Louer au mois une poule ou un lapin. Une idée qui n’est pas si saugrenue que cela…

Basse-cour en location

Innovant Un Fribourgeois propose poules et lapins en location au mois.

Avec Pâques et le retour du printemps, nombreux sont les enfants qui voudraient accueillir au fond du jardin un lapin ou une poule. Plutôt que de se lancer tête baissée dans l’aventure, pourquoi ne pas faire un essai de quelques mois?
Pour 69 fr. par mois, Florian Gobet de Villaz-Saint-Pierre (FR) livre et met en place un poulailler ou un clapier. Il donne aussi les conseils nécessaires pour débuter l’élevage, et y installe le ou les locataires.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

La passade du lapin

L’avantage de ce système est qu’il évite un investissement de 800 fr. pour débuter une passion qui pourrait n’être qu’une passade. Florian Gobet vient rechercher matériel et animaux lorsque vous désirez arrêter. Un service qui a du bon lorsqu’on se rend compte qu’on ne peut pas fournir les soins et l’attention quotidienne nécessaires à ces animaux. «Nous aimerions que les gens gardent les animaux au moins quatre mois», déclare-t-il. Si l’aventure est concluante, il vend poules et poulailler en déduisant les loyers payés. Après une année d’activité, 25% de ses clients ont racheté leur installation, 10% ont repris des pensionnaires après les avoir rendus durant l’hiver. «Notre idée marche très bien», conclut le Fribourgeois. Sur les 45 poules et les 10 lapins qu’il loue, tous ont déjà trouvé un coin de jardin. Florian Gobet met aussi des cailles en location.

www.locapoules.ch

Anissa, de Prez-vers-Siviriez (FR), nous parle en vidéo de son poney Pinocchio. Elle a baptisé ainsi ce mini-shetland pour son petit air coquin.

Je veux présenter mon animal

Line Gentsch-Baumberger, médecin vétérinaire à Neuchâtel

Line Gentsch-Baumberger, médecin vétérinaire à Neuchâtel
Line Gentsch-Baumberger, médecin vétérinaire à Neuchâtel

Cohabitation féline

Si vous devez accueillir un chaton au milieu d’autres chats adultes, il faut tenir compte que les chats sont des animaux sociaux, mais solitaires. Il ne leur est pas naturel de vivre en communauté. Dans notre mode de vie actuel, les chats sont amenés à cohabiter ce qui peut entraîner des tensions. À la maison, il est important qu’il y ait suffisamment d’espace et que chaque chat ait la possibilité de s’isoler dans une cachette individuelle.
Il faut également prévoir plusieurs gamelles et au moins une caisse à sable par chat, disséminées à divers endroits. Il ne faut pas espérer que les chats s’entendent tout de suite, même si les «coups de foudre» existent. La plupart du temps ils commenceront par s’ignorer et chacun vivra sa vie de son côté. Des phéromones peuvent également être utilisées pour apaiser le stress lié à la cohabitation. Enfin, l’entente sera plus paisible si tous les animaux sont castrés ou stérilisés.

 
Une question animalière?

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Joëlle Challandes

Rédactrice

Photo:
Colourbox, SP
Publication:
dimanche 20.03.2016, 16:40 heure



Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?