La cage des oiseaux doit être régulièrement et intensément nettoyée.

Belles plumes, beaux chants 

Nos amis à plumes sont de petits êtres fragiles. 
Leur cage doit être d’une propreté irréprochable et il s’agit d’avoir les mains propres lorsqu’on s’en approche. 

Bien que vous les ayez mis en cage – naturellement très grande ou carrément en volière –, vous aimez les oiseaux. Leur compagnie vous séduit, vous enchante. Alors qu’ils sont privés de liberté, le moindre respect qui leur est dû est une attention et des soins réguliers. Rappelons quelques règles envers les oiseaux de compagnie. On ne le répétera jamais assez, l’essentiel de la bonne santé des animaux qui vivent à nos côtés se nomme hygiène et propreté. Afin de répondre au mieux à cette notion élémentaire, il s’agit de retrousser ses manches et de poutzer la cage ou la volière.

Une fois par semaine à l’eau chaude additionnée d’eau de javel, on brossera le fond de la maison des emplumés et les recoins où vont se nicher les parasites et les bactéries. Attention: rincer soigneusement. Sécher. Retirer tous les jours les déjections et la nourriture tombées au sol et ajouter le sable manquant. Les perchoirs, gamelles, abreuvoirs, jouets doivent aussi être impeccablement lavés, grattés et remis en place quand ils sont secs.
N’oubliez pas vos mains, à désinfecter chaque fois que vous manipulez les oiseaux ou que vous entrez dans la cage ou la volière. Les chaussures transportent des parasites, voire des maladies aviaires. Vos amis comprendront donc que vous insistiez sur leur hygiène, mains et souliers, quand ils approchent vos protégés.
Si le petit chanteur revient d’une exposition ou si vous venez de l’acquérir, évitez de le placer immédiatement avec toute la famille, ou un autre compagnon. Dès que vous êtes certain de sa parfaite santé, il peut réintégrer le clan.
Enfin, la maladie. Celui qui est attentif à son oiseau détectera rapidement les signes de faiblesse et filera très vite chez le vétérinaire. Manque d’énergie, d’appétit? Votre petit chanteur est anormalement immobile? Enflure autour de la tête, du cou, des yeux? Est-il nerveux, pris de tremblements? Notez-vous un manque de coordination dans sa manière de bouger? Il tousse, il éternue, il respire mal? Il a la diarrhée? Votre ami est malade, il a besoin de soins appropriés.

Nid d’oseille

Et pour quelques dollars de moins

Anaïs et Raphaël avaient déposé leur petite liasse de dollars sur la table de la cuisine, fiers de leurs premières économies gagnées à la sueur de leurs neurones. Ils avaient eu l’un et l’autre bien des difficultés à trouver un job malgré leurs diplômes. Et voilà, ils allaient se payer des vacances bien méritées. Mais d’abord, repas chez les parents d’Anaïs et demain, grand départ pour les States. Au retour de la soirée bien arrosée, ils constatèrent que leur fortune avait fondu, se résumant désormais à un billet de 10 dollars qui traînait sur le carrelage de la cuisine. Tous deux hurlèrent en chœur: «Ah non, pas elle!» Et de se précipiter dans la cage de Madame Butterfly, toujours ouverte, la furette appréciant les balades dans l’appartement. Là, en boule dans son nid, Madame Butterfly dormait du sommeil du juste, confortablement roulée dans mille petits morceaux de dollars parsemés autour d’elle…

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Bernadette Richard

Journaliste, écrivaine et astrologue

Photo:
Prisma
Publication:
lundi 28.04.2014, 00:00 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?