1 von 2


Le papier peint trompe-l’œil est particulière-
ment tendance: 
ici, une fausse bibliothèque. 

Carte blanche 
au papier peint  

Jeté, honni, considéré comme vieux jeu, le papier peint fait 
un retour en force dans la décoration. Recyclable, il est devenu audacieux.
L’architecte d’intérieur Jorge Cañete évoque ses utilisations. 

Jorge Cañete, 
architecte d’intérieur

Jorge Cañete, 
architecte d’intérieur
Jorge Cañete, 
architecte d’intérieur

Coopération. Le papier peint est à nouveau tendance. Que vous inspire-t-il? 
Jorge Cañete. Ça me plaît. Ces cinq à six dernières années, les prix sont devenus plus démocratiques. En France, dans les pays anglo-saxons, aux Etats-Unis, les gens adorent le papier peint. C’est très sophistiqué. Il y a aujourd’hui des papiers peints assez bluffants! L’impression a tellement évolué qu’ils peuvent ressembler à du textile, de la pierre, du bois, de la peau de crocodile. Le papier peint est comme une feuille blanche où on peut inscrire toutes ses fantaisies, notamment à partir de ses propres photos. Je trouve intéressant de tapisser un mur, davantage que toute une pièce. Ça se fait d’ailleurs de moins en moins, car ça banalise le motif. Sur un seul mur, le papier peint a un effet plus théâtral, c’est un clin d’œil.

Quels effets peut-on tirer du papier peint? 
Il amène une texture, là où la peinture apporte uniquement de la couleur. Avec le papier peint, on rentre dans les trois dimensions. C’est plus riche, comme langage. Il faut toutefois en jouer à petite dose – une bande sur la tête de lit, un mur. Ça donne du rythme à la pièce. A Paris, à Londres et en Italie, de plus en plus de très belles marques ont des collections dynamiques, jeunes et avant-gardistes. Avec un côté un peu trompe-l’œil, des boiseries, des enfilades de portes, très souvent d’inspiration néobaroque. Un mur blanc à relief de crocodile sera visuellement plus prenant qu’un mur blanc!

Qu’en est-il aujourd’hui des motifs fleuris, qui ont tapissé les murs de nos grands-parents? 

C’est comme la mode. Peut-être qu’ils reviendront. Les designers actuels inventent des papiers peints aux couleurs pop, ludiques, qui reprennent les archétypes du passé avec humour et de manière détournée. Ça marche bien! On est toutefois davantage dans une mouvance d’imitation: celle du béton ciré, des feuilles d’alu brossé. Des effets de matière rendus peu chers et assez faciles à mettre en place. On trouve même des papiers peints tags!

Et vous, dans quels lieux aimez-vous utiliser le papier peint?
J’aime théâtraliser les entrées. Elles sont ce qu’on appelle des pièces paradoxales: peu importantes pour la personne qui habite l’endroit, mais très fortes émotionnellement pour celle qui entre et qui part. C’est comme le premier chapitre de l’histoire. C’est notre carte de visite. Par ailleurs, comme on passe de manière impromptue, il n’y a pas l’inconvénient de la lassitude. On peut donc donner aux entrées plus de personnalité – en y ajoutant des choses déroutantes ou drôles, par exemple. A bonne dose, le papier peint est gourmand. On peut créer comme des coups de théâtre dans certains espaces.
Que dit le retour du papier peint sur notre façon d’envisager l’espace?
Il rappelle notre société, sa diversité d’images et l’accès illimité à l’information. Après les murs blancs des années 1990, on a envie de conférer de la personnalité aux murs. Comme si les murs étaient un grand écran.

Y a-t-il d’autres matériaux de décoration qui reviennent au goût du jour?
Oui, les carrelages, qui avaient auparavant un côté salle de bain, voire boucherie. On a désormais une collusion des genres: ils imitent la pierre, l’acier, le bois. Pour des raisons techniques, on ne met pas de parquet dans la cuisine ou dans une salle de bain. Or, dans l’architecture contemporaine, les espaces sont très souvent ouverts. Optiquement, on peut créer une impression de continuité et d’harmonie en posant un carrelage qui imite le bois, où vous pouvez passer vos chiffons d’eau de Javel. Certains carreaux donnent l’impression presque de dentelles – comme le propose la designer Patricia Urquiola. On trouve aujourd’hui des carreaux de 1,2 m sur 1,2 m. On peut désormais produire de très grands formats, ce qui évite d’avoir trop de joints, tout comme la sensation d’un espace chargé. On place alors cinq à six plaques de carrelage pour une cuisine.

Conseils
: jouer avec les effets

Couleurs «Les couleurs sombres ou chaudes sont plus visibles à l’œil. Elles vont réduire la pièce. Les murs sembleront plus proches de vous. On peut ainsi rendre une pièce rectangulaire plus cosy, plus protectrice. Inversement, les couleurs froides procurent la sensation optique d’un mur plus éloigné. L’utilisation d’une couleur chaude au fond d’un couloir donne l’impression que le couloir se finit plus vite.»

Lignes «Les motifs horizontaux vont plomber, tasser la pièce: la pièce semble plus basse. Les lignes verticales apportent au contraire une sensation de hauteur supplémentaire. Si la pièce est relative-ment basse, pourquoi ne pas jouer avec des bandes verticales?»

L’avenir en tapisserie 

Et si le papier peint était le revêtement du futur? Que peuvent apporter nos murs au quotidien, à des coûts acceptables? Responsable de projet au Centre technique du papier, à Grenoble, Guy Eymin Petot Tourtollet fait le point.

Le papier peint antiwifi

Le Centre technique du papier, à Grenoble, a mis au point un papier qui rend une pièce étanche à certaines ondes électromagnétiques - wifi, téléphone portable - tout en laissant passer les autres, telles que radio FM, systèmes d’alarme. Il devrait être commercialisé prochainement. «Il se pose et se dépose avec les mêmes colles et mêmes outils que le papier normal. On a prévu qu’il puisse être utilisé en sous-couche.» L’objectif? «On voyait se développer des questionnements par rapport au danger des ondes radio. De plus, à partir de quatre ou cinq réseaux qui se recoupent, votre réseau wifi perd en performances. Avec le «métapapier», vous isolez votre appartement du reste et le réseau travaille à plus basse puissance. Par ailleurs, vous décidez où vous souhaitez avoir du wifi, par exem-ple.» De quoi assurer la con-fidentialité. Ou la tranquillité électromagnétique – dans les théâtres, les hôpitaux.

Le papier peint éclairage

En 2011, la marque Philips révélait son programme pour développer des tapisseries intégrant des LED multicolores. Le papier peint deviendra-t-il luminaire? «C’est envisageable. Pour l’instant, il est difficile d’intégrer de la lumière dans du papier, et non pas du plastique. Mais beaucoup de recherches sont en cours sur les matériaux. D’ici cinq à dix ans, cela devrait être possible.»

Le papier peint solaire

«La technologie existe en laboratoire.» En 2007 déjà, la société Dai Nippon Printing Co. annonçait avoir développé une cellule solaire réalisée sur film plastique par impression. Son épaisseur: 250 micromètres, soit un quart de millimètre. Selon les tests, le prototype fonctionnait correctement pendant au moins 1000 heures à 65° C. «A l’avenir, je vois assez bien un papier qui rediffuserait la lumière le soir dans des couloirs, pour de la signalétique. Ces produits pourraient être sur le marché dans les 5 ans, à condition que les consommateurs soient prêts à les acheter.»

Le papier peint haut-parleur

Le prototype d’un haut-parleur futuriste existe déjà. En 2010, l’Institut Fraunhofer (Allemagne) présentait des feuilles de plastique qui émettaient de la musique par effet thermoacoustique. Et retranscrivaient des fréquences de 20 à 20 000 Hertz, ce qui correspond à la sensibilité de l’oreille humaine, des graves aux aigus. L’épaisseur des feuilles: 200 micromètres, soit un cinquième de millimètre. D’après les chercheurs allemands, le film alors utilisé pourrait être remplacé par un autre matériau. Ils mentionnaient le papier mural.

Papier peint chauffage

Que sera le papier peint du futur? Au rang des possibles, un papier thermique. «Il permettrait de chauffer une pièce de manière homogène. Les techniques actuelles commencent à dater. Le papier peint thermique apporterait un confort inégalé, sans points chauds, de manière contrôlée, grâce à des capteurs intégrés.» Actuellement, la société allemande Futurecarbon travaille sur des surfaces souples chauffantes.

Pour vos colles et accessoires: www.bricoetloisirs.ch

Idée de sortie
: musée du papier peint

L’exposition «Mur-Murs Tête-à-tête passé/présent. Le papier peint au XXIe siècle» est à voir jusqu’au 24 mai au Château de Mézières (FR). Des artistes ont réinterprété les papiers peints d’origine, datés du XVIIIe et début XIXe, qui tapissent le Château. Leurs œuvres, notamment sur paravents ou en trois dimensions, dialoguent avec les murs anciens.

Contact: 026 652 06 90

www.museepapierpeint.ch

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Ariane Pellaton

Rédactrice

:

Photo:

Bab.ch / Living 4Media / View Pictures / Darrin Vanselow
Publication:
lundi 03.03.2014, 09:30 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?