Elsa Baumann entourée de ses enfants: Naïma, avec la chatte Noisette, et Malik.

Bouée de secours pour les parents

Urgence Un enfant malade? Des parents épuisés? Dans le cadre de ses prestations d’aide aux familles, la Croix-Rouge suisse propose un service de garde d’enfants à domicile. Un exemple fribourgeois.

Naïma (9 ans) et son frère Malik (7 ans), sont des enfants heureux, épanouis et pleins de vie. Tous deux fréquentent l’école des Rochettes à Villars-sur-Glâne (FR). Naïma est en 6e année Harmos (équivalant à la 4e année primaire) et consacre ses petites économies à apprendre l’équitation. Malik, musicien dans l’âme, est en 4e Harmos (2e année primaire). Cependant, aussi fringants soient-ils, il arrive à Naïma et Malik, comme à tous les enfants, d’être malades. Comment s’en sort alors leur maman, qui élève seule ses enfants, dans ces moments-là? «Je fais appel au Chaperon Rouge», répond Elsa Baumann (46 ans), enseignante spécialisée.
Le Chaperon Rouge est le service notamment fribourgeois de garde d’enfants à domicile de la Croix-Rouge suisse (CRS). Parmi un ensemble d’offres d’aide aux familles de la CRS, ce service propose une solution temporaire aux parents qui doivent travailler et n’ont pas de solution pour garder leurs enfants. Par exemple, quand ils tombent malades. «Nous intervenons également pour garder des enfants en bonne santé, à condition que les parents soient confrontés à un problème imprévu de garde», précise la responsable du Chaperon Rouge, Valérie Ugolini (50 ans). Cette dernière insiste sur le fait que les gardes d’enfants, qui sont formées par la CRS et salariées, ne sont «ni des aides de ménage ni des baby-sitters».
Une mission doit durer au minimum trois heures et est tarifée en fonction du revenu des parents.
En 2016, le Chaperon Rouge a effectué quelque 7300 heures de garde réparties sur 420 familles dans tout le canton de Fribourg. «Nous proposons aussi des bons de respiration à 2 francs de l’heure pour les mamans épuisées, ajoute-t-elle. Ce qui leur permet de sortir pour se changer les idées ou simplement de dormir un peu.»

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Rapport de confiance

«Cela fait quatre ans que j’ai recours aux services du Chaperon Rouge et j’en suis très satisfaite, déclare Elsa Baumann. J’en ai aussi parlé à d’autres personnes autour de moi. C’est vraiment une aide précieuse.» Quant aux enfants, ils se sont habitués aux gardes qui viennent s’occuper d’eux et n’ont plus aucune appréhension. «Je sais que tout va bien se passer, que c’est une dame de la Croix-Rouge qui vient pour me soigner et jouer avec moi», confirme Naïma. Son frère Malik, de son côté, admet qu’au début ça lui a fait «un peu bizarre» qu’une autre dame s’occupe de lui en l’absence de sa maman. Mais il ajoute aussitôt que ça se passe très bien. «J’ai confiance, car maintenant je les connais toutes.»
«Aujourd’hui, je n’ai plus besoin de les rassurer et je pars au travail l’esprit tranquille», affirme Elsa Baumann. Cette maman est enthousiasmée par le rapport de confiance que les gardes du Chaperon Rouge savent instaurer avec les enfants. «Elles savent comment les prendre. Toutes ont une formation et des enfants, donc de l’expérience et beaucoup de psychologie.»

www.famille.redcross.ch

Âge des enfants gardés à domicile

Des actes pour le bien-être de tous

www.des-paroles-aux-actes.ch/327
Toutes les paroles aux actes
Jean Pinesi

Rédacteur

Photo:

Charly Rappo, Remo Nägeli 
Publication:
lundi 09.10.2017, 13:15 heure

Retrouvez toutes nos recettes