toolbar

Caroline Chaverot, championne du monde de Trail 2016

"Un Trail long de 25 heures, c'est l'équivalant de deux semaines de vacances". La voix est douce, posée, les mots sont réfléchis, mais le timbre est soucieux. C'est que Caroline Chaverot, vainqueure il y a une année de l'Ultra Trail du Mont-Blanc, la course mythique du genre qu'il faut gagner une fois (au moins) dans une carrière, a abandonné il y a peu. C'est arrivé quelques jours avant que nous nous rencontrions, chez elle, à quelques kilomètres d'Annecy, dans la nature belle sous le soleil, calme, tellement qu'il faut écouter le silence, si précieux.

"J'ai un problème de thyroïde dit-elle, j'ai basculé dans l'hypothyroïdie, ça agit sur le métabolisme et on perd du poids. J'ai abandonné vers le 97e km, du côté Italien, j'ai senti que ça coinçait et en regardant ma montre, j'ai constaté que je n'étais pas dans mes temps habituels. Du coup, j'ai un peu craqué, je n'étais pas à mon niveau. C'est une grosse déception, mais j'ai préféré faire attention à ma santé. J'ai 40 ans, 41 très bientôt, j'ai encore trop envie de poursuive ma carrière, de vivre, de partager de très belles choses. Alors, je me soigne, des examens médicaux m'attendent."

- Le plaisir est-il votre moteur, avant la performance ?
"Oui, d'habitude j'éprouve du plaisir dans la souffrance, quand tout va bien. Mais là, le risque était trop grand. A un moment donné, c'est comme si j'avais couru avec un sac à dos rempli de cailloux. De surcroît, la météo n'était pas bonne, il faisait froid, il pleuvait, on a même eu de la neige."

- Pour ce genre d'effort (170 km, 10´000m de dénivellation positive), la récupération est-elle longue ?
"L'an passé, j'avais gagné, elle a duré une semaine. Là, ça va être plus dur, plus long, ça m'est tombé sur le moral."

- Vous avez parlé de souffrance...
"...En course, je la ressens, parce que je pousse beaucoup. Il faut la dominer, c'est un travail mental, cette approche se construit à l'entraînement. Par rapport à ça, j'ai des prédispositions. Ma force principale, c'est de pouvoir oublier ma souffrance."

- Cette souffrance ressentie, vécue dans le Trail ou le Trail long (Ultra Trail), peut-on la  ressentir dans un autre sport ?
"Dans un Ironman (3,8km de natation, 180,2km en vélo, 42,195 km de course à pied), elle est assez comparable, avec des pratiques musculaires qui sont incompatibles : le vélo et la course à pied. Dans le cyclisme, je dirais Paris-Roubaix, avec ses pavés ; est la course est longue.

- Dans votre discipline, on court et...
"...on marche, sur des montées raides ; en marchant, on peut aller très vite et être efficace."

- Vous entrainez-vous quotidiennement ?
"Oui, avec un jour de repos par semaine, parfois deux, parfois aucun. Je cours, je pratique le ski de fond, le vélo (l'hiver, à l'intérieur), le vélo développe l'endurance, ainsi que la force, sans traumatisme. Il y a aussi le ski de randonnée, aussi et entre autres."

- Dans la discipline qui est la vôtre, n'y a-t-il pas une volonté de vouloir quitter la vie réelle pour une autre, empreinte de liberté ?
"Oui, clairement, mais cette liberté, elle existe aussi dans d'autres sports. J'avoue une petite frustration : au lieu d'être bloquée au travail, je préférerais courir dans la montagne."

-Pourriez-vous être une pro dans votre sport ?
(Courte réflexion) – "Je pourrais me le permettre, si je n'avais pas d'enfants. J'en ai trois (9, 7 et 6 ans). C'est un choix de vie, j'aime les enfants, en avoir. Si j'étais seule avec mon mari je prendrais le risque de tout arrêter. J'avoue que j'ai hésité à prendre une année sabbatique" (on a le sentiment que Caroline Chaverot hésite encore).

- Avez-vous des sponsors?
"Oui, les deux principaux sont Salomon (entreprise française) et Autoroutes et Tunnel du Mont-Blanc (franco-italien). Autrement, je n'ai pas d'aide émanent de Suisse ni de France. Il faut dire que je n'ai pas trop cherché, par manque de temps surtout."

- Avez-vous déjà disputé la course parfaite?
"Oui, ça m'est arrivé, même si sur une longue distance, il y a de petits aléas. Sur une course courte, de 9h30, je peux perdre 5 minutes, pas plus, ce n'est rien. Au Mont-Blanc, je mets 25h. Les conditions climatiques jouent un rôle et la forme du moment aussi."

-Analysez-vous vos courses ?
"Oui, je regarde les temps de passage et mentalement, je refais la course. Je suis très cérébrale. Il y a deux types de coureur : le métronome qui intellectualise beaucoup. En ce qui me concerne, en course, je marche plus à l'instinct et je dois tenir mon rythme, mais je ne me fixe pas de temps de passage."

- Le Trail, ne serait-ce pas le rêve fou d'une quête d'immortalité ?
(Elle sourit) – "Il y a un peu de ça, c'est un moyen de ralentir le temps dans une vie qui est malheureusement trop courte. L'envie aussi de se fabriquer des souvenirs, d'avoir vécu des choses. Un Trail, pour moi, c'est l'équivalent de 2 semaines de vacances."

- C'est (seulement) pour ça que vous en faites ?
"C'est un moyen de lutter contre le temps, contre le vieillissement, dans cette nature que j'aime par-dessus tout ; de rester jeune et performante, une manière d'entretenir mon corps, de rester en forme, légère et rapide."

- Dans le Trail, on parle beaucoup de dépassement de soi, de voir jusqu'où le corps peut aller. Êtes-vous dans cette démarche ?

"Je recherche plus la fluidité. Je suis plus liée au milieu naturel qu'au dépassement de soi. J'aime être dehors. Que la compétition soit courte ou longue, je ne cherche pas à aller jusqu'au bout de mes limites. Ce que je recherche, c'est bien courir en descente, c'est bien courir en montée, sans me démolir. C'est aller au bout, avec encore de l'énergie."

Caroline Chaverot et...

...sa profession. Elle est professeure d'histoire et de géographie au Collège Calvin, à Genève. "Je travaille à 60% pour pouvoir m'entraîner plus, pour pouvoir participer à des compétitions." On ne lui fait pas de cadeau(x). Caroline Chaverot consent à des sacrifices, nombreux. Avec le temps, elle s'en accommode. Quoique...
Enfant, Caroline Chaverot a été une bonne élève. "J'avais beaucoup de facilités, à 4 ans, je lisais sans que personne ne m'apprenne." Elle ajoute, souriante : "Mais je n'étais pas forcément très sage." Le soleil est dans son cœur, dans ce beau décor vert et près d'Annecy.
Bien que mariée, elle a aussi épousé la nature. "J'aurais voulu faire garde de parc national. Quand j'étais jeune je rêvais déjà d'escalade, d'aventures en extérieur. De cette période, j'ai des souvenirs en forme de patchwork."  Elle a beaucoup aimé la période canoë-kayak. "Pourtant, avoue-t-elle, je n'étais pas tellement faite pour ça. C'est un sport explosif, ce qui me passionnait en fait, c'est son côté technique ; oui, il fallait dominer sa peur." Sa sœur étant pratiquante elle lui a fait découvrir ce sport exigeant.
En 1998, lors d'une étape de la Coupe du monde en Slovaquie, Caroline Chaverot a dit stop. "J'ai arrêté d'un coup. Et je me suis orientée vers l'escalade, j'ai commencé à grimper, ma grande passion, de 1998 à 2007."
La course à pied, sa pratique assidue, sa passion, une autre pour Caroline Chaverot est survenue suite à un concours de circonstance. "Derrière la maison, il y a plein de petits chemins pour la pratique du VTT. Un jour de 2007, mon vélo s'est déglingué et j'ai dit à mon mari : "Je te suis en courant. J'ai aimé ça, et je me rappelle avoir fait juste après le tour du lac d'Annecy en courant."
Un jour de 2010, lors d'une balade, Caroline Chaverot et son mari ont été dépassés par des Trailers, dans un endroit délicat, très technique. "Je lui ai dit : "ça me plait bien, je pense un jour m'inscrire à ce genre d'épreuve."
En 2012, elle participe au Trail du Salève, et y termine 4e. "Je vais en faire d'autres", annonça-t-elle. Sa belle et riche histoire pouvait commencer. Et elle n'est pas prête de s'achever.

Palmarès

Caroline Chaverot est née le 16 octobre 1976.
Est binationale (Suisse et France)
En 2016, elle est championne du monde de Trail long (Ultra Trail). En 2015, elle est vice-championne du monde.
En 2016, elle remporte l'Ultra Trail du Mont-Blanc.
En 2016, est championne du monde de ski running (franchissement de sommets à un rythme très soutenu, puis, les athlètes enlèvent leurs peaux, En dévalent les pentes vertigineuses à haute vitesse, luttant contre le chrono).
En 2016, gagne l'Ultra Trail World Tour.
En 2017, remporte le Hard Rock Hundred (100) aux Etats-Unis (Silverstone)
En 2014, est championne de France de Trail.
En 2015 et en 2017, gagne le Lavaredo Ultra Trail.
En 2015, remporte l'Eiger Ultra Trail
En 2016, gagne le Transgrancanaria et le Madeira.
En 2016, remporte l'Island Ultra Trail.
En 2013, gagne la CCC (Courmayeur-Champex-Chamonix).

VOIR L'ENTIER DU PALMARÈS DE CAROLINE CHAVEROT SUR LE SITE ITRA.

Canoë-kayak

A fait partie de l'équipe nationale de Suisse de 1992 à 1998. D'abord chez les juniors puis en catégorie élite.
A été championne de Suisse junior en kayak.
A participé à plusieurs étapes de la Coupe du monde.
A participé aux Mondiaux élite en 1995 et en 1997.
A participé à deux Mondiaux juniors en 1992 et en 1994.

Elle est licenciée en histoire et en géo, ses élèves au Collège Calvin ont entre 15 et 19 ans.

Quiz

 
01
sur
 

 


Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.










Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Jacques Wullschleger

 

Un fou de sport. Et le mot est faible. Jacques Wullschleger (62 ans) a consacré sa carrière au journalisme sportif, d’abord pour la «Feuille d’avis de Lausanne» (devenue «24 heures»)dès 1972, puis au «Matin» dès 1984. Son palmarès parle pour lui: plusieurs Coupes du monde de football, des Tours de Romandie et d’innombrables championnats de hockey, tennis, natation, patinage artistique… Au final, des milliers d’articles, mais aussi des événements et des rencontres qui ont marqué l’homme.

_


S'abonner à ce blog:

S'abonner par mail:
Veuillez corriger votre adresse e-mail


Confirmer



Archives par sujet: