1 von 13


Mesure du tour de taille du chêne de Morrens (VD) – 5,15 mètres – sous sa couronne majestueuse d’une largeur de 28 × 19,5 m.

Mélèze d'Isérable (VS): env. 900 ans, 10,7 m de circonférence du tronc.

L'arbre le plus haut de Suisse: le sapin de Douglas à Madiswil (BE) s'élève à 61 m de hauteur pour une circonférence du tronc de 4,85 m.

Avec son frère de Crémines (BE), l'if de Moutier est l'arbre le plus âgé de Suisse: environ 1500 ans.

Le saule de Hünenberg (ZG): au Reussspitz, un épicéa pousse depuis de nombreuses années dans un saule pourri qui fait office de vase à fleurs surdimensionné.

A droite: le tilleul de Linn (AG) est âgé d'environ 660 ans, fait 11,05 m de circonférence du tronc et 21 m de largeur de couronne.

Le tilleul de Linn (AG).

Le tilleul de Linn (AG).

Le tilleul de Linn (AG).

Séquoia géant, Corseaux (VD): environ 150 ans, 13 m de circonférence du tronc, 34,5 m de haut. La star de cinéma anglaise James Manson (le capitaine Némo dans le film «20'000 lieues sous les mers») possédait cet énorme séquoia géant avant son décès en 1984.

Epicéa de Luven (GR): à sa droite, Michel Brunner paraît bien petit face aux 47 m de hauteur de ce géant d'environ 250 ans (15 m x 15 m de largeur de couronne).

Poirier de la variété «Sept en gueule», Orges VD: environ 250 ans, 4,10 de circonférence du tronc.

Chêne, Châtillon (JU): env. 420 ans, 8,85 de circonférence du tronc, 24 mètre de largeur de couronne.

Sur la piste des arbres géants

Michel Brunner a réalisé le premier inventaire d’arbres géants de Suisse. Dans son livre, il en présente plus de 200 et y allie histoire, mythologie et botanique. Son métier, il l’a façonné de toute pièce. Rencontre.

Michel Brunner (36 ans) est l’un des dix spécialistes des arbres géants en Europe.

Michel Brunner (36 ans) est l’un des dix spécialistes des arbres géants en Europe.
Michel Brunner (36 ans) est l’un des dix spécialistes des arbres géants en Europe.

L’homme ausculte le chêne de Morrens, au nord de Lausanne, avec l’œil d’un Sherlock Holmes d’un nouveau genre. «J’estime son âge à environ 350 ans», observe Michel Brunner, son bloc-notes à la main. Désignant une crevasse formée dans le tronc, le Zurichois ajoute: «il a vraisemblablement été coupé dans ses jeunes années, c’est pourquoi les branches ont poussé sur les côtés.» L’auteur de l’ouvrage Arbres géants de Suisse ne s’arrête pas à des considérations esthétiques et plonge passionnément dans la mythologie celtique et l’histoire de l’homme pour décrire le charisme ancestral du chêne. Sacré pour les druides, arbre du diable et des sorcières pour les chrétiens, bois pour bateaux et traverses de chemin de fer, cet arbre de puissance a subi toutes les humeurs de l’humanité. Chez les Germains, il était même consacré à Donar (Thor dans la mythologie nordique), dieu du tonnerre, car il était volontiers touché par la foudre. Considéré comme l’arbre des païens, il subira l’ire de la chrétienté, pourtant l’Ancien Testament le décrit comme un arbre servant d’oracle. A-t-on oublié ce que les arbres géants nous contaient? C’est dans cette captivante aventure que le dendrologue nous convie.

Coopération. Comment est née votre passion pour les arbres géants?
Michel Brunner. J’ai grandi à côté de l’aéroport de Zurich. C’était très bruyant et il n’y avait pas d’arbres géants. Lorsque j’étais enfant, nous allions en vacances en Emmental. Là, à Rüderswil, il y avait un grand tilleul que j’ai d’emblée trouvé très majestueux. J’ai ensuite été admirer le vieux tilleul de Linn (AG) et il m’a tellement impressionné (ndlr: 11 m de diamètre de tronc) que j’ai voulu savoir s’il existait d’autres arbres aussi gros.

Depuis quand êtes-vous un professionnel de votre art?
Depuis que le livre a été publié en allemand en 2009. Sinon, je répertorie les arbres géants depuis quinze ans. Il y a cinq-dix ans, je travaillais encore à côté et je faisais tous les boulots qui venaient: plongeur dans un restaurant, barman, graphiste. Aujourd’hui, j’ai déjà mesuré et répertorié plus de 4000 vieux arbres géants dans toute l’Europe, de l’Espagne à la Lituanie, en passant par la Suède, l’Italie, la Grèce, la Hongrie et la Roumanie, etc. Pour la Suisse, j’en ai répertorié plus de 1000.

Vous êtes autodidacte et exercez une profession quasi inconnue. Comment vous présenteriez-vous?
Dit correctement, cela serait dendrométrologiste, ou plus simplement un spécialiste des arbres qui passe 90% de son temps à les mesurer. Il existe un comité européen et chaque pays a un représentant que je rencontre régulièrement. Je sais donc où se trouvent tels arbres géants et telles espèces. Je peux ainsi affirmer qu’un arbre est bien le plus gros et pas seulement le prétendre.

Comment le détective des arbres s’y prend-il pour trouver un vieil arbre géant?
Je déambule comme un sauvage dans la contrée. Non, non! Au début, je me suis informé dans plus de 1000 vieux livres et journaux. Puis, je me suis renseigné par téléphone. En Suisse, j’ai pris contact avec 2700 communes et leurs gardes forestiers. Je me suis aussi renseigné auprès des associations de protection de la nature en Suisse et en Allemagne. Deux ans ont donc uniquement été consacrés à la recherche. Il y avait de plus en plus d’arbres potentiels dans mes fichiers. Au début, quand je suis allé sur le terrain, c’était un peu chaotique. Je suis, par exemple, parti au nord de l’Allemagne, puis, là, quelqu’un m’a dit qu’un arbre intéressant se trouvait au sud de la France, j’ai ensuite continué mon périple en Belgique et en Pologne. A un moment donné, je me suis rendu compte que je devais être plus systématique.

L’écologie et le développement durable pour les générations futures, est-ce important pour vous?
J’ai remarqué que jadis il y avait des vieux arbres dans presque chaque village. Souvent les gens pensaient que les arbres étaient malades lorsque le tronc était creux, et les coupaient. Pourtant, c’est important que les vieux arbres soient un peu creux… C’est un peu comme pour les os chez nous, qui sont creux mais tout de même très stables. Dès le début, j’ai pensé qu’il fallait faire un inventaire afin d’informer les communes que ces arbres sont spéciaux et qu’il faut les préserver pour l’avenir.

«

Tant que la sève coule en lui, l'arbre trouve toujours un moyen de survivre»

Vos projets, vos buts?
J’ai cinq projets de livres différents. L’un porte sur les allées d’arbres. Comme, par exemple, le fameux Dark Hedges en Irlande.

Votre philosophie?
Comparés aux hommes qui sont très mobiles, les arbres poussent à un endroit précis et ne peuvent  pas en changer. S’ils brûlent ou sont confrontés à un problème, ils doivent faire du mieux qu’ils peuvent avec la situation et leur environnement. Et toujours s’adapter. Lorsqu’une branche est coupée, elle va trouver un moyen de prendre une nouvelle forme, fleurir et repousser. Tant que la sève coule en lui, l’arbre va trouver un moyen de survivre!       

Site Internet de Michel Brunner: www.proarbore.com

Livre 

L'aventure des feuillus

L’ouvrage «Arbres géants de Suisse» de Michel Brunner, aux Editions Werdverlag, est enfin publié en français. En langue allemande, il en est déjà à sa 5e édition. Divisé en chapitres selon les espèces d’arbres, illustré par de superbes et impressionnantes photos, le livre est un trésor d’informations et un passionnant voyage dans l’histoire et la mythologie de ces géants qui nous côtoient. Carte à l’appui, vous découvrirez où s’érigent ces formidables colosses.

Sept arbres suisses à l’aura historique 

Parmi les 200 arbres répertoriés dans le livre de Michel Brunner, en voici quelques-uns au charisme olympique.

Le chêne le plus célèbre

Plusieurs impacts de foudre n’auront pas eu raison de lui. Avec ses 8,85 m de circonférence du tronc et ses 24 m de largeur de couronne, le chêne de Châtillon (JU) est aujourd’hui âgé d’environ 420 ans. Selon la légende, un homme l'aurait planté pendant sa nuit de noces.

L'arbre le plus large

Les dimensions colossales du noyer de Meinier (GE) en font l’un des plus grands géants d’Europe. Ce jeunot de 146 ans affiche 42,5 m de largeur de couronne. Son secret de croissance? Le croisement d’un noyer du cru avec un noyer noir d’Amérique.

L’arbre musical en forme de harpe

Avec ses huit branches verticales, le sapin de Lütisburg (SG), le bien-nommé «Sieben Tanne» (sept sapins), a comme voulu dialoguer avec le chant de la cascade en arrière-plan. De tels arbres poussent généralement sur des corniches et trouvent ce radieux moyen de se développer.

Le plus gros arbre

Avec l’énorme croissance caractéristique de son espèce, le séquoia géant de la ville de Lucerne a dépassé les plus gros arbres indigènes. Agé à peine de 120 ans, il en impose avec ses 13,35 m de circonférence du tronc et ses 35 m de hauteur. 

Le plus gigantesque épicéa commun

Agé d’environ 450 ans, l’épicéa de Diemtigen (BE) est l’un des plus imposants d’Europe.  Avec 9,9 m de circonférence du tronc et 35 m de hauteur, l’«épicéa du renard» compte des branches qui atteignent jusqu’à 3,8 m de circonférence.

Le plus vieil arbre

La chute de l’Empire romain n’avait pas 35 ans lorsque l’if de Crémines (BE) était en germination vers l’an 510. Aussi dans la région de Moutier, un de ses frères lui dispute la place de doyen suisse.

Le tilleul le plus envoûtant

Du haut de ses 660 ans, le tilleul de Linn (AG) dégage une aura qui envoûte plus d’un promeneur. C’est lui qui a fait naître la vocation de Michel Brunner.

Appel de photos

Ô arbre, quelle histoire contes-tu?

Connaissez-vous un arbre géant, un arbre aux allures originales que vous aimeriez faire découvrir à Michel Brunner? Alors prenez-le en photo et envoyez celle-ci par e-mail à webpublisherce@coop.ch  en précisant vos coordonnées et l'espèce et la situation géographique de l’arbre.

Il y a quelques années, nos collègues de «Coopzeitung» avaient reçu plus de 100 photos après cet appel. Michel Brunner se souvient: «Je connaissais déjà beaucoup d’arbres, mais il y en avait aussi beaucoup que je n’avais jamais vus.» Les photos seront présentées sur notre site.

Commentaires (18)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Alain Wey

Rédacteur

Photo:
Charly Rappo/Arkive.ch, Michel Brunner
Publication:
lundi 05.05.2014, 11:58 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?