident d’être acteurs. De petites actions peuvent avoir de grands effets, comme fermer le robinet lorsqu’on se brosse les dents, par exemple.»
Les visiteurs voyageront à travers les cinq continents au fil de l’eau dans un décor plus vrai que nature. En Europe, le parcours les amènera au cœur du glacier du Rhône avec une grotte de glace reconstituée. Ils pourront suivre le fleuve jusqu’à son embouchure, en Camargue, où ils auront l’impression de voler avec des flamants roses grâce à une scénographie «innovante et immersive».

«

Nous souhaitons créer un lien émotionnel avec l’eau douce»

Angélique Vallée-Sygut, 
directrice d’Aquatis

La serre tropicale en chantier (ci-dessus). Elle accueillera notamment un immense aquarium avec des piranhas et d’autres poissons amazoniens.

Un spinosaure de 12 mètres

Un dinosaure articulé de 400 kg surgi du plafond fera le bonheur des enfants. Ce spinosaure a nécessité plusieurs mois de travail aux artisans. L’animal de 12 mètres de long mangeait des poissons et évoluait à la fois dans l’eau et sur terre. «On présentera l’évolution des espèces qui sont sorties progressivement de l’eau», ajoute Angélique Vallée-Sygut.
L’immense serre tropicale au cœur de l’aquarium (533 m2) plongera le public dans la moiteur de l’Amazonie. Parmi les poissons phares, il y aura bien sûr les voraces piranhas pouvant atteindre 50 cm. Dans la bande dessinée de Franquin, ils constituent le repas favori du Marsupilami qui les pêche avec sa longue queue. «Ils adorent manger des cœurs de bœuf!», s’exclame la directrice.
Aquatis présentera aussi les poissons des grands lacs d’Afrique et deux crocodiles sacrés, que l’on pourra observer dans l’eau. Suivront un dragon de Komodo, en provenance du vivarium de Lausanne, des mangroves et rizières asiatiques, ainsi qu’un fleuve australien se jetant dans la mer au niveau de la Grande Barrière de corail (unique aquarium salé).
L’institution collaborera avec divers partenaires scientifiques dont la Faculté des géosciences et de l’environnement de l’Université de Lausanne, l’Institut des sciences de l’environnement de l’Université de Genève, Helvetas ou encore l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Ex-star du Vivarium de Lausanne, le varan de Komodo va faire le bonheur des visiteurs à Aquatis.

La déprime du poisson alligator

Dix poissons alligators du Mississippi, donnés par l’aquarium de Singapour, surprendront en outre les visiteurs. Un premier spécimen est arrivé seul pour tester comment il supporterait le long voyage depuis l’Asie du Sud-Est. À Aquatis, il n’a pas mangé pendant trois mois et semblait mal en point. Mais une fois ses neuf congénères arrivés, il a recommencé à s’alimenter et à se comporter normalement! «Cela démontre les liens sociaux qui existent entre les poissons», souligne Angélique Vallée-Sygut.
Parmi les poissons en quarantaine avant de pouvoir intégrer leurs bassins, des bébés raies Léopold sont nées, une agréable surprise pour les responsables de l’aquarium qui ont dû séparer les mâles et femelles car ils s’entendaient un peu trop bien!

Aquatis en chiffres

100 000 Le nombre de pastilles en aluminium qui recouvrent le bâtiment.
46 Le nombre d’aquariums, vivariums et terrariums.
2 millions de litres. C’est la capacité des différents bassins.
De 15 °C à 29 °C La température de l’eau des aquariums.
10  000 Le nombre de poissons.
100 Le nombre de reptiles et d’amphibiens.
200 Le nombre d’espèces à observer.
20 Le nombre d’écosystèmes présentés.
300 000 à 400 000 Le nombre de visiteurs escomptés annuellement par le groupe Boas; un objectif qui semble ambitieux.
100 millions En francs. L’investissement du groupe Boas: 65 millions pour l’aquarium-vivarium, 35 millions pour l’hôtel et le centre de conférences.

Infos pratiques

Horaires: ouvert 7j/7 de 9 h à 19 h.
Accès: en métro M2 depuis Lausanne (direction Croisettes) – arrêt Vennes. En voiture: autoroute A9, sortie Lausanne-Vennes. Prendre la route de Berne direction Moudon/Epalinges puis suivre P+R Vennes.
Prix d’entrée: adulte (29 fr.), enfant de 5 à 15 ans (19 fr.), moins de 5 ans gratuit, billet «famille» (2+1): 69 fr.

Plus d'informations

Commentaires (1)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.










Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Basile Weber

Rédacteur

Photo:
Aquatis, Darrin Vanselow
Publication:
lundi 25.09.2017, 13:45 heure





Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?