1 von 5


La machine à écrire était encore incontournable dans les années 1970. Aujourd’hui, ordinateurs et smartphones l’ont remplacée.

Le joli lapin.

Batman!

Ca trompe énormement!

Oh le beau château.

Le début d’une nouvelle ère

1970 Télévision en couleur, Mundial au Mexique, séparation
des Beatles – tels furent les événements marquants de cette année. Four micro-ondes, vidéo ou ordinateur n’existaient pas encore. L’aventure commençait pour Interdiscount.   

Saint-Sylvestre. Le monde entre dans une nouvelle décennie. Au son de Grüezi wohl Frau Stirnimaa des Minstrels – un titre qui restera deux mois à la première place du hit-parade de la radio suisse – notre pays souhaite la bienvenue à l’année 1970. Une année riche en émotions et qui, juste avant de s’achever, verra une jeune société entamer une nouvelle ère:
Interdiscount. Aujourd’hui – 45 ans plus tard – cette rétrospective permet de prendre toute la mesure du changement qui a marqué cette époque.

De nos jours, quand quelqu’un demande comment c’était à l’époque, les plus âgés d’entre nous évoquent des choses bizarres: au bureau, seule une poignée de personnes travaillaient devant un écran d’ordinateur, et avoir son propre PC à la maison relevait du rêve. Partout s’élevait le staccato des machines à écrire: ceux qui voulaient être à la pointe de la modernité possédaient une IBM dotée d’une tête sphérique interchangeable leur permettant de changer de police de caractères. Les femmes portaient les cheveux relevés en choucroute et les hommes arboraient de longs favoris. Tous portaient des pantalons «pattes d’eph’» avec des chemises aux couleurs vives. Et la télévision dévoilait peu à peu de nouvelles facettes. Le «poste» devant lequel la famille se réunissait le soir était une fenêtre sur le monde… sauf en cas d’interruption des programmes. Ainsi, les images de la guerre du Vietnam arrivaient en Suisse, et à l’été 1969, la retransmission en direct du premier pas sur la Lune illumina les foyers jusque tard dans la nuit. Aujourd’hui, la génération YouTube a bien du mal à imaginer ce que les gens ont pu ressentir alors.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

3,81 millimètres de liberté

À la maison, pendant que les parents écoutaient leur musique sur la chaîne stéréo, la radio à transistors diffusait le son de l’époque auprès de la jeune génération. Le soir, lorsque Jimi Hendrix faisait hurler sa guitare, les fans enregistraient ce moment rare sur leur magnétophone à cassette. Ils vivaient cet instant comme une aventure palpitante, osant à peine respirer lorsqu’ils appliquaient le micro contre le haut-parleur pour l’enregistrement. La musique sauvegardée sur la bande magnétique de 3,81 millimètres de large avait un goût de liberté. Les cassettes étaient comme des trésors que l’on gardait précieusement, même lorsque le son était brouillé et qu’elles étaient usées. Ayant grandi avec le son aseptisé du lecteur MP3, la jeunesse d’aujourd’hui ne peut que secouer la tête à cette évocation.

«

I HAVE A DREAM»

MARTIN LUTHER KING

Soirées «diapos de vacances»

Les photos renfermaient encore une dose de suspense: il fallait attendre plusieurs semaines avant de les découvrir, le temps que la pellicule soit développée. Pour les souvenirs de vacances, nombreux étaient ceux qui avaient recours aux diapositives, ce support revenant moins cher que la photo sur papier. Après les vacances, amis et parents étaient alors conviés à la soirée diapos au cours de laquelle étaient fièrement dévoilés les lieux que l’on avait pris le soin d’immortaliser. La pièce obscurcie était une bénédiction: il était impossible de voir les invités sombrer dans un profond sommeil, bercés par le bruissement et les claquements monotones du projecteur. Aujourd’hui, tout va plus vite: sur Facebook, il suffit de poster un «like» sous la vidéo qu’un ami a réalisée avec son portable et le tour est joué.

Interdiscount fête ses 45 ans

Magasin XXL

Magasin XXL
Magasin XXL

Interdiscount est née de la fusion de six entreprises familiales actives dans le domaine de la photo et de la radio, fusion inscrite au registre du commerce de Fribourg le 4 décembre 1970. Interdiscount appartient au groupe Coop depuis 1996.
L’entreprise est No 1 sur le marché suisse de l’électronique grand public.

Allez sur le site...

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Rita Weber
Photo:
Henri Cartier-Bresson
Publication:
jeudi 16.04.2015, 13:00 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?