Joos Sutter se déclare satisfait des résultats atteints par Coop l’année dernière. Aussi et surtout parce que les collaborateurs se sont engagés avec enthousiasme.

Bons résultats pour Coop

Bilan 2015 Le choc du franc fort a mis le commerce de détail devant de grands défis l’année dernière. Néanmoins, avec un chiffre d’affaires global de 26,9 milliards de francs et un bénéfice de 416 millions de francs, Coop a réalisé un résultat robuste. Autres aspects réjouissants: l’augmentation de la fréquentation des supermarchés et la forte croissance des shops en ligne ainsi que la bonne rentabilité dans le commerce de gros.

La décision de la banque nationale suisse d’abolir le taux plancher du franc par rapport à l’euro préoccupe de nombreuses branches de l’économie suisse depuis janvier 2015. Et le commerce de détail doit, lui aussi, composer depuis lors avec cette nouvelle donne.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Rendement stable  

Dans cet environnement difficile, le groupe Coop s’est bien affirmé: «En dépit de baisses de prix conséquentes, de pertes de change dans le commerce extérieur et de prix du carburant à la baisse, nous avons réalisé un bénéfice de 416 millions de francs», déclare le président de la Direction générale de Coop Joos Sutter. Ce sont, certes, 54 millions de moins que l’année passée mais, «dans une coopérative telle que le groupe Coop, il est plus important de conserver un bon équilibre d’une part entre un rendement approprié pour l’avenir et, d’autre part, le bien-être de notre clientèle pour laquelle nous avons baissé les prix sur un large front en 2015», poursuit-il. Le chef de Coop se sent également une responsabilité vis-à-vis des collaborateurs: «Nous avons pu maintenir l’effectif en personnel, augmenter les salaires minimaux et provisionner une contribution extraordinaire d’employeur de 60 millions de francs en faveur de la caisse de pension.»

Réjouissant: toujours plus de clients viennent dans les supermarchés Coop.

Baisses de prix

Une partie des pertes de recettes a résulté des baisses de prix dans lesquelles la coopérative a investi. «En 2015, rien que dans les supermarchés Coop, plus de 16 000 articles sont devenus meilleur marché, continue Joos Sutter. Et dans bien des cas, Coop a pris les devants, c’est-à-dire avant même que les négociations avec les fournisseurs aient abouti. «Ces opérations ont certes été faites au détriment du résultat global, explique-t-il, mais nous les avons réalisées sciemment. Nous voulions, en effet, donner un signe clair!» Au total, Coop a baissé pour 339 millions de francs les prix dans les supermarchés, les formats spécialisés et en ligne.
Joos Sutter se réjouit en outre de l’assiduité des clients qui augmente constamment dans les supermarchés: «La fréquentation de la clientèle a augmenté de 2,4%, précise-t-il. Il a valu la peine de faire de gros efforts pour lui offrir encore davantage de fraîcheur et de qualité.» Dans tous les domaines de la fraîcheur – lait, pain, fruits, légumes, viandes et poissons – l’enseigne a pu gagner de notables parts de marché.
Tout aussi réjouissante est la progression du chiffre d’affaires des marchandises labellisées dans le domaine du développement durable, des produits régionaux et de plus-value alimentaire.

«

En tant que grand distributeur, nous assumons nos responsabilités sociales»

Joos Sutter, président de la Direction générale de Coop

Labels de qualité appréciés

L’assortiment avec le label de qualité Fairtrade de Max Havelaar, dont la vente des produits a progressé de plus de 20% l’année passée, en fournit un bon exemple. Même constatation pour les produits régionaux et locaux vendus dans les magasins sous le label «Ma région». Ces articles rencontrent un écho très favorable auprès des consommateurs: «Dans ce domaine, nous réalisons déjà un chiffre d’affaires de plus de 140 millions de francs», souligne Joos Sutter.

Assortiment durable de poisson

Le chef de Coop est en outre fier que le détaillant puisse offrir l’assortiment de poisson le plus durable de Suisse. «Dans ce secteur, nous sommes leaders du marché depuis le milieu de l’année dernière. Chez Coop, poissons et fruits de mer frais et surgelés proviennent à 100% de sources durables. Nous montrons ainsi que les océans et la vie qu’ils recèlent nous tiennent véritablement à cœur.»

«Des paroles aux actes» étoffé

La conversion dans l’assortiment de poisson n’est qu’une des 50 autres activités par lesquelles Coop a étoffé son initiative de développement durable «Des paroles aux actes» au cours de l’année dernière. «Au total, nous en sommes maintenant à 305 mesures concrètes dont bénéficient les hommes, les animaux et la nature», affirme Joos Sutter.

Engagement de Coop reconnu

Mot-clé développement durable: le fait que Coop promeuve toujours plus son engagement est aussi très bien vu par les associations environnementales. Ainsi, le WWF a-t-il qualifié Coop dans son classement environnemental de «pionnière» parmi les commerces de gros et de détail suisses. Greenpeace a également loué Coop pour son application des mesures Detox en relevant que le détaillant «donnait le ton» dans ce domaine. Coop a en outre reçu de la Schweizerische Umweltstiftung (Fondation suisse pour l’environnement) le prix environnemental 2015. Et ce ne sont là que trois exemples de prestations pour lesquelles Coop a reçu des distinctions pour son travail durable.

Solides partenariats  

La collaboration de longue date avec des partenaires solides a également été renforcée au cours de l’année dernière. Coop a notamment conclu un tel partenariat avec le WWF. Objectif commun: sensibiliser encore davantage les clients à une consommation durable. Joos Sutter se félicite surtout du fait qu’en mars 2015, Coop a aussi conclu un partenariat stratégique de ce genre avec la Croix-Rouge suisse (CRS). «En tant que grand distributeur, nous assumons notre responsabilité sociale. Avec la CRS, nous allons aider des personnes en détresse en Suisse et à l’étranger», souligne le chef de Coop.

Nouvelles idées pour le succès

Coop est une entreprise innovante qui mise sur de nouveaux concepts. C’est ainsi qu’en août dernier s’est ouvert le premier point de vente Coop to go. Sous le slogan Des produits frais à manger sur le pouce les clients peuvent y acheter des produits à l’emporter fraîchement préparés. «Les deux premières succursales à Zurich, dans la gare de Stadelhofen et sur la place Stauffacher, se développent magnifiquement et dépassent largement nos attentes», se réjouit Joos Sutter. Au printemps, trois nouveaux points de vente de ce type seront inaugurés au Neustadt Passage à Zoug, près de la gare principale de Zurich et à Zurich-Oerlikon. Il s’est en outre fixé l’objectif suivant: «D’ici à cinq ans, il y aura 50 emplacements Coop to go répartis dans toute la Suisse.»

Leader du marché de l’électronique domestique

Des shops en ligne dynamiques ainsi que le service dans les succursales et l’extension des multifonctionnalités ont fait qu’Interdiscount, Fust, Nettoshop et Microspot ont pu gagner des parts de marché dans le segment très disputé de l’électronique domestique. «Avec une recette nette de près de deux milliards de francs, nous sommes les leaders incontestés dans ce domaine», constate Joos Sutter.

Satisfactions aussi dans le domaine de l’électronique domestique, où Coop, avec entre autres Interdiscount, est le leader incontesté.

Commerce en ligne prometteur  

Le commerce en ligne représente un marché d’avenir important. Les affaires des 23 shops en ligne existant actuellement dans le domaine du commerce de détail se développent à merveille. «Dans ce secteur, nous avons pu accroître nominalement notre produit net de 14%», déclare le chef de Coop. Microspot a notamment connu une excellente progression de 18% mais le supermarché en ligne coop@home améliore aussi ses résultats d’année en année.
En collaboration avec Swisscom, Coop a en outre inauguré la plate-forme Internet Siroop.ch. «Étant donné que le début du projet pilote en Suisse alémanique a dépassé nos attentes, cette plate-forme sera disponible, cette année déjà, dans toute la Suisse. Elle pourra offrir ainsi, comme un centre commercial virtuel indépendant, des possibilités d’achats en ligne uniques», ajoute Joos Sutter.

Hilcona majoritairement entre les mains de Bell  

Coop renforce en outre sa position de leader dans le segment convenience, c’est-à-dire le domaine des aliments prêts à la consommation. Y contribue, outre le propre centre de compétence culinaire de Coop, Betty Bossi, également l’entreprise Hilcona qui appartient depuis mai 2015 à 51% au groupe Coop/Bell.
Le point fort d’Hilcona réside principalement dans la fabrication de produits alimentaires semi-finis. «Nous y voyons un marché d’avenir très prometteur avec un gros potentiel», prévoit Joos Sutter. Au chapitre des informations les plus récentes, il cite deux nouvelles acquisitions: au 1er mars 2016, Bell reprendra le groupe autrichien Huber spécialisé dans la production de viande de volaille de grande qualité et qui jouit d’une forte position sur le marché autrichien et allemand. Un mois plus tard, ce sera le groupe Eisberg, producteur de salades vertes fraîches et de plats frais à base de salade verte, qui rejoindra le groupe Bell. «Les deux entreprises s’intègrent parfaitement dans notre portefeuille convenience», affirme le président de la Direction de Coop. Les reprises dépendent toutefois de l’aval de la Commission de la concurrence.

Bell, la filiale de Coop, s’agrandit: Hilcona a intégré le groupe, précédant, si tout va pour le mieux, les groupes Huber et Eisberg.

Marché de gros couronné de succès

Le segment du marché de gros Transgourmet, actif au plan européen, se développe formidablement. «Le bon rendement du marché de gros a eu une incidence positive sur le résultat global de Coop», constate Joos Sutter. La filiale est rentable dans tous les pays et elle renforce sa position de numéro deux sur le marché de gros européen.
Transgourmet renforce toujours plus ses capacités et ses compétences. C’est ainsi que l’année dernière, quelques nouvelles entreprises y ont été intégrées. Par exemple en début d’année la majorité de la firme Sump & Stammer International Food Supply, un fournisseur de chaînes hôtelières internationales et de navires de croisières. Ont successivement rejoint le groupe: l’entreprise allemande EGV Unna AG, fournisseur de marchandises pour grands consommateurs (en août), puis en novembre le groupe Frischeparadies. Ce dernier est un fournisseur d’aliments de grande qualité dans le domaine du commerce en gros à l’emporter et par livraison en Allemagne.
Cette année, Transgourmet met une fois de plus le cap sur l’expansion: le groupe est en train de reprendre C+C Pfeiffer, entreprise leader du marché de gros autrichien dans le secteur de la gastronomie.

Les camions de Transgourmet parcourent toujours plus de pays en Europe. L’Autriche vient de rejoindre la Suisse, la France, l’Allemagne, la Pologne, la Roumanie, et la Russie dans le groupe.

Investissements en Suisse

Le groupe Coop investit aussi en Suisse dans de nombreux projets logistiques. Et cela à hauteur de plusieurs milliards de francs. Trois exemples: la gigantesque centrale de distribution de Schafisheim (AG), un nouveau centre logistique pour Interdiscount et Microspot à Jegenstorf (BE) et le nouvel emplacement de production et de logistique à Pratteln (BL).

L’avenir avec confiance

En résumé, Joos Sutter ajoute: «Nous avons réussi, par de courageuses initiatives et innovations, à relever de gros défis et à étendre nos compétences dans tous les domaines, souligne-t-il. Ce faisant, nous avons posé les bases de développements futurs.»

Le commerce de détail a été confronté à des conditions difficiles l’année dernière. Grâce à un accroissement de la fréquentation de la clientèle, à l’augmentation du commerce en ligne et à des projets prometteurs, Coop reste sur la voie du succès.

Coop conforte sa position dans un contexte difficile

Au cours de l’année dernière, Coop a baissé les prix de 16 000 produits rien que dans les supermarchés. Globalement, les prix des produits vendus dans les supermarchés Coop et dans les formats Coop spécialisés ainsi que les prix des combustibles et des carburants de Coop Mineraloel AG ont baissé de quelque 600 millions de francs. Ce renchérissement négatif ainsi que le taux de conversion plus bas du commerce extérieur ont engendré un chiffre d’affaires nominal du groupe en baisse de 4,4% par rapport à l’année dernière. Le bénéfice s’est élevé à 416 millions de francs.
Abstraction faite d’une contribution exceptionnelle de l’employeur de 60 millions à la caisse de pension, Coop a atteint le même résultat que l’année précédente.
En 2015, Coop a en outre investi presque 1,5 milliard de francs dans des actifs immobilisés, dont 1,2 milliard en Suisse. Les capitaux propres ont atteint 47,6% de la somme du bilan. Coop se maintient donc sur une solide assise financière et se donne ainsi tous les atouts pour de belles perspectives.

Le groupe Coop en chiffres

Entreprises du groupe Coop en 2015

Source: Coop – Valeurs de l’an dernier adaptées; toutes les valeurs arrondies à l’unité.

Commentaires (1)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Markus Kohler
Photo:
Heiner H. Schmitt
Publication:
lundi 29.02.2016, 14:15 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?