Nelson Espítia grimpe dans la cime d’un bananier de plus de huit mètres de haut et enveloppe les fruits dans des sacs en plastique recyclables pour les protéger des insectes.

Bananes naines: fruits du commerce équitable

Mission accomplie! Coop propose le plus grand assortiment de fruits exotiques certifiés Fairtrade au monde. Visite dans une petite plantation de bananes naines en Colombie.

Des voiles de brume caressent les collines verdoyantes de Melgar, un petit village situé au sud-ouest de Bogotá. La capitale de la Colombie ne se trouve qu’à deux heures et demie de route. Sur les rives en pente du Río Sumapaz, à 1400 mètres d’altitude, les conditions sont idéales pour la culture des bananes naines. Grâce à la fraîcheur nocturne et à la chaleur diurne, le fruit développe une douceur incomparable.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

«

Ici, chacun partage les préoccupations des autres»

Vivianca Benavires, cheffe du conditionnement

Une petite plantation

La plantation «Frutas Comerciales» de Melgar est modeste: sur 19 hectares, les planteurs cultivent quelque 30 000 bananiers avec le plus grand soin. Au total, treize personnes, quatre femmes et neuf hommes, s’affairent sur ce terrain difficile. Parmi eux, Nelson Espítia se charge en priorité des travaux physiques lourds. D’un œil expert, le jeune homme de 23 ans sélectionne méticuleusement les pousses, qu’il sépare de la plante, parmi les nombreux rejets que les bananiers forment durant leur courte vie pour se reproduire. «Je sais quels rejets sont prometteurs et capables de remplacer la plante mère», explique-t-il. Si les fruits sont de couleur vert-jaune pâle, il abat l’«arbre» d’un coup de machette bien placé. «Comme il ne portera plus de fruits, l’heure de la prochaine génération est venue», explique le jeune ouvrier. La pousse la plus forte qu’il a laissée grandir prendra alors la relève.
Sur ce terrain accidenté, le travail est dur, mais le jeune homme l’accomplit de bon cœur. Pour lui, «Frutas Comerciales» est comme une seconde famille. «Ici, tout le monde se connaît et chacun partage les préoccupations des autres», confirme Vivianca Benavires. La jeune femme de 35 ans travaille au centre de conditionnement, où les régimes (ensemble de fruits réunis en grappe) de bananes naines sont triés, lavés, pesés et emballés.

Décisions démocratiques

«Dans notre entreprise, toutes les décisions se prennent en commun, souligne la jeune femme. À force de travail et de volonté, elle s’est hissée ces dernières années au rang de cheffe du conditionnement. «Nous avons par exemple décidé d’offrir la possibilité à deux enfants doués de fréquenter une école secondaire.» Par ailleurs, les collaborateurs vont acquérir un ordinateur portable, qu’ils souhaitent utiliser pour suivre des cours à distance dispensés par une école professionnelle. «Nous pouvons financer cet achat grâce aux primes de commerce équitable», déclare, non sans fierté, cette mère qui élève seule ses deux enfants.
La prime est versée aux organisations de producteurs certifiés Fairtrade en plus du prix du produit. Les travailleurs colombiens, réunis en comité, décident ensemble de manière démocratique, à quel projet sera affectée la prime.
Depuis peu, les quatre variétés de bananes disponibles chez Coop sont certifiées Fairtrade (sauf Prix Garantie). Outre les bananes, l’offre comprend notamment des ananas, des fruits de la passion et maintenant aussi des papayes.

Vente de bananes en Suisse chez Coop et la part Fairtrade

Source Max Havelaar, Coop

Des actes pour le bien-être de tous

www.des-paroles-aux-actes.ch/162
Toutes les paroles aux actes
Markus Kohler
Photo:
Markus Kohler, SP
Publication:
lundi 13.04.2015, 15:10 heure

Retrouvez toutes nos recettes