Une maison peut receler des dangers pour les animaux.

Attention, gros dangers! 

Des médicaments qui traînent, un produit de ménage non rebouché… la maison peut receler des pièges pour les animaux domestiques. 

Comme les enfants, les animaux de compagnie ne sont jamais totalement en sécurité, même à la maison ou au jardin. Hormis les plantes, dont nous avons déjà parlé, il existe une panoplie de situations à risques pour nos quatre pattes. Gare aux produits toxiques, pesticides, médicaments, produits d’entretien, détergents, engrais, hydrocarbures, antigel, etc.
Les chiens s’empoisonnent en avalant les petites tablettes blanches appelées méta, utilisées comme combustible pour allumer poêles et barbecues. Ces produits sont à cacher dans une armoire fermée à clé – il y a des petits malins félins qui ouvrent toutes les portes. La mort aux rats fait des ravages, nos compagnons étant alléchés par l’odeur.
Méfiez-vous de la bonne vieille aspirine. Si elle soulage les lendemains d’hier des maîtres, elle pourrait bien empêcher votre poilu de parvenir au jour suivant. Aspirine, paracétamol et ibuprofène attaquent le foie des quatre pattes et peut les tuer si le vétérinaire n’intervient pas très vite. Ne jamais laisser traîner le moindre médicament à portée d’un museau fouineur.
Autres dangers, l’eau et l’air. Un petit chien peut se noyer dans une baignoire et les grands dans la piscine. Certes, ils savent nager, mais trouveront-ils un appui pour s’extirper de l’eau? Les chats détestent la flotte et si ce sont de bons nageurs, le piège de la piscine les guette eux aussi.

Attention à nos amis qui se prennent pour des oiseaux. Balcons et fenêtres non protégés constituent des menaces mortelles. On voit des chiens profiter d’une chaise, grimper et tomber du balcon. Ils ont peu de chance de s’en sortir, le chat risque également sa vie. Il est possible qu’il soit quasi indemne après une chute de plusieurs étages, mais les blessures sont parfois graves, et internes. Il faut consulter. Enfin, petites balles, arêtes de poisson, sacs plastique sont autant de menaces, ouvrons l’œil.

Une histoire vraie 


Madame Araignée 

Annjo, dite Madame Araignée, était arrivée un jour d’été avec bagages et voiture brinquebalante. Nul ne savait exactement ce qu’elle faisait. On murmurait qu’elle bossait pour la CIA, d’autres évoquaient un laboratoire de recherches en Allemagne.
Dans le petit château qu’elle avait acheté, meublé de manière spartiate, il y avait partout des piles de documents mystérieux, des éprouvettes, des fioles de toutes les couleurs. Puis arriva un ordinateur hyper-performant.
Annjo était loufoque et fort aimable avec les enfants. Mais elle inquiétait, car elle était très copine avec les araignées qui vivaient en toute liberté au château, tissant des dentelles un peu partout. Quand elle disparut en montagne, les villageois entrèrent dans la maison et constatèrent que les arachnides avaient disparu. Avaient-elles rejoint leur﷯maîtresse? Il fallut dix ans pour qu’un étranger finalement rachète le château des araignées.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Bernadette Richard

Journaliste, écrivaine et astrologue

Photo:
Getty Images
Publication:
mardi 22.04.2014, 08:00 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?