Le système moderne d’autopartage est facile à utiliser avec une carte à puce ou un smartphone.

Carsharing: l'alternative à la voiture privée

Partager une voiture Pour des déplacements occasionnels, les systèmes modernes d’autopartage permettent de faire des économies et de préserver l’environnement.

Les jeunes ne conçoivent plus la mobilité de la même façon que leurs aînés. Surtout s’ils habitent en zone urbaine, où les alternatives à l’auto ne manquent pas. L’une d’elles est l’autopartage, le car sharing: au lieu d’acheter une voiture, on fait appel à une organisation qui met des véhicules à la disposition de ses membres. L’utilisateur de ce service n’a pas à se préoccuper de l’entretien courant, des réparations ou de changer les pneus. Pas plus que de l’assurance, du paiement de la taxe cantonale et de la dévaluation de son véhicule.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Deux fois plus de clients en dix ans

Une étude allemande a montré que le fait de renoncer à une voiture peu utilisée permettrait d’économiser plus de 1000 euros par an. Rien d’étonnant à ce que ce système ait aussi du succès en Suisse. Mobility, le leader de ce marché, a doublé le nombre de ses clients au cours des dix années écoulées. Ils sont aujourd’hui plus de 127 000. Selon les indications fournies par l’entreprise, 90% des communes de plus de 5000 habitants auraient au minimum un emplacement Mobility. À l’échelon suisse, cela représente plus de 2900 véhicules à disposition.
Un des principaux avantages de l’autopartage par rapport à la location classique de voitures, réside dans le fait que le système fonctionne 24 heures sur 24 et sept jours sur sept via Internet. Les loueurs de voitures ont réagi en offrant un service similaire, comme Hertz 24/7, qui fonctionne déjà en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Espagne, en Australie et aux États-Unis, mais pas en Suisse.

Le système moderne d’autopartage est facile à utiliser avec une carte à puce ou un smartphone.

Solutions pertinentes pour la ville

À l’instar de BMW (DriveNow), Volks-wagen (Quicar) et Daimler-Benz (Car2Go), les constructeurs automobiles testent leurs propres systèmes d’autopartage. Car2Go permet de tirer profit des avantages de la Smart Fortwo, cette biplace maniable et qui se gare presque n’importe où. Et pas seulement à Stuttgart, le fief de la marque, mais aussi à Madrid, depuis le début de l’année. «Car2Go a fonctionné là-bas dès le début», soulignait Annette Winkler, la patronne de Smart, lors du dernier Salon de l’automobile de Genève.
La dirigeante estime que le marché de l’autopartage va continuer de croître, surtout dans les villes. «Mais le succès dépend dans une large mesure du free floating (ndlr: le fait de ne pas devoir ramener un véhicule à son point de départ), et les petites voitures comme la Fortwo sont avantagées de ce point de vue.»
Le free floating est la prochaine étape de l’autopartage. Avec ce système, les véhicules ne sont plus stationnés à un endroit fixe mais peuvent être déposés dans n’importe quel parking public urbain. Quand vous cherchez une voiture, une application vous indique où se trouve la plus proche et permet de la réserver.
Mobility teste ce système en Suisse depuis deux ans. Catch a Car, un projet pilote bâlois, permettrait d’économiser près de 560 000 km par an en voitures privées. Ce qui correspond à environ 45 000 litres de carburant et 104 tonnes de CO₂. Moovel, un autre projet de Daimler, et l’appli Ally, qui a été développée à Berlin et ne dépend pas d’un constructeur, vont encore plus loin: l’utilisateur n’a plus qu’à indiquer sa destination. Le logiciel calcule le moyen le plus rapide et le plus économique d’effectuer le trajet en fonction du trafic. Tous ces systèmes ont sûrement leur raison d’être dans des mégalopoles engorgées. Mais en Suisse aussi, l’autopartage est une alternative pertinente. Une voiture privée n’est utilisée en moyenne qu’une heure par jour et reste stationnée le reste du temps. Aucune entreprise au monde ne pourrait se payer le luxe d’un tel gaspillage de ressources.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Martin Winkel
Photo:
Freelance Pool, Darrin Vanselow
Publication:
lundi 30.05.2016, 13:15 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?